Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Nel mezzo del mezzo, arte contemporanea nel Mediterraneo, Museo Riso, Palerme (Italia), du 10 octobre au 30 novembre 2015

L'exposition Nel Mezzo Del Mezzo est dédiée au souvenir, au sacrifice et au courage de l'archéologue Khaled al-Asaad, assassiné avec barbarie par l'Etat Islamique. Khaled al-Assad a protégé jusqu'à sa fin tragique l'art et la culture de la Méditerranée, transmettant ainsi au monde des valeurs éternelles.


Nel mezzo del mezzo, arte contemporanea nel Mediterraneo, Museo Riso, Palerme (Italia), du 10 octobre au 30 novembre 2015
La Méditerranée, berceau des mythes occidentaux, lieu d’échanges depuis les débuts de son histoire, est aujourdh’ui en proie à de profondes transformations, voire à des soubresauts sociopolitiques violents. Sans ignorer les événements actuels, occasionnant une spectacularisation médiatique récente du conflit voire du désastre, alors que le phénomène de migration a été en Méditerranée un processus constant voire enrichissant l’exposition Nel Mezzo del Mezzo, relativisant la notion de centre au cœur du nom même de Méditerranée (la mer au milieu des terres), vise également à faire ressortir des universaux. C’est notamment une des dialectiques qui a fondé sa culture, celle du dionysiaque et de l’apollinien, caractérisée par une oscillation entre l’attrait pour la science, la connaissance, la rationalité d’une part, le plaisir et la jouissance sensuelle d’autre part, parfois menés jusqu’à la destruction. Les œuvres présentées seront l’expression de ces tensions, entre les formes les plus abstraites voire spirituelles, jusqu’aux propositions les plus contingentes, charnelles, matérielles voire politiques.

De nombreuses thématiques se font jour, du lien à l’antique aux questions des échanges, de la migration et des frontières, de la diaspora et des conflits, sans oublier les substrats culturels caractérisant la Méditerranée, la convivialité, la tradition maritime, les produits échangés, la musique voire la danse. L’exposition présente les œuvres de 80 artistes dans cinq lieux différentes. Elle se tiendra au Museo Riso (2000 m2), à l’Albergo dei Poveri (3000 m2), au Palazzo Sant’Elia, à la Chapelle dell’Incoronazione et au Palazzo delle Aquile, tous situés dans le même quartier. Ces questions rythmeront l’accrochage qui offrira des rencontres inédites, par exemple entre les œuvres du groupe Forma 1 (Accardi, Sanfilippo, Consagra etc.) issu de Sicile, avec l’abstraction d’artistes libanaises (Choucair, Adnan, Caland). L’œuvre de la sarde Maria Lai sera mise en regard avec celle de Luca Francesconi autour du thème du lien aux produits issus de la terre. L’héritage d’Alberto Burri et de son fameux «Cretto» à Gibellina sera mis en regard avec des œuvres d’artistes contemporains de Raphaël Zarka à Marzia Migliora.

Un ensemble d’œuvres sera réuni autour du volcan Stromboli de Giovanni Anselmo à Masbedo en passant par le documentariste Vittorio De Seta. Ainsi sont explorées les questions de la Méditerranée et de son territoire (Emilio Isgrò, Michele Ciacciofera, Mona Hatoum), de la ville comme de la mer, de la vie quotidienne aux pratiques socioculturelles. La musique sera évoquée par Hassan Khan comme par Luca Vitone, sans oublier les concerts litophoniques de pierres de Pinuccio Sciola. Rythmant le parcours de l’ancienne Albergo dei Poveri, un ensemble d’œuvres explorera également le lien à l’antique de Christodoulos Panayiotou à Etienne Chambaud.

Les thématiques liées aux déplacements, migrations ou tourisme seront également évoquées avec les regards croisés de l’espagnol Carlos Aires et de l’italienne Marcella Vanzo. Les pratiques religieuses et le rapport à la spiritualité regrouperont les œuvres de nombreux photographes ainsi que les installations spécifiques de Rachid Koraïchi et Younès Rahmoun dans la Chapelle dell’Incoronazione inspirées par le soufisme.

Cette exposition est conçue par les commissaires Christine Macel (conservatrice en chef au Centre Pompidou, Paris), Marco Bazzini (historien d’art et critique d’art) et Bartomeu Mari (directeur du MacBa à Barcelone de 2008 à 2015), sous la houlette du Museo Riso de Palerme, d’après une idée originale de l’écrivain François Koltès et de l’artiste Michele Ciacciofera qui participe à l’exposition. Elle prend particulièrement sens dans le contexte actuel sicilien, par sa centralité même au sein de la Méditerranée, comme par son histoire parsemée de moments de confrontation et d’intégration, avec les vagues successives grecque, arabe, normande, espagnole etc.
Elle permettra de découvrir ou redécouvrir, parallèlement aux artistes vivants venant de la Méditerranée ou y étant simplement passés, dans les années récentes, de grandes figures historiques qui y ont travaillé comme Maria Lai, Emilio Isgrò ou Hidetoshi Nagasawa. Des œuvres nouvelles et des commandes (Mohamed Bourouissa, Benoît Maire) seront présentées pour la première fois. Le vernissage du samedi 10 octobre sera l’occasion d’un moment de convivialité rythmé par des performances (Gabriela Ciancimino, Pinuccio Sciola ou Kader Attia, entre autres)

Pratique

Riso
Museo d’Arte Contemporanea della Sicilia
Corso Vittorio Emanuele, 365
Palermo



Pierre Aimar
Jeudi 19 Novembre 2015
Lu 97 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...