arts-spectacles.com
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Musée de Pont-Aven. Anna Boch. Un voyage impressionniste. 3 février - 26 mai 2024

Le Musée de Pont-Aven est engagé depuis quelques années déjà dans une démarche de valorisation de la place des femmes dans l’histoire de l’art.


Musée de Pont-Aven. Anna Boch. Un voyage impressionniste. 3 février - 26 mai 2024
Défini comme un « musée citoyen » dans le projet de territoire de Concarneau Cornouaille Agglomération (tutelle du musée), l’établissement met au cœur de ses actions la parité femmes/hommes, de la mise à disposition gratuite de protections hygiéniques à la formation des agents, en passant par une programmation axée sur les artistes femmes. Le Musée de la Pêche de Concarneau (2e musée de CCA) dédie aussi son année 2024 au rôle des femmes dans le monde halieutique.

Exposer Anna Boch au Musée de Pont-Aven, c’est donc poursuivre ce travail de réflexion autour de la place des femmes dans l’art.
Après « Artistes voyageuses, l’appel des lointains » (plus de 60 000 visiteurs) - où était présenté le travail de Lucie Cousturier dont Anna Boch, elle-même voyageuse aguerrie, possédait deux œuvres – et avant « Femmes chez les Nabis. De fil en aiguille » du 22 juin au 3 novembre 2024, la présentation consacrée à cette artiste belge constitue une nouvelle étape pour mieux comprendre, au prisme du genre, les mécanismes de pouvoir dans le champ de l’art, tels qu’étudiés par Sylvie Patry dans le catalogue de l’exposition : « En valorisant des pratiques ou des principes artistiques accessibles aux artistes femmes, l’impressionnisme et les XX ont offert un terrain d’expression à visage découvert. Morisot, Cassatt et Boch n’ont pas eu à déployer de stratégie de contournement ou de dissimulation pour s’affirmer. Elles ont en quelque sorte recherché et obtenu une certaine indifférenciation de genre. Mais en inscrivant leur carrière dans ces « cercles de l’art neuf », elles ont chacune poursuivi une logique individualiste qui, à la fin du XIXe siècle, n’était accessible qu’à des femmes qui, comme elles, jouissaient d’un très fort capital culturel, familial et social. »

Anna Boch, Femme écrivant, vers 1888 Huile sur toile 104 x 83 cm Collection particulière © Art-Photo/PHIA
Anna Boch, Femme écrivant, vers 1888 Huile sur toile 104 x 83 cm Collection particulière © Art-Photo/PHIA
Le Musée de Pont-Aven, en partenariat avec le Mu.ZEE d’Ostende (Belgique) rend donc hommage à Anna Boch (Saint-Vaast, Belgique, 1848- Ixelles, Belgique, 1936), 175 ans après sa naissance. L’exposition dresse le portrait multiple d’une artiste, mélomane, collectionneuse, mécène, voyageuse et passionnée d’architecture à la personnalité dynamique et avide de découvertes. Anna Boch a en effet mené une vie très indépendante, un choix rendu possible grâce à ses origines sociales et à la bienveillance familiale. Seule femme à avoir adhéré aux cercles artistiques Les XX et La Libre Esthétique, animés par son cousin Octave Maus, elle s’y est positionnée – fait rare pour l’époque – d’égale à égale avec ses confrères. Ensemble, ils se lancent dans l’aventure du néo-impressionnisme, alors incarné par Théo van Rysselberghe, Paul Signac et Georges Seurat. Ses tableaux lumineux illustrent sa recherche du trait et de la couleur.
Sa passion de la nature l’a emmenée dans des coins reculés, rêvant de vivre dans une cabane, pour capter la beauté des paysages bucoliques. Amoureuse de la mer, elle a saisi la lumière et les reflets des côtes, notamment bretonnes, pour les transposer dans des compositions audacieuses. Anna Boch prend résolument toute sa place dans le post-impressionnisme des XIX et XXe siècles.

Le commissariat scientifique a été confié à Virginie Devillez, docteure en histoire, avec l’active participation du Dr Stefan Huygbaert, conservateur au Mu.ZEE et de Sophie Kervran, directrice du Musée de Pont-Aven. Plus de deux ans de recherches préliminaires ont été nécessaires pour réaliser cette exposition qui a accueilli plus de 90 000 visiteurs à Ostende.

Pour le Musée de Pont-Aven, c’est une véritable chance que de pouvoir s’associer avec le Mu.ZEE d’Ostende et de mettre en valeur une artiste femme qui a aimé représenter la Bretagne mais qui a aussi été mécène d’artistes de l’école de Pont-Aven. En effet, au salon des XX de 1889, parmi les six œuvres bretonnes de Gauguin, elle porte son choix, malgré le « ricanement de la foule », sur Conversation. Bretagne peint à Pont-Aven en 1888. Sans doute les œuvres de Moret, Bernard qu’elle collectionne et qui ornent les murs de sa demeure l’ont convaincue de partir sur les traces de ces peintres, pour la première fois en 1901 en Finistère Sud.

Info+

Musée de Pont-Aven
place Julia
29930 Pont-Aven
02 98 06 14 43
www.museepontaven.fr

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Pierre Aimar
Mis en ligne le Mardi 23 Janvier 2024 à 14:20 | Lu 135 fois

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 390

Festivals | Expositions | Opéra | Musique classique | théâtre | Danse | Humour | Jazz | Livres | Cinéma | Vu pour vous, critiques | Musiques du monde, chanson | Tourisme & restaurants | Evénements | Téléchargements