Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



L'Auberge du Cheval blanc toujours aussi plaisante au 11e festival d'opérette de Nice, par Gérard-G. Léopold di Offite

C’est dans une salle comble que nous a été donnée cette gentille opérette se passant sous le règne de l’Empereur François Joseph d’Autriche Hongrie, pleine de quiproquos, de rebondissements, et qui est toujours un plaisir des yeux et de l’oreille.


L'Auberge du Cheval blanc toujours aussi plaisante au 11e festival d'opérette de Nice, par Gérard-G. Léopold di Offite
Saluons la truculente mise en scène de Serge Manguette, lui-même impressionnant et facétieux dans le rôle du maître-d’hôtel Léopold…
Il faut souligner que cette mise en scène est servie par un plateau jeune, dynamique, plaisant à regarder et tous d’une voix égale. Même Frédéric Scotto (Bistagne) ira de son couplet… Décors un tantinet kitsch, costumes superbes.
Un accessit tout particulier au désopilant duo Leopold-Josepha (Caroline Gia), elle-même à genoux et lui en profitant de plus belle, faisant hurler dans la salle la gent féminine !
Tout ce beau monde royalement servi par l’Orchestre du CNRR et son chef Sébastien Driant ainsi que par l’excellent ballet Contre-UT.
Nous oublierons bien vite l’agacement du fumigène réglé toutes les deux minutes tout au long du spectacle et la trop longue présentation et remerciements ampoulés dignes du Catalogue de Leporello, mais en moins bien…

A suivre : Méditerranée le 7 septembre, Valses de Vienne le 16 septembre et la Folle Nuit de l’Opérette en clôture le 5 octobre.

Gérard-G. Léopold di Offite
23 juin 2012


Gérard-G. Léopold di Offite
Jeudi 26 Juillet 2012
Lu 382 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 22





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...