Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Le Nez, de Dimitri Chostakovitch, en octobre 2011 à l'Opéra de Lyon

Comment un compositeur de 24 ans seulement peut-il avoir écrit une oeuvre aussi géniale que Le Nez ? C’est un feu d’artifice permanent, une tornade, un cyclone musical avant-gardiste qui dévaste tout en passant, un vacarme de marches grotesques, de galops hilarants, de polkas déjantées. Une folie. Un régal !


Le Nez © Ken Howard/ Metropolitan Opera de New York
Le Nez © Ken Howard/ Metropolitan Opera de New York
Ces deux heures joyeusement iconoclastes tirent leur inspiration d’une nouvelle sarcastique de Nicolas Gogol. L’assesseur de collège Platon Kovaliov découvre un matin que son nez a disparu. Ce fichu nez devient dès lors un personnage autonome. Kovaliov va alors essayer de le récupérer par tous les moyens. Mais tantôt il se niche dans le pain mangé par le barbier à son petit-déjeuner, tantôt il apparaît revêtu d’un uniforme de conseiller d’État. La presse, la police, une vieille comtesse, la femme du barbier, la fiancée de l’assesseur et sa future belle-mère, la foule, la ville entière se mêlent de l’affaire, dans un tourbillon sans fin. Ce nez après lequel tout le monde court est une métaphore de la modernité, aussi fascinante qu’insaisissable. Créé en 1930 à Leningrad, ce premier opéra de Dimitri Chostakovitch avait pour projet de “dynamiter la scène figée de l’opéra“ : un projet somme toute révolutionnaire. Et pourtant ! La critique soviétique officielle en fustigea les audaces et Le Nez fut interdit, puis redonné seulement en 1974, un an avant la mort du compositeur. Très rare sur les scènes françaises, cette oeuvre d’une verdeur et d’une vélocité sans pareil fait son entrée au répertoire de l’Opéra de Lyon.

Propos du metteur en scène William Kentridge

Artiste originaire d’Afrique du Sud, William Kentridge travaille le dessin et le “dessin pour projection cinématographique“, la gravure, le collage, la sculpture, la performance et la mise en scène. Dans son oeuvre protéiforme, il associe avec une grande inventivité le politique et le poétique.

Le symbole
“Le Nez évoque plusieurs questions : qu’est-ce qu’être humain ? A quel point sommes-nous seuls et singuliers ? Jusqu’où pouvons-nous nous opposer les uns aux autres ? Le Nez raconte aussi les horreurs de la hiérarchie bureaucratique.“

L’imaginaire
“Dans les extraordinaires interludes musicaux, je m’écarte un peu du récit pour explorer ces moments où le Nez est peu présent sur scène ; j’imagine tout ce qui pourrait lui arriver. Je le suis dans sa quête : le Nez tombe amoureux, le Nez cherche à devenir un membre du Politburo, etc. Pour ces images, j’utilise des séquences d’archives soviétiques, mélangées à des images où l’on voit le Nez, tel ce défilé militaire avec un cavalier sur lequel j’ai posé un nez en surimpression. Techniquement, c’est très simple, presque artisanal. Nous avons travaillé image par image, il s’agit parfois d’images projetées sur une table, parfois d’un bout de papier froissé qui représente le Nez.“ L’absurde “Dans Le Nez, dans le livret, dans la musique, j’aime l’idée que tout est possible. L’histoire de quelqu’un qui perd son nez, un sujet aussi simple et aussi absurde que ça, c’est une source d’énergie et d’action, une source d’inspiration pour la création d’images et la fabrique de théâtre.“

Direction musicale / Kazushi Ono
Mise en scène et vidéo / William Kentridge
Metteur en scène associé / Luc De Wit
Scénographie / William Kentridge et Sabine Theunissen
Costumes / Greta Goiris
Lumières / Urs Schönebaum
élaboration et montage de la vidéo / Catherine Meyburgh
Orchestre et Choeurs de l’Opéra de Lyon

Platon Kouzmitch Kovaliov / Vladimir Samsonov
Le Nez / Alexandre Kravets
L’Inspecteur de police / Andrey Popov
Ivan Yakovlévitch, barbier / Vladimir Ognovenko
Praskovia Ossipovna / Claudia Waite
Ivan, domestique de Kovaliov / Vasily Efimov
Le Fonctionnaire du journal / Yuri Kissin
Le Docteur / Gennady Bezzubenkov
Pélagie Grigorievna Podtotchina / Margarita Nekrasova
La Fille de Madame Podtotchina / Tehmine Yeghiazaryan

Les dates

octobre 2011
sam 8 - lun 10 - mer 12
ven 14 à 20h
dim 16 à 16h
mer 19 - jeu 20 à 20h

Réservations : 0 826 305 325


Pierre Aimar
Mardi 30 Août 2011
Lu 873 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 22





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...