arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


La Vie de Galilée, de Bertolt Brecht. Mise en scène de Claudia Stavisky, du 5 au 7 novembre '19 à La Criée, Marseille

Bertolt Brecht raconte le vertige d’un monde qui voit subitement son ordre voler en éclats. La directrice des Célestins signe un grand spectacle de troupe, à la poésie sensuelle, organique, qui résonne comme un hymne à la vie.


Philippe Torreton © DR
Philippe Torreton © DR
L'hymne à la vie de Claudia Stavisky

Bertolt Brecht raconte le vertige d’un monde qui voit subitement son ordre voler en éclats. La directrice des Célestins signe un grand spectacle de troupe, à la poésie sensuelle, organique, qui résonne comme un hymne à la vie.

Cela aurait dû être un jour comme les autres, mais ce jour-là, dans les premières années du XVIIe, Galilée (1564-1642) braque une lunette astronomique vers le ciel et confirme l’hypothèse avancée avant lui par Copernic : la Terre n’est pas au centre de univers. Cette affirmation fait exploser l’ordre qui prévalait depuis des siècles. Le ciel se retrouve soudainement vide. Mais où est donc passé Dieu ? Délogé des sphères célestes… ?

Dans La Vie de Galilée, Bertolt Brecht éclaire le vertige d’une humanité qui doit, du jour au lendemain, changer de repères. Pour le rôle du célèbre savant, Claudia Stavisky a choisi Philippe Torreton. Entouré d’une dizaine d’interprètes (qui incarnent plus de quarante personnages), le grand comédien s’élance avec éclat et appétit dans cette fable entre raison et imagination.

Spectacle créé le 10 septembre 2019 à La Scala, Paris

Distribution

Mise en scène Claudia Stavisky
Assistant à la mise en scène Alexandre Paradis

Texte Bertolt Brecht, traduction Éloi Recoing © L’Arche Éditeur

Avec Philippe Torreton, Gabin Bastard, Frédéric Borie, Alexandre Carrière, Maxime Coggio, Guy-Pierre Couleau, Matthias Distefano, Nanou Garcia, Michel Hermon, Benjamin Jungers, Marie Torreton

Note d'intention

« 10 janvier 1609. Ciel aboli »

Dans La Vie de Galilée, Bertolt Brecht raconte le vertige d’un monde qui voit subitement son ordre voler en éclats. En Italie, au début du XVIIe siècle, Galilée braque un télescope vers les astres, déplace la terre, abolit le ciel, cherche et trouve les preuves qui réduisent à néant les sphères de cristal où Aristote et Ptolémée avaient enfermé le monde, fait vaciller l’ordre de l’Église.
L’Inquisition lui fera baisser les bras, abjurer ses théories, sans pour autant réussir à l’empêcher de continuer à travailler secrètement à l’écriture son œuvre majeure, ses Discorsi.

Cela fait longtemps – sans doute depuis que j’ai vu Antoine Vitez la mettre en scène à la Comédie-Française – que cette œuvre essentielle me hante. C’est sans doute la conjonction de ce souvenir avec le fait d’avoir trouvé l’interprète parfait, en la personne de Philippe Torreton, pour incarner Galilée, qui font qu’aujourd’hui je me lance enfin dans cette aventure et l’aborde avec passion et émerveillement tant la langue de Brecht est puissante, sa forme parfaite et sa pensée d’une brûlante actualité.

« Qui ne connaît la vérité n’est qu’un imbécile. Mais qui, la connaissant, la nomme mensonge, celui-là est un criminel ! »
La pièce n’oppose pas le pouvoir qui aurait tort et Galilée qui aurait raison. Tout le monde pense que Galilée peut avoir raison. Le problème est plutôt ce qu’il faut rendre public (ou pas) et ce que cela va changer. Si la Terre n’est plus le centre de l’univers, si les planètes sont en éternel mouvement, où est Dieu ? Quelle est la place de l’Église ? Quel monde, quelle société peut-on reconstruire à partir d’un tel bouleversement ?
Chacun des personnages se débat avec cette question envisagée de différents points de vue.
Pour certains, ce serait un monde absolument invivable. « La faim chez les paysans de Campanie ne serait plus une mise à l’épreuve, mais bien ne-pas-avoir-mangé », dit le petit moine.

Comme Galactia, la peintre de Tableau d’une exécution de Howard Barker que j’ai récemment mis en scène, Galilée est obsédé par la connaissance de la vérité et convaincu que la raison est l’arme la plus puissante de l’humanité. Thème obsédant que celui de la responsabilité du « savant », ainsi que celui de l’artiste face au pouvoir !
Plusieurs versions de la pièce ont vu le jour : une première où Brecht faisait de Galilée un héros qui se rétracte devant la torture pour réussir à finir son travail et livrer son œuvre au monde. Pendant que Brecht travaillait à la création américaine de la pièce avec Charles Laughton, le bombardement atomique d’Hiroshima eut lieu. Brecht changea alors sa vision du personnage et notamment le monologue de la fin : Galilée s’accuse d’avoir trahi la science, d’avoir pensé qu’elle pouvait vivre en vase clos, indépendante des modes de production et du politique, irresponsable face à l’utilisation de ses découvertes.

« Jouir est une prouesse »

Un théâtre d’idées, comme disait Antoine Vitez. Des idées qui prennent corps dans une langue épique, d’un souffle extraordinaire, organique et sensuel. Une structure théâtrale où les situations se déploient en grand, offrant aux comédiens d’innombrables possibilités. Au moment où je commence les répétitions de cette pièce, j’ai à l’esprit que mon Galilée sera un jouisseur de la pensée, il pensera par les sens, ne sera jamais aussi inspiré que le ventre plein. La Vie de Galilée, telle que je l’imagine, ne sera pas une reconstitution historique.
Je rêve d’un espace de jeu suffisamment précis et suffisamment abstrait pour libérer les spectateurs de tout commentaire inutile, pour les rapprocher des acteurs, comme la fameuse lunette... qui me permette de mettre la Pensée au cœur du plateau, « Penser est un des plus grands divertissements de l’espèce humaine. » dit Galilée à son ami Sagredo... Où le temps soit celui de la représentation : éternel. Avec des costumes qui dévoilent les corps, les mettent à nu tout en conservant leur mystère. Et la joie immense d’une troupe d’une douzaine de grands acteurs qui incarneront plus d’une quarantaine de personnages. L’Humanité avec un grand H !
Claudia Stavisky, 6 avril 201

Pratique

2h30
Grand Théâtre
Création

Dates :
Mar. 5 novembre 2019 20h00
Mer. 6 novembre 2019 19h00
Jeu. 7 novembre 2019 20h00

Tarifs :
De 9 à 25 euros


Pierre Aimar
Jeudi 31 Octobre 2019
Lu 116 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 94