Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Histoire du soldat. Une création prodigieuse au Théâtre Toursky à Marseille le mardi 20 mars 2018 à 20h 30 en ouverture du 23e festival russe

Quand le théâtre Toursky décide d’ouvrir son 23e festival russe avec Igor Stravinsky et « Histoire du Soldat » d’après Charles Ferdinand Ramuz,


© DR
© DR

quand on sait que l’adaptation est de la pétillante et succulente Marianne Sergent et la mise en scène du non moins savoureux et génial Richard Martin, quand on découvre l’admirable distribution de cette création, on se met à saliver de jubilation et d’empressement à l’idée du spectacle qui nous attend : Histoire du soldat - Création

D’inspiration faustienne, le texte de Ramuz met en lumière un conte russe d’Alexandre Afanassiev. L’histoire d’un déserteur qui décide de vendre son âme (incarnée par son violon) au Diable contre un livre permettant de prédire l’avenir. Dans ce conte, le Diable triomphe. Créée il y a cent ans, en 1918 dans une mise en scène de Georges Pitoëff L’histoire du soldat, est une des œuvres majeures d‘Igor Stravinsky. Il propose une succession de courts tableaux musicaux puisant leurs sources dans le jazz et dans des danses très en vogue à l’époque telles le tango, le ragtime ou le paso doble.

« Nous ne parlions même pas la même langue. Les choses qui nous  entouraient, vous auriez pu et dû les voir d’une certaine façon, moi d’une  autre ; vous de votre façon à vous, moi de ma façon à moi ;  elles auraient dû se mettre entre nous. Comment donc se fait-il que ce soit  pourtant par elles, à travers elles, que nous ayons si vite et si complètement communiqué, plus encore : que vous m’ayez consolidé  dans l’amitié que je leur portais ? »
Ce sont les mots de Charles-Ferdinand Ramuz dans « Souvenirs sur Igor Stravinsky » écrit en 1929. Ce pourrait être le comédien s’adressant aux spectateurs. Le théâtre, c’est une interaction continue entre la scène et la salle où tout vibre, tout est en mouvement. Rien de statique, rien de définitif. Le théâtre, et particulièrement ce théâtre, est non seulement l’endroit où l’on se divertit, où l’on se relaxe, mais aussi et surtout un lieu permanent de réflexion, de remise en question, de culture, de rencontre, de fraternité. Et ce spectacle en est une démonstration absolue. Assister à cette Histoire du Soldat revisitée par les saltimbanques que sont Marianne Sergent et Richard Martin, c’est aller à la rencontre des poètes, que la poésie soit musique ou parole, qu’elle soit geste ou lumière, rire ou émotion. Ici tout est prétexte à nourrir l’âme.

Après une incontestable réussite pour son rôle de narratrice dont elle avait signé sa propre adaptation théâtrale de La Flûte enchantée, de Mozart, mise en scène par Richard Martin au Dôme, Marianne Sergent, à la gouaille unique, revisite le texte de Ramuz en lui offrant un relooking sensible. L’écriture est tout en finesse et en humour, tricotée, pensée, incisive … Un Diable truculent en perspective ! Richard Martin, dont les mises en scènes fortes et profondément originales sont plébiscitées par la presse et le public, signe une nouvelle mise en scène où il endosse le rôle du soldat.

De Louise Michel à Léo Ferré….
Les deux comédiens s’invectivent à coups de citations, passant entre autres de Ferré à Louise Michel… A force de joutes oratoires ponctuées de notes, après s’être jaugés mutuellement, le Diable et le soldat finiront-ils par se comprendre ? Cette platitude sournoise que l’on instille à l’humanité pour l’asservir, quel qu’en soit le truchement, aura-t-elle raison de l’intelligence ? Le Soldat-peuple succombera-t-il à cette sous-culture que le Diable-société lui propose ?

À leurs côtés, sept excellents musiciens Au violon : Pierre-Stéphane Schmidlet, contrebasse, Francis Laforge, clarinette, Daniel Paloyan, basson, Marc Duvernois, trompette, Jean-Marc Regoli, trombone, Olivier Dubois, percussions, Gisèle David, sous la direction du chef d’orchestre Jean-Philippe Dambreville magnifient cette partition d’une virtuosité détonante.
Une création magique et jubilatoire à la portée universelle et à la dimension actuelle avouée et irréfutable, un évènement que je vous engage à ne manquer sous aucun prétexte !
Danielle Dufour-Verna


Une Co-production IFIV, Théâtre Toursky, Conservation Darius Milhaud d'Aix-en-Provence.
Sélection scolaires.
Spectacle suivi d'une soirée cabaret à l'Espace Léo Ferré.

Mardi 20 Mars 2018 à 20h 30 (durée 1h 30) salle Toursky
Théâtre Toursky 16 passage Léo Ferré 13003 Marseille (parking à 3 mn à pied)
Réservations : 04 91 02 58 35


Une représentation exceptionnelle de cette création aura lieu le Samedi 24 mars 2018 au Grand Auditorium du Conservatoire Municipal d’Aix-en-Provence
Une merveilleuse façon de communiquer l’envie à tous les scolaires citoyens en devenir.


Danielle Dufour-Verna
Samedi 17 Mars 2018
Lu 182 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 87



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Durance Luberon

Durance Luberon


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Tricastin

Tricastin