Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Le souper, de Jean-Claude Brisville, avec Christophe Barbier, Théâtre le Chêne Noir, Avignon, le 23 mars 2019


© DR
© DR
Un soir d’été à Paris…
Que s’est-il passé dans la nuit du 6 au 7 juillet 1815 ? Dix-huit jours après Waterloo, le Prince de Bénévent et le duc d’Otrante ont-ils vraiment soupé ensemble ? Lequel des deux a utilisé la plus longue cuillère ? Pour supporter tous les régimes, et en faire ses choux gras, il faut un solide appétit…
Fouché et Talleyrand partagent sans doute un cynisme accompli, un doctorat en machiavélisme et un art consommé de l’intrigue. L’un ne cédait rien à l’autre en matière de corruption, et l’autre en remontrait à l’un pour l’absence de scrupules. Fouché avait du sang sur les mains, Talleyrand en noyait son âme : différence de style, communauté de vice. Mais il s’agit aussi, dans ce pas de deux diabolique, de l’alliance provisoire entre des êtres blessés par la vie, humiliés en famille et malmenés au pouvoir.
Et ce n’est pas le moindre talent de Jean-Claude Brisville que de nous présenter aussi le festin de leurs aveux, où tintent, comme coupes de champagnes entrechoquées, deux intimités jetées l’une contre l’autre.
Ces deux héros des flamboyantes ténèbres de la révolution française ne frôlèrent pas les abîmes : ils y sombrèrent ; l’un dans une mansarde parisienne, à l’ombre de la guillotine, l’autre dans un exil humide et désargenté, outre-Atlantique. De Thiers, on dira : « Celui-ci n’est pas parvenu, il est arrivé » ; Fouché et Talleyrand ne sont pas parvenus, ils sont revenus. Et dans cette époque périlleuse où les têtes tombaient bien vite, l’exploit n’était pas mince. Après ce souper de dupes, la digestion fut difficile et la fortune politique priva, enfin, de dessert ces deux perfides commensaux. Mais les délices étaient consommés; cela ne suffit pas en politique, cela régale au théâtre…

Le souper, de Jean-Claude Brisville
Par le Théâtre de l’Archicube
Mise en scène : Christophe Barbier
Avec, par ordre d’apparition :
Chateaubriand et Jacques Massoulier : Patrick Guérin
Fouché : Helman le Pas de Sécheval
Talleyrand : Christophe Barbier
Son : Stephan Caso
Durée : 1h20

Samedi 23 mars 2019 à 20h
TARIFS de 5€ à 25€
LOCATIONS : 04 90 86 74 87 et www.chenenoir.fr

Théâtre du Chêne Noir
8 bis, rue Sainte Catherine
84000 Avignon


Pierre Aimar
Mercredi 13 Février 2019
Lu 53 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 90



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs