arts-spectacles.com
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Enigma, le huis clos de Patrick Burgan à l’Opéra de Montréal

Un jeune journaliste vient rendre visite à un grand écrivain, isolé sur une île et qui l’accueille avec deux coups de fusils… Enigma, c’est l’histoire de deux hommes qui se découvrent pris dans un triangle amoureux, entre ombres et mystères.


Enigma, le huis clos de Patrick Burgan à l’Opéra de Montréal
La musique de Patrick Burgan donne toute sa couleur à l’écriture fascinante d’Éric-Emmanuel Schmitt pour un huis clos intense et émouvant. Après une création remarquée à l’Opéra de Metz en 2022, l’œuvre est reprise à partir du 7 avril à l’Opéra de Montréal dans la mise en scène de Paul-Émile Fourny et sous la baguette de Daniel Kawka.

Enigma de Patrick Burgan
D'après la pièce d'Éric-Emmanuel Schmitt Variations énigmatiques
Dialogue lyrique pour 2 ténors, chœur de femmes et orchestre
OPÉRA DE MONTRÉAL
Dimanche 7 avril 2024 à 14 H
9 • 11 • 13 avril 2024 à 19 H 30

Rencontre avec Patrick Burgan

Qu’est-ce qui vous a attiré dans la pièce d’Éric-Emmanuel Schmitt ?
Je me suis tout de suite dit qu’il y avait matière à opéra : la pièce commence avec deux coups de fusils, j’en ai fait deux grands chocs orchestraux qui sont devenus la cellule rythmique génératrice de la partition. Et puis il y a une force émotionnelle constante, avec ses flux et ses reflux, on est embarqué dans un tourbillon incessant de vagues qui vous précipitent d’un côté et de l’autre : c’était une vraie source d'inspiration musicale.

Comment vous êtes-vous emparé de cette œuvre ?
Avec l’accord d’Éric-Emmanuel Schmitt, j’ai dû couper le texte pour obtenir un opéra de deux heures. La pièce initiale se base sur les Variations Enigma d’Elgar : ce thème mystérieux et ses 14 variations aux titres obscurs sont à l’image de cette femme insaisissable autour de laquelle tout tourne. Après avoir hésité, j’ai choisi d’intégrer cette référence musicale mais de manière sous-jacente. Lorsqu’on comprend que cette femme est un lien invisible entre ces deux hommes, on entend de manière très stylisée la dernière variation d’Elgar. Et puis, au fur et à mesure, on revient en arrière, des dernières variations vers les premières jusqu’au thème initial qui est donné tel quel,comme un voile qui se lève avant de retomber.

Quels sont les thèmes qui vous ont inspiré ?
Il y a cette histoire d’amour forte et complexe, mais aussi la question du destin : l’idée qu’on peut passer à côté de choses essentielles au cours de sa vie. Si Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling interrogeait l’enfance, je crois que le personnage central d’Enigma c’est la femme, un être idéal qu’on appelle, qu’on regrette et qu’on ne voit jamais. Je l’ai représentée virtuellement par un choeur féminin invisible, une voix sans parole, venue de l’au-delà. Et puis, après un amoncellement d’éléments tragiques, les derniers mots de l’opéra sont une ouverture vers un avenir possible : dans mes œuvres vocales, il y a souvent cet appel final vers la lumière.
­
Pourquoi ce choix de deux voix de ténors ?
C’est une idée de Roberto Alagna qui a été en partie à l’origine de ce projet. Ces deux hommes que tout semble opposer sont finalement plus proches qu’on ne le croit à travers cette femme qu’ils ont connue, d’où leur ressemblance vocale. Cependant, chacun a ses inflexions musicales : celles du vieux misanthrope sont plus tortueuses et chromatiques, plus malsaines en un sens. Alors que le jeune, qui est plus proche de la beauté de la vie et du bon sens, a des intervalles clairs et évidents. Mais ces inflexions se croisent aussi au fil des échanges psychologiques entre les personnages.

