Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Théâtre du Grütli , Genève. Lisbeths, de Fabrice Melquiot, mise en scène Valentin Rossier, du 1er au 20 mai 2018

Un homme, une femme ; une rencontre. Puis le désir fulgurant, le partage des corps et, au final de l’étreinte, la méconnaissance de l’autre.


Théâtre du Grütli , Genève. Lisbeths, de Fabrice Melquiot, mise en scène Valentin Rossier, du 1er au 20 mai 2018
Pietr et Lisbeth vivent ainsi une relation passionnée qui, au fil du temps, révèle que les passés sont multiples, contradictoires.
Entre oublis et fantasmes, la mémoire de Lisbeth se construit et se déconstruit pour mieux aimer. Pour Pietr, la jeune femme reste cette inconnue dont les territoires mouvants ne constituent jamais une identité précise.
Enigme de l’amour qui rend flous les contours de l’Autre. Tout en intentions interrompues
et en gestes esquissés, Marie Druc et Valentin Rossier sont ces deux-là qui se cherchent mais ne se trouvent pas.

Il est à une terrasse de café à Tours. Il lit. Elle s’approche. S’excuse de l’interrompre. Lui demande, enfin : « Je voulais simplement savoir ce que vous pensez des oursins. » Parce qu’il lit La Mer de Michelet.
Il est voyageur de commerce, vend des encyclopédies. Elle vend des bijoux. Ou plutôt en vendait. Le matin même, elle a tout quitté, son patron, qui était aussi son mari, d’une pierre deux coups.
Ils ont tous deux la quarantaine discrète. Il s’appelle Pietr, elle, Lisbeth.
Elle rit
« Voyez-vous Lisbeth éclater de rire, à seize heures et des brouettes ? Vous ne trouvez pas ? Vous ne trouvez pas qu’elle est – Qu’est-ce qui me prend ? Q’est-ce qui lui prend ? Qu’est-ce qu’elle prend ? Un café ? »
Ils se retrouvent le lendemain, au même endroit.
Puis le soir, à l’hôtel. Puis, d’autres villes, d’autres hôtels.
« Merci pour le coup de foudre ».

Avant-Propos

Comment raconter le début d’un amour ? Après tant d’amours racontés, peints, représentés, filmés ? Fabrice Melquiot étonne, saisit, surprend. À chaque réplique, à chaque situation. À chaque virage dans l’intrigue, un pay- sage qu’on n’attendait pas. Il est orfèvre de l’inattendu.

Il y a – par exemple – cette première fois où Pietr et Lisbeth font l’amour, au Quality Hotel Harmony. Il la dés- habille, elle s’assied au bord du lit... Cela pourrait deve- nir un peu trop classique, comme situation, un peu trop simple, du déjà-vu. Alors, en s’approchant, en même temps qu’il pose un baiser sur sa tempe, il se met à paraphraser Marx. Et la scène de s’envoler, désopilante, jamais grotesque, comme un fou rire poétique.

Il y a – autre exemple – cette première fois où elle l’em- mène dans le Gard, un bois près de chez ses parents. Elle lui présente son fils. Il a cinq ans. Il est muet, mais il comprend tout. Le petit prend la main de Pietr. « C’est gentil, ça, mon grand. » Douce scène de recomposition familiale ? Non, surtout pas : enfance mutique et sau- vage – et le petit de mordre le doigt de l’amant de sa mère jusqu’à en arracher une phalange.

Ainsi l’histoire de ces deux-là se déploie, accidentelle, drôle, imprévisible. Jusqu’à cet inattendu final, six mois après leur première rencontre, à quelques mots de la fin: un soir qu’il la rejoint à La Rochelle, qu’elle vient le chercher à la sortie du train, il ne la reconnaît pas. Il reconnaît la sensation de ses baisers, de ses caresses. Son rire, aussi, oui, est le même. Mais ce n’est plus sa voix, ce n’est plus sa bouche, ce n’est plus son visage. Ce n’est pas une autre femme, non. C’est une autre Lisbeth. D’où un titre qui n’est pas Lisbeth au singulier, mais bien Lisbeths, au pluriel.
Valentin Rossier, Metteur en scène

Pratique

Théâtre du Grütli
16, Général-Dufour / 1204 Genève
+41 (0)22 888 44 84
+41 (0)79 322 95 59
www.grutli.ch


Pierre Aimar
Jeudi 22 Mars 2018
Lu 147 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 89



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs