Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Blachon en liberté ! Exposition au Musée Regards de Provence, à Marseille, du 1er juillet au 29 novembre 2020

En hommage au grand dessinateur humaniste Roger Blachon (1941-2008), et de son épouse, Mireille, prématurément disparue pendant le confinement, et de leur joie de vivre, humour et dérision, le Musée Regards de Provence organise l’exposition « Blachon, en liberté ! » pour donner de la légèreté et de la poésie à l’atmosphère ambiante et aborder des sujets de notre vie quotidienne sous un angle divertissant et décalé.


Cette exposition révèle ses mondes onirique, poétique, naturaliste, vinicole, érotique, sportif et éclectique qui témoignent de son immense talent de coloriste et de son grand art de la mise en page aux traits vifs. L’exposition rassemble plus de 70 dessins et illustre chaque thématique par une série de maximes et pensées écrites par l’artiste.

Ses Mondes…
Roger Blachon fut un formidable illustrateur, un humaniste, un poète, un rêveur, un voyageur d’une curiosité inouïe.
Doté d’un humour contemplatif et décalé, sa création est mise en exergue par une palette colorée étonnante et parfois révélée en grand format. Cynique mais jamais amer, Blachon s’est perfectionné dans ce dessin d’humour sans parole ou juste souligné d’une phrase laconique, inspiré par ses pères spirituels : Dubout, Crumb et Blondin.

L’imaginaire débordant, ses recherches, son perfectionnement, son lyrisme artistique, la poésie des couleurs, l’élégance du trait de plume révèlent, avec tendresse toujours, avec impertinence parfois, les mondes de Blachon. Du message direct à la symbolique des images, Blachon nous montre en douceur la vénalité, la mesquinerie, l’absurdité, la faiblesse, l’amour, le rêve de l’homme et du surhomme…
Tous ses personnages ou animaux - sportifs, arbitres, public, vignerons, oiseaux, éléphants,…, sont passés affectueusement au crible et ponctuent ses scènes oniriques, poétiques, naturalistes, vinicoles, érotiques, sportifs ou éclectiques.
La bonhomie c’est l’humanité « Blachonienne ».
Ses personnages ont des corps grassouillets, des formes boudinées, des volumes rondouillards. La morphologie du « blachomme » est enveloppée, car circonscrite par un trait précis, prise dans un contour.
Blachon excelle dans la multitude, dans l’analyse des postures et expressions de foules incroyables – une profusion rabelaisienne pointilleuse. Son côté obsessionnel et son souci du détail aboutissent à des fresques où rien n’est laissé au hasard.

Ses maximes & pensées extraites de ses carnets autour de…

Son Monde Vinicole
« Il y a plus de vérité dans la bouche d’un homme saoul que dans celle d’un menteur. »
« Vini – buvi – vidi – vessie. »


Son Monde Onirique
« Ca sert à rien d’être beau si ça sert à rien. »
« Si l’on doit employer la force pour faire valoir ses idées cela veut dire que les idées manquent de force. »
« Chaque individu est une espèce en voie de disparition, je suis à moi tout seul une espèce en voie d’extinction. »
« La vie n’a d’intérêt que si elle est vécue. »

Son Monde Naturaliste
« Je déteste le monde en général, mais j’adore plein de choses en particulier. »
« On a vu des chasseurs amoureux de la nature, mais jamais la nature amoureuse des chasseurs. »
« Nous allons vers une nouvelle forme de culture, une culture plus universelle, une culture que l’on pourrait appeler « LA CULTURE SIMPLETTE » qui ne ferait pas mal à la tête et dans laquelle Dieu aurait une grande place. »

Son Monde Erotique
« Je voudrais être un SEXAGENIAL. »
« Quand Dieu créa l’homme, il eut un mouvement de recul – il se dit qu’il venait de faire une grosse bêtise, hésita un moment puis voyant que le mâle était fait – il continua à déconner, il fit la femelle. »
« Parmi toutes mes fiancées, tu es la « poule position. »

Son Monde Sportif
« Les journalistes sportifs sont des marchands de superlatifs. »
« Le sport m’inspire profondément, quand j’écris j’expire lentement. »

Son Monde Eclectique
« L’artiste peintre peut se permettre de ne pas être un intellectuel. Son oeuvre y gagne souvent en clarté… »
« ‘Loin d’être con’ ça ne veut pas dire ‘près d’être intelligent’ ».
« Le 20e siècle ne vit pas son temps, il l’emprunte. »

