Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Tangos, slams et coplas sur un air de guitare argenté à la Bellevilloise, Paris, le 20 mars 2011

Le poète Miguel Angel Sevilla est l'invité du Bal Tango "Contradenza", le nouveau rendez-vous dominical de la Bellevilloise. A cette occasion, il contera "Tangos, slams et coplas", accompagné par Lucie Delahaye à la guitare.


Tangos, slams et coplas sur un air de guitare argenté à la Bellevilloise, Paris, le 20 mars 2011
Parce que ces trois types de poésie sont liés à la vie de quelqu’un et relient l’Andalousie, le Nord de l’Argentine, Buenos Aires et Paris.
Parce que ces trois types de poésie sont populaires et traduisent, avec une délicatesse mêlée au cru de l’argot, ce que ressent, vit et rêve une partie de la population.
Parce-que ces trois types de poésie, tout en parlant souvent d’amour et de mort, n’oublient jamais le monde du travail dont ils proviennent.

Dans ce spectacle, la guitare accompagne la parole comme son ombre argentée.
La même lumière. La même lune comme une gamine souriante.

Ecrit et interprété par Miguel Angel Sevilla
Mis en scène par Nathalie Sevilla
Mis en musique par Lucie Delahaye
Lumière : Jennifer Montesantos

La Bellevilloise
19-21 rue Boyer
75020 Paris

Un petit mot sur l'auteur :
Né en Argentine, à San Miguel de Tucumán, il vit à Paris depuis 1976. Docteur en philosophie, dramaturge, poète, metteur en scène et interprète. Ses pièces de théâtre et le recueil "Tangos, slams et coplas" sont publiés aux Editions de l’Amandier.


Miguel Angel Sevilla
Vendredi 11 Mars 2011
Lu 864 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 89



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs