Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Zurbarán. Maître de l’âge d’or espagnol. Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, du 29 janvier au 25 mai 2014

BOZAR rend hommage au travail du peintre baroque à travers une sélection exceptionnelle de 50 toiles. Une rétrospective unique de l’œuvre de Francisco de Zurbarán, une première en Belgique !


Francisco de Zurbarán Saint Peter Nolasco’s Vision of the Heavenly Jezuralem 1629 Oil on canvas, 179 x 223 cm Inv. P1236 Madrid, Museo Nacional del Prado
Francisco de Zurbarán Saint Peter Nolasco’s Vision of the Heavenly Jezuralem 1629 Oil on canvas, 179 x 223 cm Inv. P1236 Madrid, Museo Nacional del Prado
Francisco de Zurbarán (1598-1664) est l’un des principaux peintres baroques de l’âge d’or espagnol, à l’instar de Velázquez et de Murillo. La dernière grande exposition internationale dédiée à son œuvre remonte à 1988 et s’est déroulée au Metropolitan Museum of Art (New York), au Musée du Louvre (Paris) et au Museo Nacional del Prado (Madrid). Pour la première fois – et exactement 350 ans après sa mort – un aperçu de sa production artistique est exposé en Belgique.

BOZAR et la Fondazione Ferrara Arte, en collaboration avec le Museo Nacional del Prado (Madrid) et le Museo de Bellas Artes (Séville), ont réuni une cinquantaine de toiles exceptionnelles issues des plus prestigieuses collections. L’exposition rassemble des œuvres remarquables, comme par exemple la Nature morte avec poteries, du Prado, ou Agnus Dei du San Diego Museum.

Quatre œuvres récemment découvertes sont même dévoilées pour la première fois au public, dont L’Apparition de la Vierge à saint Pierre Nolasque et le Mariage mystique de sainte Catherine d’Alexandrie. Six peintures, dont Saint Nicolas de Bari, L’ Archange Gabriel et Saint François (Milwaukee Art Museum) ont été spécialement restaurées pour l’occasion.

L’exposition suit un parcours thématique et chronologique et passe en revue les principales phases de la carrière artistique du peintre. Le public découvre ainsi ses œuvres de jeunesse, caractérisées par l’influence du Caravage et un éclairage dramatique, et se termine par ses dernières toiles, plus poétiques et personnelles.

L’œuvre de Zurbarán aborde principalement des sujets religieux, à l’instar de ses tableaux représentant la vie de saints, de martyrs et de moines, qu’il a surtout réalisés sur commande d’églises et de monastères. Tout comme ses bienfaiteurs, il a été très influencé par la pensée catholique et la contre-réforme. À l’époque, la peinture était considérée comme la lecture des croyants illettrés et elle devait donc être claire, simple et inspirante. Zurbarán obéissait à la doctrine et aux souhaits de ses commanditaires religieux, mais, d’un point de vue stylistique, il a outrepassé ce cadre stricte pour développer un langage visuel unique. Il mêle naturalisme pur et sensibilité poétique moderne. Ses tableaux apaisés surprennent aujourd’hui par leur modernité et leur intemporalité. L’œuvre de Zurbarán est d’ailleurs une source d’inspiration pour bon nombre d’artistes et d’auteurs contemporains. L’écrivain Cees Nooteboom a ainsi écrit de superbes essais sur son œuvre, qui ont permis de rendre l’artiste espagnol plus populaire auprès du grand public nord-européen.

En tant que maison pluridisciplinaire, BOZAR fait le lien avec d’autres formes d’art : la musique (le cycle de concerts L’Intime et le Sacré et le CD La Oreja de Zurbarán), le cinéma (Albert Serra) et l’art contemporain (Cristina Iglesias).

Biographie Francisco de Zurbarán

Né en Estrémadure en 1598, il fait son apprentissage à Séville, véritable carrefour culturel, héritier d’une histoire encore riche de rencontres et d’influences internationales. Zurbarán y devient un peintre respecté, sollicité par les autorités ecclésiastiques. Sa réputation dépasse les frontières de l’Andalousie, atteignant Madrid, ce qui lui vaut d’être appelé à la Cour de Philippe IV. Une fois les travaux royaux achevés, le peintre repart à Séville et y parfait son style. Son succès y est tel qu’il produit des œuvres répondant au goût de son époque, qu’il exporte vers le Nouveau Monde. Mais Séville décline et subit une épidémie de peste bubonique. Sa population est décimée, les commandes se font plus rares et les goûts esthétiques changent. Zurbarán rejoint alors Madrid où il passe les dernières années de sa vie, où il développe un style plus intimiste, plus doux, plus en phase avec le renouveau baroque. Il s’y éteint en 1664.

