Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Rêve d’automne, de Jon Fosse, vu par Philippe Oualid au Théâtre de La Criée, Marseille

Dans Rêve d'Automne, de l'auteur norvégien Jon Fosse (né en 1949), un homme et une femme qui se sont aimés jadis se retrouvent par hasard dans un cimetière à l'occasion de l'enterrement de la grand-mère de l'homme.


Autour d'eux, circulent comme des apparitions ou des fantômes, ses parents, son ex-femme, son fils de 19 ans, pour des règlements de compte de compte cruels, des querelles familiales plus ou moins triviales, qui les font s'entredéchirer et se confronter à leur solitude dans le cadre d'une dramaturgie confuse, imprécise où les scènes se présentent sans motivation, comme des éclats de sens dans un long poème hérité d'un rêve.Jon Fosse capte ainsi dans un esprit baroque, des pensées, des idées contradictoires, des sentiments qui asssaillent chaque individu dans sa difficulté d'être, mais Rêve d'Automne, avec sa méditation sur la mort et sa représentation provocante du désir inassouvi, devient progressivement une pièce étrange qui suscite un malaise, une peur diffuse devant notre éphémère condition humaine, ce que la mise en scène de Patrice Chéreau accentue dans ses ralentis avec une puissance exceptionnelle.

Le magnifique décor de Richard Peduzzi qui reproduit à l'identique des galeries du Musée du Louvre, se prête à merveille à l'expression métaphorique d'un cimetière où les spectres des disparus figurent sur des toiles de maîtres célèbres comme sur des pierres tombales.

Mais ici, c'est la direction d'acteurs de Chéreau qui fascine le plus : Valeria Bruni-Tedeschi et Pascal Greggory utilisent des registres de voix si divers, si familiers, que tout propos, dans sa banalité, finit par relever d'un cliché de parole qui nous entraîne dans le souvenir d'une situation vécue par la mémoire affective.Bulle Ogier, comédienne au sommet de son art dans le rôle de la mère, fait valoir dans la profération des lieux communs du texte, une dérision très émouvante.Elle est sublime dans toutes ses apparitions.On l'acclame.

Ce remarquable spectacle qui termine sa tournée à Marseille, a par ailleurs remporté, cette année, la distinction de trois Molière.
Philippe Oualid

Rêve d’automne, de Jon Fosse
Mise en scène de Patrice Chéreau
Théâtre de La Criée (Marseille), du 6 au 11 Juin 2011.


Pierre Aimar
Mardi 7 Juin 2011
Lu 629 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...