Sa carrière

Roger Blachon fût d’abord professeur de dessins avant de devenir illustrateur de livres pour Gallimard et Denoël, entre autres. Il a publié son premier dessin d’humour en 1962 dans la revue Adam. Il conçoit des images publicitaires et progressivement ses dessins se retrouvent dans L’Enragé, Planète, Lui, Okapi, Télérama Junior, Le Journal du Dimanche, Le Nouvel Observateur, Notre Temps. En 1985, L’Equipe Magazine lui propose de croquer la vie sportive pour l’hebdomadaire. « J’y ai vu une vitrine extraordinaire, pas à cause de la notoriété que ça pourrait m’apporter mais parce que cela signifiait un dessin pleine page et en couleurs chaque semaine » disait Blachon de son engagement. De rajouter « Certaines fois, à six heures du matin, je ne savais pas quoi faire, mais j’aime cette adrénaline » confessait-il. Et à midi, il trouvait.
Sa collaboration avec L’Equipe magazine, pour lequel il a fourni pendant vingt ans un dessin sportif humoristique chaque samedi, popularisera son oeuvre. Passionné de sports, et particulièrement de rugby, Roger Blachon est consacré champion de France de deuxième division avec le PUC (Paris Université Club) en 1969 et devient plus tard l’un de ses dirigeants. « C’est un fidèle, un convivial, un homme de solidarité », disait Daniel Herrero, le « mage du Rugby ». Ses dessins sur le sport sont réunis dans de très nombreux albums. Le Cherche Midi a édité en 2004 Rugby d’avant et d’après et ses autres albums sont disponibles chez Glénat.

A côté de son travail pour la presse, il est l’auteur de nombreux albums de dessins comme, Cartoon Party en 1977, ou Rugby d'avant et d'après, réédité pendant la Coupe du monde de rugby en 2007. Durant sa carrière, il recevra le Grand prix de l’humour blanc (1987), le Prix Antoine Blondin, le Grand prix de l’humour noir (1992), le Prix 1999 de l’Académie des sports et le prix de l’Humour Vache en 2003. Il était membre des Humoristes Associés - H.A.

Informations pratiques et Visites

Musée Regards de Provence
Allée Regards de Provence
13002 Marseille

Ouvert du mardi au dimanche.
Horaires de juillet à aout de 13h30 à 18h.
Horaires de septembre à décembre 11h à 18h.
Billet expositions temporaires : Plein Tarif : 6,50€. Tarifs réduits: 5,50€ - 4,70€ - 2,00€.
Billet couplé expositions temporaires & scénographie permanente : Plein Tarif : 8,50€. Tarifs réduits 7,50€, 6,50€
Visites commentées pour groupe : expositions « Lucien Jacques, le sourcier de Giono » & « La Provence de Giono » : tarif d’entrée + 7€ /pers., du mardi au samedi sur réservation.
Inscription sur réservation au info@museeregardsdeprovence.com ou au 04 96 17 40 40

Blachon en liberté ! Exposition au Musée Regards de Provence, à Marseille, du 1er juillet au 29 novembre 2020

Blachon en liberté ! Exposition au Musée Regards de Provence, à Marseille, du 1er juillet au 29 novembre 2020

Blachon en liberté ! Exposition au Musée Regards de Provence, à Marseille, du 1er juillet au 29 novembre 2020

Blachon en liberté ! Exposition au Musée Regards de Provence, à Marseille, du 1er juillet au 29 novembre 2020

Blachon en liberté ! Exposition au Musée Regards de Provence, à Marseille, du 1er juillet au 29 novembre 2020


Pierre Aimar
Mardi 23 Juin 2020
Lu 206 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 228



Inscription à la newsletter



Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs

Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs
Espagne, Carnet de voyages rassemble les escapades découvertes dans 14 villes d’Espagne, effectuées ces deux dernières décades et enfin rassemblées.
Coups d’œil et notes de voyage de deux amoureux de l’autre Espagne, éloignée des bords de mer parfumés aux odeurs des crèmes solaires.
Des voyages au cœur de l’été quand l’Andalousie ou l’Extremadure sont écrasées de lumière, de chaleur et d’ombres mystérieuses.
Des périples à la mode des voyageurs du 19e siècle. Avec du temps devant soi pour déguster sur quelque place royale le ballet de la vie ordinaire.

Renseignements :
Pierre Aimar - sortir@wanadoo.fr

Pierre Aimar
20/06/2020