arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Le trésor de Naples exposé à Loches

Épicentre du Sud Touraine, royale et italienne jusqu’au bout des ruelles, Loches s’apprête à accueillir le somptueux trésor de Naples. Celui-ci est si précieux qu’il n’a voyagé que deux fois en sept siècles en dehors de sa chapelle napolitaine : à Rome en 2013 et à Paris en 2014.


Loches a donc l’immense privilège d’exposer quinze objets d’une valeur inestimable. Une exposition-événement, intitulée "Trésor de Naples : le mystère San Gennaro", prête à faire miroiter nos mirettes du 20 mai au 1er octobre 2021.

Un trésor hors normes

Buste reliquaire de San Gennaro
Buste reliquaire de San Gennaro
Le trésor de San Gennaro de Naples est le plus riche au monde, dépassant ceux de la couronne d’Angleterre et des tsars de Russie. Constitué au fil de sept siècles, il réunit 21 000 pièces extraordinaires d’orfèvrerie, de joaillerie, de statues d’or et d’argent, de peintures offertes au saint patron de Naples. Même Napoléon, qui aimait rapporter à Paris des trophées de guerre, n’osa y toucher, mais demanda à Joachim Murat de rendre visite au saint et de lui offrir un cadeau : un ostensoir en or, qui sera exposé à Loches.

Une histoire absolument étonnante

Au début du XVIe siècle, la ville de Naples est marquée par de nombreux fléaux. Le peuple de Naples s’adresse alors à son saint patron, San Gennaro, afin qu’il protège la ville. Pour sceller cette protection, les édiles locaux signent en 1527, en présence d’un notaire, un contrat historique avec le saint, mort pourtant douze siècles plus tôt : San Gennaro protègera Naples et Naples offrira au saint une magnifique chapelle. Ce contrat inédit et fondateur sera exposé à Loches.

Le miracle de San Gennaro

Probablement né à Naples vers 270, San Gennaro subit les persécutions de l’Empereur Dioclétien contre les chrétiens. En 305, il est condamné à mort. Jeté dans la fournaise, fouetté jusqu’au sang, attaché à des chevaux pour être écartelé puis emmené au cirque pour se faire dévorer par les fauves : rien n’y fait, le saint n’a pas une égratignure. Fou de rage, le préfet, rendu aveugle, ordonne sa décapitation. Le lendemain de sa mort, le 19 septembre 305, sa nourrice recueille son sang dans deux ampoules (flacons). Trois fois par an, encore aujourd’hui, ce sang se liquéfie : c’est le miracle de San Gennaro.

Une immersion dans la ferveur napolitaine

Au fil de l'exposition, on plonge dans la vie éruptive de Naples. L’immensité du trésor napolitain et la ferveur populaire qui l’entoure se révèlent, stupéfiants.
L’immersion est parfaite quand on parcourt en images la bouillonnante cité napolitaine, ses églises et la chapelle de San Gennaro. "Vedi Napoli e poi muori"…
Un bel hommage aux liens qui unissent Naples et la France, Loches et l’Italie depuis de nombreux siècles.

Les trésors de Loches

© DR
© DR
La belle du Sud Touraine conte à elle seule quinze siècles d’histoire(s) et cultive l’art de la "dolce vita" depuis 500 ans. En son cœur serti de pépites s’entremêlent influences transalpines et profondes racines tourangelles, qui se révèlent au gré du tout nouveau parcours urbain des Trésors de Loches. Quelques exemples...
Parcours Les Trésors de Loches : plan disponible à l’Office de Tourisme. Chaque deuxième dimanche du mois, animation "Les trésors à la carte", visites courtes et gratuites à picorer selon son gré : à chaque lieu, toutes les heures, un guide commente le monument et ses œuvres majeures.

La chancellerie, écrin renaissance

En ville basse, on s’arrête net devant la Bibliothèque laurentienne de Florence… ou presque ! L’exceptionnelle façade Renaissance de la Chancellerie lochoise est directement inspirée de l’œuvre florentine de Michel-Ange. Abritant habituellement le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine, le lieu est en 2021 l’écrin de l’exposition "Trésor de Naples : le mystère San Gennaro".

Les Caravage de Philippe de Béthune

"La Cène à Emmaüs" et "L’Incrédulité de Saint Thomas" : ces deux toiles maîtresses et intrigantes du XVIIe siècle ont été achetées directement au Caravage par Philippe de Béthune, grand mécène et collectionneur d’art. S’il n’est pas certain qu'elles aient été peintes par la main du maître, ce sont assurément les toutes premières œuvres qui ont montré, dans sa plus pure facture, le style révolutionnaire de Caravage en France.
En accès libre dans la Galerie Saint-Antoine, elles sont présentées avec une partie du trésor religieux lochois.

Les fresques de Ludovico Sforza

Dans les geôles du donjon de Loches, on est saisi par les fresques d’un prince déchu : Ludovico Sforza, duc de Milan, mécène de Léonard de Vinci mais ennemi des rois de France.
Ludovico Sforza serait enterré à Loches, dans la Collégiale Saint- Ours, selon les sources historiques. Après deux campagnes de fouilles archéologiques, des analyses scientifiques sont en cours. Le mystère Sforza devrait être résolu avant l'été...

Info+

Exposition "Trésor de Naples : le mystère San Gennaro" Loches, du 20 mai au 1er octobre 2021
Du 20 mai au 30 juin et du 1er septembre au 1er octobre : ouvert du mercredi au dimanche.
Du 1er juillet au 31 août, ouvert tous les jours.
Horaires : 10 h – 12 h 30 / 14 h – 18 h.
Tarifs : plein 7 € ; réduit 5,50 € ; gratuit jusqu'à 18 ans inclus. Billet jumelé avec le Musée Lansyer : 9 €.

www.ville-loches.fr
Copyrights : Musée de San Gennaro de Naples, Ville de Loches, Cité royale de Loches, Loïc Lagarde, David Darrault.


Pierre Aimar
Mercredi 10 Mars 2021
Lu 63 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 239