Commissaire Ignacio Cano Rivero

Ignacio Cano Rivero, ancien Directeur du Museo de Bellas Artes à Séville (2003-2007) et aujourd’hui Commissaire en Chef de ce même musée, est un expert de la peinture sévillane et de l’Âge d’Or Espagnol. Il a publié de nombreux articles sur Zurbarán et a fait des recherches au Department of Baroque Painting à la National Gallery de Londres. Cano a également organisé de nombreuses expositions, comme par exemple “Manet and Velázquez, the French taste for Spanish Painting” au MET à New York et “Zurbarán: IV centenario” à Seville (1998).


Conseiller Gabriele Finaldi
Gabriele Finaldi, Directeur associé de la Conservation et de la Recherche au Museo Nacional del Prado à Madrid, est vu comme l’un des experts majeurs du monde de la peinture espagnole et italienne. Ce titre lui a permis d’organiser d’importantes expositions internationales et de publier des études approfondies sur des peintres tels que Ribera, Zurbarán et Velázquez. Pendant dix ans, il a également été le conservateur de la peinture italienne et espagnole à la National Gallery à Londres. En 2002, il a été nommé Directeur associé de la Conservationet de la Recherche au Prado à Madrid, où il pilote la réorganisation et l’expansion extraordinaires de la collection permanente du musée.

Catalogue

A l’occasion de l’exposition, un catalogue richement illustré sera réalisé. La publication comprendra des contributions d’entre autres Ignacio Cano (étude introductive et contextualisation culturelle de Zurbarán dans son époque), Odile Delenda (Status Questionis Zurbarán), Gabriele Finaldi (Zurbarán et l’art italien), Benito Navarrete Prieto (Zurbarán et son atelier), Paolo Tanganelli(Zurbarán et la Mysticisme) et Maria del Valme Muñoz Rubio (Les matériaux et techniques de Zurbarán).

Programme multidisciplinaire

L’art contemporain, la musique, le cinéma et la littérature seront également représentés dans le cadre de l’exposition de Zurbarán.

L’artiste espagnole Cristina Iglesias, connue pour la Fontaine profonde devant le Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers, exposera deux installations (29.01.2014 au 25.05.2014). Dans son œuvre, elle étudie la sculpture comme un objet mis en relation avec l’espace et l’environnement.

BOZAR MUSIC présente un cycle de concerts intitulé « L’intime et le sacré »s’inspirant de la mystique de Zurbarán. En collaboration avec le Huelgas Ensemble et le label Cypres, BOZAR produit également un CD - La Oreja de Zurbarán - destiné à rendre au mysticisme du peintre espagnol sa dimension sonore. Paul Van Nevel et le Huelgas Ensemble ont tenté d’approcher l’univers musical de Zurbaran en imaginant ce qu’il aurait pu entendre à Séville et Madrid au XVIIe siècle. Le 26 mai, BOZAR MUSIC clôturera son cycle de concerts avec une session live de ce programme musical conçu en dialogue étroit avec l’exposition. Enfin, lors des nocturnes, de jeunes musiciens des conservatoires se produiront dans les salles de l’exposition, et mettront en présence les tableaux du maître et la musique de son siècle.

BOZAR CINEMA, pour sa part, mettra à l’honneur le cinéaste catalan Albert Serra (1975). Figure remarquable du cinéma contemporain, Serra s’est imposécomme un artiste incontournable. Il dialogue souvent avec l’histoire et la tradition. Le mysticisme du paysage espagnol et le quotidien joue un rôle proéminent dans son œuvre. Ses films s’abiment dans la lenteur et la contemplation. Dénué de parole, ils sont presque entièrement portés par la force des images. Au programme: la première de Història de la meva mort (31.01.2013) en sa présence. A la CINEMATEK, il dévoilera une carte blanche autour du thème du mysticisme (01.02.2014) et ses films précédents seront projetés (02.02.2014 et 06.02.2014).

BOZAR LITERATURE organisera en outre une rencontre, entre le cinéaste, grand admirateur de littérature, et Catherine Millet directrice de rédaction d’art press et connue pour son bestseller La vie sexuelle de Catherine M. Ils discuteront de la spiritualité dans l’œuvre de Zurbarán (14.03.2013).

Informations pratiques

Palais des Beaux-Arts
Rue Ravenstein 23
1000 Bruxelles
Info & Tickets 02 507 82 00

Heures d’ouverture
Du mardi au dimanche, 10.00 > 18.00
Jeudi: 10.00 > 21.00
Fermé le lundi

Catalogue
€ 49 à la BOZAR BOUTIK
BOZAR BOOKS & Fonds Mercator


Afficher Palais des Beaux - Arts sur une carte plus grande


Pierre Aimar
Lundi 9 Décembre 2013
Lu 249 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...