Qu’est-ce que cela représente pour vous de retrouver cette production ?
Il y a déjà les deux chanteurs, Antoine Bélanger et Jean-Michel Richer, qui sont tout à fait remarquables, aussi bien vocalement que dans leur performance de comédiens. Et puis Paul-Émile Fourny a su trouver une atmosphère visuelle saisissante pour sa mise en scène ! Enfin il y a Daniel Kawka qui connaît parfaitement la musique contemporaine et qui adore le lyrique : à Metz il avait vraiment réussi à partager son enthousiasme avec les musiciens.

Cette reprise à Montréal, c’est donc un aboutissement ?
L’idée de cet opéra date de 2007 ! C’est un projet de longue haleine, notamment l’orchestration parce que j’ai écrit pour un orchestre du type de celui d’Elektra ou de Salomé, avec un vaste ensemble de percussions. J’ai même composé une version réduite pour 11 instruments que l’Opéra de Montréal m’avait demandée dans un premier temps avant d’être convaincu par la création française et de préférer la version pour grand orchestre. C’est vraiment l’œuvre d’une vie !

Le mot de Daniel Kawka, chef d’orchestre

Daniel Kawka © DR
Daniel Kawka © DR
J’ai dirigé une quarantaine d’opéras dont plusieurs créations lyriques, mais j’ai été frappé par la justesse prosodique d’Enigma, une adéquation entre le texte et sa transcription sonore qui inscrit l’oeuvre dans une lignée très française, héritée de Rameau, Debussy ou Poulenc.

Patrick Burgan est un “trouveur”, comme on parlait autrefois de trouvère : il y a une plasticité mélodique et une intensité lyrique dans son écriture qui sont la signature d’un grand homme de théâtre. L’auditeur est ainsi totalement inclus dans la psychologie des personnages par tout un jeu de thèmes et de motifs récurrents qui nous rappellent des situations antérieures et anticipent sur les situations dramaturgiques futures.

Enfin il y a un grand orchestre mais la voix ne s’en extrait jamais par la force, au contraire elle est intégrée par un jeu savant et chambriste des timbres. La musique de Patrick Burgan est une musique d’expression harmonique dans la continuité de Dutilleux et de Messiaen, ce qui lui permet de déployer tout un jeu d’ombres et de lumières, éclairant chaque situation par la polyphonie et la texture harmonique.

Je suis très heureux de pouvoir reprendre Enigma un an après sa création, c’est l’épreuve du feu ! Si on réussit cette reprise, il y aura une suite. Et cette œuvre le mérite car elle a tout pour elle : la durée, le format, la dramaturgie et la richesse musicale. Patrick Burgan est décidément l’un des grands créateurs de notre temps.

(113) Enigma - Interview de Daniel Kawka - YouTube

Info+

Distribution
PATRICK BURGAN, compositeur
ÉRIC-EMMANUEL SCHMITT, librettiste
PAUL-ÉMILE FOURNY, metteur en scène

ANTOINE BÉLANGER, Abel Znorko (ténor)
JEAN-MICHEL RICHER, Erik Larsen (ténor)
ORCHESTRE DE CHAMBRE I MUSICI DE MONTRÉAL
CHOEUR DE L'OPÉRA DE MONTRÉAL
DANIEL KAWKA, Chef d'orchestre

SCÉNOGRAPHIE & ÉCLAIRAGES Patrick Méeüs
COSTUMES Dominique Louis
COPRODUCTION Opéra-Théâtre de Metz Métropole, Opéra de Montréal

Toutes les infos : www.operademontreal.com/programmation/enigma

Pierre Aimar
Mis en ligne le Vendredi 5 Avril 2024 à 00:40 | Lu 157 fois

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 40

Festivals | Expositions | Opéra | Musique classique | théâtre | Danse | Humour | Jazz | Livres | Cinéma | Vu pour vous, critiques | Musiques du monde, chanson | Tourisme & restaurants | Evénements | Téléchargements