Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



De Goya à Delacroix, les relations artistiques de la famille Guillemardet. Musée Rolin, Autun, du 21 juin au 21 septembre 2014

Exposition du 21 juin au 21 septembre 2014 - Autun- Musée Rolin.
Ferdinand Guillemardet, natif de la région d’Autun, fut médecin, maire de la ville, député, puis ambassadeur de France à la cour du roi d’Espagne où Goya réalisa son portrait. Ses fils étaient amis d'enfance d'Eugène Delacroix qui exécuta plusieurs portraits de Félix. 'exposition retrace le destin hors du commun de cette famille bourguignonne.


Ferdinand Guillemardet, un acteur du foisonnement culturel et intellectuel de la fin du XIXe siècle

Cet événement mettra en lumière la fulgurante ascension d'un médecin bourguignon, Ferdinand-Pierre Guillemardet, qui, après avoir assuré les fonctions de maire et de député, se verra offrir celles d'ambassadeur de France en Espagne par Talleyrand. Son réel goût artistique le pousse à commander son portrait à Goya ; il sera l'un des premiers à acquérir la fameuse série de gravures, les Caprices, du grand artiste. Nouant des liens d'amitié avec la famille Delacroix, les Guillemardet affichent un destin hors du commun.
L’exposition du musée Rolin permettra aux visiteurs d’appréhender toutes les facettes de la personnalité de Ferdinand Guillemardet en illustrant le fil de sa vie d’œuvres symboliques, mais aussi de témoignages plus personnels, évoquant les relations intimes avec la famille du grand peintre romantique Eugène Delacroix.
Le portrait de Ferdinand Guillemardet peint par Goya, prêté par le musée du Louvre, constitue l’une des pièces maîtresses de l’exposition.
Il trouvera son écho dans le portrait de son fils, Félix Guillemardet, peint par Delacroix.
Fait remarquable, c’est la première fois que ce tableau issu d’une collection privée américaine, sera présenté au public en France. En effet, cette œuvre du peintre parisien dont on connaissait l’existence mais dont on avait perdu la trace, a été acquise récemment par un collectionneur américain. Il reviendra en France pour la première fois à l’occasion de l’exposition d’Autun.
Figureront au sein de l'exposition des œuvres de Goya, Delacroix, Fielding, Couture, Gérard, Dantan… des carnets de dessins, des sculptures, des échanges de correspondances... Autant de témoignages du foisonnement intellectuel de la vie politique et culturelle de cette fin du XVIIIe et de la première moitié du XIXe siècles.
Prêteurs publics et privés ont été sollicités pour apporter leur concours à l’exposition : le musée du Louvre, le musée national Eugène-Delacroix, le musée Carnavalet, le château de Versailles, la Bibliothèque nationale de France, l'INHA, le musée Goya de Castres, le musée Réattu d'Arles, le musée de la Faïence de Nevers, le musée de la Révolution de Vizille.
Un feuilletoire numérique permettra au public de découvrir de manière ludique et didactique les eaux-fortes et aquatintes de la série les Caprices de Goya, et les carnets de dessins d'Eugène Delacroix. L’écran tactile et sa fonction zoom facilitent une approche en détails des œuvres ; la rétroprojection vient en aide aux commentaires à destination des groupes : une autre façon d’appréhender une œuvre d’art.
E. Delacroix - Portrait de Félix Guillemardet - Coll privée, USA - Photograph Courtesy of Sotheby’s, Inc. © 2010
E. Delacroix - Portrait de Félix Guillemardet - Coll privée, USA - Photograph Courtesy of Sotheby’s, Inc. © 2010



Amanda Evrard
Mardi 10 Juin 2014
Lu 200 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...