Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)






La Reine de Saba de Gounod à l'Opéra de Marseille

A la découverte d'une partition inégale mais non sans attraits


Consécration pour la Reine Karine

© DR
© DR
Gounod, c'est comme les Tripailloux, on aime ou on déteste. D'accord avec vous, si Mireille, Roméo et Juliette, Faust se sont maintenus au répertoire, c'est grâce à son inspiration et son génie français qui brillaient encore de mille feux.

Par contre, si le reste de sa production a eu du mal à s'imposer, avouons le bien bas, hélas, c'est là qu'est l'os...

Voyons un peu cette Reine de Saba, présentée en version de concert à l'Opéra de Marseille. L'intrigue d'abord : abracadabrantesque à souhait ! Jules Barbier et Michel Carré ne se sont pas foulés en essayant de tirer la substantifique moelle du Voyage en Orient de Nerval. On y va ?
L'architecte Adoniram désespère de réussir à forger une grande piscine représentant la mer d'airain. Même sous le soleil de Jérusalem, n'est pas Benvenuto Cellini qui veut...
Bénoni, son apprenti, l'informe de l'arrivée de la Reine de Saba qui vient rendre visite à son fiancé Soliman/Salomon.
Esthète comme pas deux, la Reine Balkis tombe sous le charme de l'architecte et de son travail. C'est lui qui a construit le Palais du Sultan, tout plaqué or, de teintures tendues et de marbre au sol comme aux murs...
Pas de bol, au deuxième acte, alors que toute la cour s'est déplacée, « en prime time », pour venir voir enfin cette fonte de la mer d'airain (en fait une gigantesque vasque remplie d'eau soutenue par douze taureaux, devant servir à la purification des prêtres), le haut fourneau, saboté au thermostat 6 par un trio de frustrés, explose !
Le moral dans les babouches mais honnête, l'artiste insiste pour rendre le superbe collier offert par la Reine en guise d'acompte sur les travaux. La vraie Affaire du Collier de la Reine viendra plus tard... Et là, patatrac, Balkis lui avoue ses sentiments !
La fin, bancale et bâclée, relève de l'occasion manquée. Soliman, sentant les cornes lui pousser, tient à son mariage (tout a été payé chez Pronuptia et décommander le traiteur à la dernière minute, çà ne se fait pas).
La fuite des nouveaux amants reste la seule solution. Hélas, quand çà ne veut pas, çà ne veut pas, Adoniram se fait occire par ses trois ouvriers insoumis... et la Reine arrive trop tard au rendez-vous. Mort, chœur céleste, union ultime, rédemption et tout et tout...

Venant après le scandale de Tannhauser (mars 1861), avec quinze représentations seulement, la Direction de l'Opéra va vite se rabattre sur La Muette de Portici, autre valeur sûre du répertoire.
Œuvre de commande donc, on sent bien que Gounod a un tantinet forcé sa nature pour respecter les conventions du grand opéra de l'époque. Même si quelques pages clinquantes à souhait séduisent, elles sont vite oubliées. L'erreur pour Gounod est peut-être d'avoir voulu composer, dans le style de Meyerbeer, ce dont il s'était pourtant dispensé avec intelligence pour son Faust.

Berlioz, vachard, osera écrire, : « qu'il n'y avait rien dans sa partition, absolument rien. Comment soutenir ce qui n'a ni os ni muscles ? ».  
Plus virulente, la critique de Johannes Weber dans " Le Temps " du 14 mars 1862 : « Quel intérêt peut éveiller une pièce où les six personnages les plus importants sont sots et ridicules, quand ils ne sont pas lâches, fourbes, scélérats et repoussants »
Il faut donc une sacrée dose de culot, de courage, de talent pour tenter de donner vie à ces pages aux relents soi-disant maçonniques qui feront le chagrin, sinon la honte du Grand Charles.

Chapeau bas tout d'abord au sympathique et toujours jeune directeur Maurice Xiberras de faire découvrir au public phocéen cette œuvre qui ne mérite pas les Gémonies...
La distribution réunie pour ces quatre représentations est de «  primo cartello ». Ce que la musique nous refuse parfois, les voix, généreuses, nous l'apportent, comme sur un plateau, balaient tout sur leur passage, et ne font qu'une bouchée de ce loukoum un tantinet indigeste, même si la seconde partie recèle des trésors musicaux inouïs.
Au pupitre, Victorien Vanoosten, dirige un formidable orchestre, des chœurs dynamiques et chamarrés, exploite d'une manière toute hollywoodienne le potentiel de la partition, son clinquant, son aspect parfois terrifiant. Bravo Maestro !

Dans le rôle titre, Karine Deshayes nous renvoie à un âge d'or du chant français que l'on croyait perdu depuis longtemps. D'une insolence vocale rare, d'une déclamation toute cornélienne, d'une douceur et fureur toute raciniennes, la sympathique soprano, splendide d'amour éperdu, sincère, ne triche jamais, ne force jamais rien, au point que l'on croirait le rôle écrit pour elle.
Plaisir enfin de saluer ici Jean-Pierre Furlan, le seul ténor français, après qui vous savez, qui ose rendre ses lettres de noblesse à un répertoire oublié. La beauté intrinsèque de la voix s'allie à une vaillance qui place sa prestation dans une sorte de condensé du chant moderne, contenu, maîtrisé.
Marie-Ange Todorovitch dans le court mais difficile rôle de Bénoni, chante en mec, un rôle de mec. Parfait, simplement parfait.
Cécile Galois, en trois notes achève de nous séduire tout comme le Soliman de Nicolas Courjal plus Boris que jamais en Sultan roulé dans la farine.
Le reste du plateau s'en donne à cœur joie dans la trahison, le complot, la veulerie. Eric Huchet, Régis Mengus et Jérôme Boutilier chantent trois syndicalistes avant l'heure, sortis tout droit d'une manifestation d'Insoumis. Et c'est par eux que le malheur arrive...
Christian Colombeau



Christian Colombeau
Mercredi 23 Octobre 2019
Lu 944 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 26



Inscription à la newsletter



Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs

Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs
Espagne, Carnet de voyages rassemble les escapades découvertes dans 14 villes d’Espagne, effectuées ces deux dernières décades et enfin rassemblées.
Coups d’œil et notes de voyage de deux amoureux de l’autre Espagne, éloignée des bords de mer parfumés aux odeurs des crèmes solaires.
Des voyages au cœur de l’été quand l’Andalousie ou l’Extremadure sont écrasées de lumière, de chaleur et d’ombres mystérieuses.
Des périples à la mode des voyageurs du 19e siècle. Avec du temps devant soi pour déguster sur quelque place royale le ballet de la vie ordinaire.

Renseignements :
Pierre Aimar - sortir@wanadoo.fr

Pierre Aimar
20/06/2020