Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Ouverture de l'Intercontinental Marseille - Hôtel Dieu dans un lieu chargé d'histoire

Le plus grandiose des hôtels de luxe de Marseille va bientôt naître : l’InterContinental Marseille - Hotel Dieu. Juché sur la colline du Panier, le plus ancien quartier de la deuxième mégapole de France, il est implanté dans une majestueuse bâtisse du XVIIIe siècle : l’ancien Hôtel-Dieu.


Intercontinental Marseille - Hôtel Dieu © DR
Intercontinental Marseille - Hôtel Dieu © DR
Les escaliers monumentaux, coursives voûtées et larges terrasses de cet édifice dessiné par le neveu de Mansart surplombent la ville, offrant une vue exceptionnelle sur le Vieux-Port et l’emblématique basilique Notre- Dame de la Garde. Un emplacement somptueux pour un édifice unique, classé monument historique.

Plus important des établissements 5 étoiles de Marseille, l’hôtel proposera 194 chambres, dont 22 suites. 72 d’entre elles offrent un panorama sur le Vieux-Port ou sont dotées de terrasses privées dominant la ville. De leurs fenêtres, on sent battre le coeur de la bouillonnante cité phocéenne, élue Capitale européenne de la Culture 2013 et dont le marché du tourisme d’affaires et des croisières est en plein développement.

Confiée à Jean-Philippe Nuel, une des références mondiales en matière de design d’hôtels de luxe, l’architecture de l’InterContinental Marseille demeure fidèle à l’esprit et à l’histoire du lieu. De tonalité très minérale, en écho avec l’écrin naturel de la ville et ses ancestraux monuments, elle trouve également sa source d’inspiration dans la mer Méditerranée, berceau des civilisations.

Cette expérience authentiquement marseillaise, l’InterContinental Marseille - Hotel Dieu s’attachera à l’étendre dans les assiettes : outre une brasserie de 80 couverts se prolongeant sur une terrasse avec vue, l’établissement sera doté d’un restaurant gastronomique de 40 couverts, offrant maintes spécialités locales de poissons et de fruits de mer.

Côté détente, l’établissement proposera à ses hôtes de se ressourcer au sein de son Spa by Clarins géré par Deep Nature, un espace de 1 000 m2 équipé d’une piscine couverte, de deux saunas et d’un hammam, ainsi que de six cabines de soins utilisant les produits Clarins. Cet espace empreint de sérénité, au décor revisitant les traditionnels bassins et lavoirs provençaux, offrira à ses hôtes une plongée relaxante et régénératrice dans le chaleureux et sensuel univers aquatique méditerranéen.

L’InterContinental Marseille - Hotel Dieu accueillera par ailleurs les manifestations les plus variées, grâce à son centre de conférences de 1 000 m2. Il comportera également un centre culturel, qui mettra notamment en valeur son patrimoine architectural ancestral.

Projet-pilote sur le plan environnemental, l’InterContinental Marseille - Hotel Dieu est la toute première restructuration hôtelière faisant l’objet d’une certification Haute Qualité Environnementale. Sa réalisation a suivi un cahier des charges exigeant, notamment sur le choix des matériaux, la gestion de l’énergie et de l’eau, le confort visuel, acoustique ou encore la qualité sanitaire de l’air et de l’eau.

Le plus important des hôtels 5***** de la ville, l’InterContinental Marseille offrira dès son ouverture :

• 194 chambres et suites, dont :
- 172 chambres (dont 72 avec vue sur le Vieux-Port et 33 comportant des terrasses privées)
- 22 suites, dont 15 Suites Junior, 7 grandes suites offrant de remarquables hauteurs de plafond (fenêtres de 5 m de hauteur) et des vues exceptionnelles sur le Vieux-Port et Notre-Dame de la Garde, dont une Suite Présidentielle avec terrasse privée de 80 m2
• 1 terrasse extérieure de 750 m2, avec vue panoramique sur la ville et pouvant accueillir 160 couverts
• 2 restaurants, dont une brasserie de 80 couverts, se prolongeant sur une large terrasse avec vue ; un restaurant gastronomique de 40 couverts avec spécialités locales de poissons
• 1 lounge bar de 65 places intérieures et 40 places en coursive
• 1 centre de conférences de 1 000 m2
• 1 piscine couverte
• 1 spa, sous enseigne Clarins
• 1 espace culturel pour manifestations privées et expositions
• 1 parking en sous-sol de 54 places
© DR
© DR

L’architecture de l’InterContinental Marseille - Hotel Dieu a été confiée à Jean-Philippe Nuel, ...

... une des références mondiales en matière de design des hôtels de luxe, et dont les créations se distinguent par leur diversité. L’inspiration est portée par le bâtiment lui-même : une architecture du XVIIIe siècle d’après des plans de Mansart, considérée comme l’une des plus belles réalisations hospitalières de l’ancien régime.

