Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Les plongeuses jamnyo (haenyo) de Jeju en Corée par Ok-Kyung Pak

Située à l'extrême sud-ouest de la péninsule coréenne, à une heure d'avion de Séoul (capitale), Jeju est la plus grande île de la Corée et l'unique province insulaire de la Corée du Sud aujourd'hui. Elle est appelée l'« île aux trois abondances » : de femmes, de vents et de pierres.


L'expression, qui n'est en rien romantique, évoque la rude vie des femmes sur l'île. Les vents puissants et le sol volcanique rocheux composent un environnement naturel particulièrement hostile. Cet environnement, ce sont les femmes qui l'affrontent pour survivre, les hommes étant plutôt rares : si certains se noyaient en mer, d'autres, fort nombreux, partaient sur le continent pour livrer les tributs au gouvernement central ou pour commercer. La croyance veut aussi que la géomancie de l'île ne soit pas favorable aux hommes qui meurent jeunes. Ce rôle dévolu aux femmes a fait la réputation de Jeju, considérée comme l' « île aux femmes », ou parfois comme une « société matrilinéaire ».

À Jeju, nombre de femmes sont des jamnyo, des plongeuses en apnée qui, lestées d’une ceinture de plomb, descendent dans les profondeurs de la mer en moyenne quinze jours par mois pour pêcher des ormeaux et des conques ainsi que du varech, et ainsi faire vivre leur famille. Se retrouvant au petit matin au bord du rivage, elles se changent et plongent ensemble en apnée pendant 4 à 7 heures, une plongée durant à peu près deux minutes. Une jamnyo senior expérimentée peut aller jusqu’à 20 m. de profondeur. Les plongeuses possèdent la mer collectivement, et ce qui y est recueilli doit être partagé, parce qu’elles sont les descendantes d’une ancêtre, la déesse mère Seolmundae Halmang. Les plongeuses accomplissent un rituel chamanique pour rendre les graines à l’ancêtre et nettoient la mer de la même façon qu’un paysan retourne le sol. Leur croyance dans une vie collective qui protège les ressources naturelles de l’océan s’écarte radicalement des théories de l’économie de marché. La valeur de ces femmes tient non pas à l'argent qu'elles gagnent, mais à ce qu'elles donnent : leur force et leur générosité.

À travers l’étude d’un système de parenté (kwendang) fondé sur l’échange, de la vie communautaire et des valeurs sociales et économiques des plongeuses jamnyo, l’anthropologue Ok-Kyung Pak décrit et analyse une société « centrée sur les femmes ». Dans cette société, les pratiques chamaniques des plongeuses en l’honneur de la déesse de la mer qui leur offre sa protection coexistent avec l’influence du néo-confucianisme venu du continent. En outre, elle retrace historiquement les différentes étapes conduisant à la formation de ce modèle social qui se caractérise aussi par un rapport de protection et de symbiose avec la nature. La pertinence de cette étude prend tout son sens au vu du déclin inéluctable du nombre de plongeuses provoqué par le développement industriel et la pollution des océans.

Cet ouvrage est une coédition Fondation culturelle/Musée Barbier-Mueller et Editons Ides & Calendes.

Née en Corée, Ok-Kyung Pak est titulaire d’un doctorat en anthropologie sociale de l’université de Laval au Québec. Après avoir consulté la littérature sur Jeju pendant près de cinq ans, elle a effectué un travail de terrain durant plusieurs mois. En 2010, elle a enseigné à l’Université Nationale de Jeju où elle a conduit jusqu’en 2016 une étude sur les femmes plongeuses jamnyo dont l’essentiel est présenté dans notre livre.

Éditions Ides et Calendes
www.idesetcalendes.com
Format 18,5 x 24 cm, 176 pages, 134 illustrations en couleur.
Broché sous couverture couleur
ISBN : 978-2-8258-0288-5 - Prix : 29 euros - CHF 29
Sortie : Hiver 2019


Pierre Aimar
Vendredi 30 Novembre 2018
Lu 80 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 29



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs