arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Ettore Favini, Au revoir, Carré d’Art-Nîmes du 22 février au 7 juin 2020

L’exposition à Carré d’Art-Musée d’art contemporain de Nîmes est présentée comme la conclusion d’une longue trajectoire, spatiale et temporelle, parcourue par Ettore Favini sur les itinéraires tracés par ces tissus.


photo Massimiliano Monnecchi
photo Massimiliano Monnecchi
Utilisant différents médiums, le travail d'Ettore Favini s'articule autour de la relation entre l'œuvre et la réalité environnante, explorant la possibilité de supprimer les barrières entre l'individuel et le collectif, le privé et le public.

C'est en 2015 que Ettore Favini ouvre devant lui un long chemin afin de retrouver un univers rendu visible par les interstices de la chaine et de la trame. Dans son devenir non conclus, Au revoir possède une temporalité ouverte qui navigue à travers les mémoires textiles inscrites dans la zone méditerranéenne. Depuis la Sardaigne, le projet est destiné à se poursuivre vers Gênes, Le Caire, Chieri et, au-delà des Alpes, jusqu'à Nîmes. Quatre villes qui ont des tissus en commun, dont les origines ont traversé le monde depuis plusieurs siècles : le "jean" ou "jeane" et le "denim", dont les vies sont indissociables.

L’exposition à Carré d’Art-Musée d’art contemporain de Nîmes est présentée comme la conclusion d’une longue trajectoire, spatiale et temporelle, parcourue par Ettore Favini sur les itinéraires tracés par ces tissus. Un parcours participatif qui a vu, grâce à l'accompagnement curatorial de Connecting Cultures (Milan), la collaboration des représentants et des artisans textiles des communautés égyptiennes et nord- africaines de Milan et de la Fondazione per il Tessile de Chieri. Les œuvres exposées préservent ainsi des histoires de vie, de famille, de travail et de compétences. Elles explorent les flux et les frontières méditerranéennes, de l'antiquité à nos jours, retracées avec aiguille et fil. Les œuvres ont comme scénario la mer, principal acteur historique de la narration. Telle est la réflexion qui sert de toile de fond à l’exposition de Carré d’Art. Centrée sur la métaphore de la mer et de la vie des tissus, elle nous incite donc à repenser l'histoire du monde, c'est-à-dire notre mémoire collective.

Une partie importante des œuvres exposées, ainsi que la publication qui raconte le projet artistique en s'ouvrant à différents récits et perspectives, ont été produites et éditées par Connecting Cultures, avec le soutien du Ministero per i Beni e le Attività Culturali e per il Turismo.

Commissariat de l’exposition : Roberta Garieri

Ettore Favini

Ettore Favini est né à Crémone en 1974. Il vit et travaille en Italie.
Ses œuvres ont été exposées dans d'importantes institutions italiennes et internationales, notamment : Museo del Novecento (Milan); Padiglione d’Arte Contemporanea (Milan); Galleria d'Arte Moderna (Milan); Fondazione Sandretto Re Rebaudengo (Turin); Museo Villa Croce (Gênes); Villa Medicis (Rome); American Academy (Rome); Museo d’Arte Provincia di Nuoro (Nuoro); Italian Academy (New York); Istituto Italiano di Cultura (Tirana); SongEun Art Space (Seoul); Autostrada Biennale (Prizren), Domaine de Chamarande (Paris).

Pratique

Carré d’Art–Musée d’art contemporain
Place de la Maison Carrée - 30000 Nîmes
Tél : 04 66 76 35 70
info@carreartmusee.com
www.carreartmusee.com


Pierre Aimar
Lundi 27 Janvier 2020
Lu 202 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 223



Inscription à la newsletter



Sète, une île ancrée au soleil

Par Jacqueline et Pierre Aimar
64 pages - The BookEdition
Version papier ou numérique

Cliquez sur l'image. Achat sécurisé

Sète, île ancrée au soleil, offre une visite sortant des sentiers battus du tourisme habituel.
Les lieux d’exposition et les centres d’arts sont au cœur de cet opus. C’est la découverte de mondes artistiques contrastés que dévoile ce port qui ne vit le jour qu’en 1666. 
C’est à dire, hier.