C’est le caractère minéral du bâtiment, façade en pierre de Cassis percée d’une arcature puissante qui donne l’esprit du projet. Le luxe de ce projet s’exprime par les matières, la qualité des espaces et l’histoire du lieu.
La deuxième source d’inspiration est la ville de Marseille elle-même avec son ouverture sur la mer Méditerranée.

Comme l’Hôtel-Dieu, la ville est très minérale avec le rocher qui affleure. Le ciel, lavé par le mistral, donne une lumière très vive qui découpe des ombres tout en contraste. Enfin le dialogue avec l’eau est permanent, depuis l’Estaque jusqu’à la corniche en passant par le Vieux-Port. Le lobby de l’hôtel joue avec ces différentes thématiques. La minéralité s’exprime avec une alternance de pierres noires et blanches à l’identique des sols historiques de l’hôpital et en écho à la cathédrale Sainte-Marie Majeur et la basilique Notre-Dame de la Garde, deux bâtiments parmi les plus emblématiques de la ville.
À l’image des calanques qui dialoguent entre rocher et mer, le caractère minéral du lobby est adouci par l’évocation de la Méditerranée : sculptures de poissons emmaillés, tapis peignés comme le sable ainsi que le travail du maître verrier Ateliers Bernard Pictet pour exprimer le reflet et le scintillement de la mer.
Derrière la Réception et en perspective de l’entrée, ces panneaux de verre sculpté sont des fenêtres virtuelles sur la mer permettant l’échappée du regard en réponse à la verrière du plafond qui, quant à elle, permet de découvrir la façade de l’Hôtel Dieu en contre plongée.
À l’étage supérieur, le Bar et les Restaurants sont situés dans les parties historiques du bâtiment et bénéficient de ce fait d’une grande hauteur sous plafond.

De Hôpital Saint-Esprit à lHôtel-Dieu

Fondé en 1166 par la Confrérie Saint-Esprit sous le nom « Hôpital Saint-Esprit », l’édifice était à l’origine un ensemble de maisons étroites communicantes accueillant enfants abandonnés et malades.

Au XIIIe siècle l’administration de l’hôpital passe sous contrôle municipal. En 1344, Bernard Garnier, riche négociant, fonde l’Hôpital Saint-Jacques de Galice, destiné aux femmes. En 1593, Charles de Cazaulx, premier Consul de Marseille réunit l’Hôpital Saint Jacques de Galice et l’Hôpital du Saint Esprit en un seul et même établissement qui prend le nom d’Hôtel-Dieu.

L’Hôtel-Dieu de Marseille s’agrandit au fil du temps. En 1723, Jacques Daviel (célèbre par la mise au point de la cure de cataracte par extraction du cristallin) institue un enseignement d’Anatomie dans les locaux de l’hôpital. Sous l’Ancien Régime, il se différencie des autres hôpitaux français en confiant le soin de ses malades à un personnel exclusivement laïc.

L’accroissement régulier de la population marseillaise, malgré les terribles épidémies qui ravagent la ville, fait que l’hôpital est toujours trop petit. De 15 000 habitants aux XIIe et XIIIe siècles, la population passe à 65 000 fin XVIIe et à plus de 100 000 à la Révolution de 1789. Face à cette crise démographique, l’hôpital fait régulièrement l’objet de projets d’agrandissement.

En 1993, les derniers malades quittent l’Hôtel-Dieu. L’établissement assure alors l’enseignement des élèves infirmiers. Il ferme définitivement ses portes en 2006.

Notes
L’Hôtel-Dieu de Marseille figure parmi les réalisations majeures de l’architecture hospitalière française du XVIIIe siècle.

Situés en général à l’ombre de la cathédrale et dépendant de l’autorité de l’évêque, les premiers hôtels-Dieu font leur apparition en France au VIIe siècle. Leur origine n’est pas certaine mais il semble qu’au départ, ils servaient à héberger les pèlerins et à évangéliser les voyageurs. Progressivement, cette fonction hospitalière s’est transformée. Elle fut divisée d’une part en hospice et d’autre part en hôpital accueillant principalement les vieillards, les malades et les nécessiteux.

C’est à l’Hôtel-Dieu de Marseille qu’a eu lieu la première opération de la cataracte, dès 1750.

A près une restructuration complète décidée en 1860, le nouvel Hôtel-Dieu est inauguré par Napoléon III, le 15 novembre 1866, jour de fête de l’impératrice Eugénie.

Les fondations d’une chapelle du XIIe siècle sont enterrées sous le lobby de l’hôtel. Classée par les services archéologiques de la ville, une partie de la mosaïque sera exposée dans l’hôtel.

Les couloirs des coursives de l’Hôtel-Dieu étaient situés à l’avant du bâtiment. Ils étaient ouverts, l’opinion médicale générale du XVIIIe voulant que l’air frais circulant était bon pour les malades. Aujourd’hui, ces coursives ont été transformées en terrasses privées qui donnent sur le Vieux-Port et Notre-Dame de la Garde.


Pierre Aimar
Jeudi 7 Février 2013
Lu 2064 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...