arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Hodler//Parallélisme, Musée Rath, Genève du 20 avril au 19 août 2018

Ferdinand Hodler s’est éteint le 19 mai 1918 dans son appartement du quai du Mont-Blanc, à Genève. Pour marquer cette année de centenaire, le Musée d’art et d’histoire s’est associé au Kunstmuseum Bern pour proposer une exposition qui aborde la carrière du peintre d’un point de vue inédit : le parallélisme.


Ferdinand Hodler (1853-1918) Le Lac Léman vu de Chexbres, vers 1905 Huile sur toile, 80 x 100 cm © Musée d'art et d'histoire de Genève
Ferdinand Hodler (1853-1918) Le Lac Léman vu de Chexbres, vers 1905 Huile sur toile, 80 x 100 cm © Musée d'art et d'histoire de Genève

En 1897, convié par la Société des amis des beaux-arts de Fribourg, Ferdinand Hodler donnait une conférence qui allait rester dans les annales : La mission de l’artiste. Ce texte est devenu célèbre car il détaille les principes du parallélisme, théorie selon laquelle la nature serait organisée de manière rigoureuse. Un ordre que le peintre s’efforcera par la suite de restituer dans ses tableaux, par le biais de compositions élaborées.

L’exposition Hodler//Parallélisme se propose de revisiter l’oeuvre de Ferdinand Hodler par le prisme du parallélisme, passant en revue portraits, paysages, scènes historiques et fresques d’inspiration symboliste à la lumière de ces principes de composition. Une sélection d’une centaine de tableaux, réunis grâce la générosité d’institutions publiques et privées, ainsi que de collectionneurs en Suisse et en Europe, sont organisés en suivant les grandes lignes du discours de Hodler, qu’il s’agisse du sentiment de grande unité et de régularité que l’artiste percevait dans la nature, de l’évidente symétrie qu’il identifiait dans le corps humain ou encore du rythme et de la logique qu’il affectionnait dans l’architecture dont il reprend les codes pour composer ses oeuvres monumentales.

La présentation aborde ensuite le parallélisme des formes, mais également le parallélisme entre les sujets, les motifs, voire les modèles, que Hodler se plaît à décliner, même à plusieurs années d’intervalle. Parallélisme des sentiments, enfin, chez cet artiste aussi maître de ses moyens devant un panorama de montagne que face à la lente agonie de sa maîtresse gravement malade. Car selon lui, « la mission de l’artiste est d’exprimer l’élément éternel de la nature, la beauté, d’en dégager l’essentiel. »

Commissariat
Laurence Madeline, conservatrice en chef du patrimoine, Genève
Nina Zimmer, directrice du Kunstmuseum Bern, Berne

Le parallélisme

Le système du parallélisme développé par Hodler est si efficace qu’il couvre tout le champ de sa production, du portrait au paysage en passant par les grandes scènes historiques ; il organise même des liens entre ses tableaux. Autant de genres que l’exposition Hodler//Parallélisme revisite, à la lumière des propos tenus par l’artiste lors de sa conférence donnée à Fribourg en 1897 : « Si maintenant, dans la pensée, je compare les éléments dominants des choses qui m’ont laissé une impression forte et durable, ceux dont l’ensemble m’a le plus saisi par l’unité imposante, je reconnais dans tous les cas l’existence d’un même caractère de beauté : le parallélisme. Je veux essayer maintenant de l’indiquer. »

Le concept de l’exposition

Ni rétrospective, ni parcours thématique, l’exposition Hodler//Parallélisme propose de montrer un artiste théoricien, sûr de ses moyens, de ses objectifs et de sa place dans le milieu artistique de son temps. L’exposition appréhende son oeuvre par le biais de sa pensée, à travers la sélection d’une centaine d’oeuvres dont près de la moitié provient des collections du Musée d’art et d’histoire et du Kunstmuseum Bern, coproducteurs de la manifestation. La présentation inclut également un nombre important de prêts accordés par des collections privées et publiques en Suisse et en Europe, parmi lesquelles le Kunstmuseum de Bâle, le Kunsthaus de Zurich et le Kunstmuseum de Soleure.
Le visiteur pourra suivre Hodler dans l’ingénuité de ses perceptions, la logique et la cohérence de sa pensée : de sa découverte du brin d’herbe, du rocher, du nuage, du massif montagneux, de sa représentation d’hommes et de femmes, isolés ou rassemblés, actifs ou en contemplation jusqu’à sa définition d’un monde et d’une nature agrandis et simplifiés jusqu’au sublime.

Informations pratiques

Musée Rath
Place Neuve - 1204 Genève
Ouvert de 11 à 18 heures
Fermé le lundi
Entrée : CHF 15.-/CHF 10.- Libre jusqu’à 18 ans et le premier dimanche du mois
Inauguration le 19 avril 2018, dès 18 heures
Site Internet : www.mah-geneve.ch
Blog : www.blog.mahgeneve.ch
Facebook : www.facebook.com/mahgeneve
Twitter : @mahgeneve


Musée Rath
Mardi 20 Février 2018
Lu 307 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 210



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine