Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Albert André (1869-1954), « Intimité d’un peintre réaliste », Musée du château des Ducs de Wurtemberg, Montbéliard, du 11 avril au 27 septembre 2015

Du 11 avril au 27 septembre prochains, le musée du château des ducs de Wurtemberg de Montbéliard propose de redécouvrir l’œuvre d’Albert André (1869-1954), peintre au cœur des évolutions de la scène artistique du début du XXe siècle et fortement présent dans ses collections.


Albert André. Lya lisant devant la cheminée, 1935. Huile sur toile 65,5 x 63 cm. Collection Musées de Montbéliard. Dépôt du Musée d’Orsay. Photo : Pierre Guenat
Albert André. Lya lisant devant la cheminée, 1935. Huile sur toile 65,5 x 63 cm. Collection Musées de Montbéliard. Dépôt du Musée d’Orsay. Photo : Pierre Guenat
Plus de soixante ans après sa mort, l’exposition rend hommage à un artiste qui, flirtant dans sa jeunesse avec les Nabis, s’est tenu sa vie durant à l’écart des courants officiels et de l’abstraction, leur préférant le réalisme. Cette rétrospective apporte un nouveau regard sur cet homme discret, relativement méconnu en France, qui réalisa pourtant de son vivant près de 200 expositions à travers le monde, porté par l’éminent galeriste Paul Durand-Ruel.

Intitulée Intimité d’un peintre réaliste, cette exposition d’envergure rassemble une centaine d’œuvres et de documents déployés sur plus de 500 m2. Portraits, nus et scènes d’intérieur illustrent les relations intimes qu’Albert André entretenait avec ses proches, sa famille, le milieu de l’art et ses amis, parmi lesquels Vuillard et Vallotton, mais aussi Louis Valtat, Marquet, Monet et en particulier Auguste Renoir. Ainsi, les bourgeoises fréquentant la scène intellectuelle de l’époque côtoient des modèles dénudés enfilant leurs bas ou s’appliquant du rouge à lèvres. Ailleurs, de longues séances de lecture devant la cheminée, de somptueux bouquets déployés au fil du temps et bien d’autres scènes de la vie quotidienne sont marqués par la présence d’une certaine Jacqueline, posant inlassablement. Tableaux, aquarelles, dessins, objets personnels, photographies, lettres et manuscrits permettent de pénétrer chambres et ateliers, maisons et appartements, salles de musées, salons et brasseries, dans une vie intérieure captivante.

Dévoilant des œuvres inédites rassemblées pour la première fois, l’exposition permettra de redécouvrir ce peintre quelque peu oublié et pourtant maître d’un réalisme silencieux, proche de ce qu’ont pu développer des artistes tel Edward Hopper.

Commissaire de l’exposition
Aurélie Voltz, directrice des Musées de Montbéliard, assistée de Nathalie Guillot.

Pratique

Musée du château des ducs de Wurtemberg
25200 Montbéliard
Tél. : 03 81 99 22 61
musees@montbeliard.com
www.montbeliard.fr
Vernissage le 2 avril 2015 à 18h

Exposition du 11 avril au 27 septembre 2015
De 10h à 12h et de 14h à 18h
Fermé le mardi et le 1er mai
Entrée : 5 euros / Tarif groupes et étudiants : 3 euros
Entrée gratuite pour les moins de 12 ans, les personnes handicapées,
ainsi que le 1er dimanche de chaque mois.



Pierre Aimar
Lundi 19 Janvier 2015
Lu 196 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...