Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Les Ballets de Monte-Carlo de février à juillet 2019

Pour le deuxième temps fort de leur saison chorégraphique, Les Ballets de Monte-Carlo offriront du 25 au 28 avril 2019, un moment de danse particulièrement généreux et dépaysant. La Compagnie interprétera deux créations.


La Mégère apprivoisée les 26, 27, et 28 juillet
La Mégère apprivoisée les 26, 27, et 28 juillet
La première, signée Jean-Christophe Maillot, rappellera aux participants de « F(Ê)AITES DE LA DANSE ! » le moment exceptionnel qu’ils ont partagé le 1er juillet 2017 avec les danseurs de la compagnie. Accompagnés par Antonio Castrignanò et son orchestre des Pouilles, ceux-ci avaient interprété Coré meu de Jean-Christophe Maillot et enflammé la Place du Casino.
Le Chorégraphe-Directeur des Ballets de Monte-Carlo a souhaité renouveler cette collaboration et proposera au printemps 2019 une création « dionysiaque » en clin d’œil à Maurice Béjart. Ce ballet grand format, qui fera la part belle aux mouvements d’ensemble, prendra toute sa dimension dans le cadre prestigieux de la Salle des Prince du Grimaldi Forum.
Lors de ce même programme, les Ballets de Monte-Carlo interpréteront également une création du chorégraphe madrilène Goyo Montero. Aujourd’hui directeur et chorégraphe principal du Ballet de Nuremberg, Goyo Montero est avant tout un danseur talentueux passé par le Conservatoire Royal de Madrid et la mythique École du Ballet national de Cuba. Il est aussi un collaborateur récurrent du Prix de Lausanne qui voit en lui un répétiteur exceptionnel. C’est sa capacité à fédérer un groupe de danseurs en lui insufflant une énergie peu commune à travers son langage poétique et personnel qui a incité Jean-Christophe Maillot à l’inviter à Monaco.

Puis viendra le moment pour les élèves et les professeurs de l’Académie Princesse Grace de montrer au public le résultat d’une année de travail et d’apprentissage à l’occasion du traditionnel Gala de fin d’année. Les 21, 22 et 23 juin, le public pourra ainsi apprécier à la Salle Garnier de l’Opéra de Monte-Carlo, l’étendue de leurs talents grâce à un programme varié rassemblant plusieurs styles de danse, du plus classique au plus contemporain.

Enfin, dans le cadre de « L’Été Danse ! », Les Ballets de Monte-Carlo interpréteront La Mégère apprivoisée de Jean-Christophe Maillot, son fameux ballet créé pour le Bolchoï ayant obtenu trois Masques d’Or en 2015, du 26 au 28 juillet dans la salle des Princes du Grimaldi Forum (meilleur spectacle chorégraphique, meilleur rôle féminin et meilleur rôle masculin).

Tout au long de 2019, La Compagnie aura à cœur d’assumer son rôle d’ambassadeur culturel de la Principauté de Monaco en suivant un rythme de tournées d’une rare intensité. Dès le mois de février, elle se rendra au Théâtre des Champs-Élysées à Paris pour présenter à nouveau son programme « En compagnie de Nijinsky » (avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo dirigé par Kazuki Yamada). Puis la compagnie s’envolera vers d’autres scènes plus lointaines telles que le Teatro Nacional à Saint Domingue, le China National Center for the Performing Arts à Pékin, le Seoul Arts Center ou encore le Arts Center de Melbourne… Les tournées s’achèveront en juillet dans le Théâtre Antique d’Orange pour une représentation magique de Roméo et Juliette dans le cadre des Chorégies d’Orange.

A découvrir l’ensemble de la programmation sur : www.balletsdemontecarlo.com/fr/saison-2018-2019



Pierre Aimar
Jeudi 10 Janvier 2019
Lu 73 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 25



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs