Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Alain Brunet et Akpé Motion, carnet de voyage n° 6 Pacifique Sud - la Polynésie française, novembre 2014

Nous sommes arrivés samedi 9 novembre à 22h30 à l’aéroport de Faaa (Tahiti), commune proche de Papeete sur laquelle est implanté l’ensemble des installations aéroportuaires ; le maire de Faaa, indépendantiste, a exercé les fonctions de président de la Polynésie française au cours des années 2000.


Alain Brunet et Akpé Motion, carnet de voyage n° 6 Pacifique Sud - la Polynésie française, novembre 2014
Accueil avec musique polynésienne, colliers de fleurs, photos, comme le veut une tradition toujours très vivace ; les amis sont présents : Céline Granier qui a organisé notre tournée à la demande du vice recteur ; Jean-Louis Larrey le président de l’association Musique en Polynésie, Patrick Guichard, plasticien, qui avec son épouse Martine, a la gentillesse de me loger dans sa maison riche de ses toiles sur les hauteurs de Punaauia.

Dimanche 9 novembre, après avoir loué une voiture, nous nous retrouvons dans une autre très belle maison : celle de Sylvie et Jean-René Vignaux pour un déjeuner très convivial ; maison d’architecte, superbement décorée, qui offre une vue à couper le souffle sur Papeete, le lagon, l’océan et Mooréa ; la piscine donne l’impression d’être suspendue au dessus du vide et lorsqu’on la découvre en entrant dans la maison, le bleu de l’eau se confond avec celui du lagon et du ciel. Saisissant !

C’est dans cette maison que nous donnons lundi soir notre premier concert ; entre temps, Edgar Dorantes (piano) est arrivé de Xalapa via Mexico ; comité d’accueil fourni et donc colliers de fleurs plus épais ! Edgar est parfumé pour la nuit à la fleur de tiaré ! Il remplace Jean Gros rentré à Paris début novembre (cf. carnet 5). Une centaine de personnes ont répondu à l’invitation du couple Vignaux qui sont coutumiers de l’organisation de concerts. Chacun verse son obole avant d’entrer et apporte qui du vin, qui un dessert, qui un plat ! à 18h30 l’apéritif est servi et une heure plus tard les musiciens entrent en scène.

Ce concert est le premier d’Akpé Motion new look : Outre Edgar au clavier numérique, il y a un jeune bassiste polynésien de 20 ans Vatéa Le Gayic que nous avions remarqués l’an dernier lors de notre passage à Tahiti et que nous avons sollicité cette année pour la partie polynésienne de la tournée.

Répétition lundi après-midi, veille du concert, entrecoupée de bains dans cette piscine surréaliste ! Vatéa, casquette rivée sur la tête jour et nuit, s’avère un très bon bassiste ; nous constituons somme toute assez vite un répertoire nouveau que nous rodons l’après midi du concert. Jean-René Vignaux, le maître de maison, est saxophoniste aussi décidons nous de jouer le bis avec lui ; va pour Jean Pierre cette bluette à qui Miles a donné des lettres de noblesse.

Les spectateurs arrivent entre 18h et 19h30 ; beau succès nous indique-ton d’autant que nous sommes au milieu d’un grand pont ! Public majoritairement féminin : enseignantes, professions libérales (le couple qui nous accueille est un couple de médecins) etc…. ambiance de plus en plus chaleureuse l’alcool aidant. Nous entrons en scène à 19h45 pour un set de plus d’une heure et demie ; pause pour permettre au public de se restaurer et de boire. Nous sommes plutôt satisfaits de ce premier set d’un premier concert. Le public est très enthousiaste ; nous aussi bien sûr !

La pause terminée, nous entamons un deuxième set qui va durer près de 2H ; la fatigue commence à se faire sentir ; bah, à l’approche de minuit Round midnight en duo avec Edgar clôt la partie strictement musicale de la soirée. Champagne ! La soirée s’étire et le public se raréfie…nous achevons avec Edgar et Pascal une mousse de marrons puis je rentre chez les amis Guichard ; il est 1h du matin et les contrôles d’alcoolémie sont en cours !

11 novembre 14 ! Je n’ai pas le courage d’aller voir le Haussaire en Grand blanc* célébrer l’armistice ; nous nous retrouvons pour un déjeuner de lendemain de fête chez les Vignaux. Musique et sieste après le café….puis dîner ! Mareva, corps de liane moulé dans une combinaison blanche, arrive à 18h30 pour assister au concert de la veille…elle aura droit à un oral de rattrapage.

Mercredi 12 novembre, finies les plaisanteries ! Lever 5h30 pour être à 6h30 dans le grand auditorium du conservatoire de la Polynésie française à Papeete !! Nous accueillons à 7h les élèves de la classe CHAM[2] du collège de Tiperui et leur professeur Céline Granier. Il est prévu de leur faire travailler deux pièces du répertoire d’Akpé Motion (Tamarin Sunset et Rominus) afin de donner ensemble un concert sur le kiosque de la place Vaiete de Papeete samedi 22 novembre. Se joindront aussi à nous une classe de percussions polynésiennes. C’est jour de rentrée (vacances de La Toussaint) aussi une petite dizaine d’élèves ont-ils oublié d’apporter leur instrument et les partitions…

Nous faisons contre mauvaise fortune bon cœur et travaillons 4h durant avec les jeunes violonistes, violoncellistes, flûtistes (les meilleurs de la classe), guitaristes, trombonistes, pianistes, le répertoire communiqué il y a quelques semaines au professeur de la CHAM. Les deux chaînes de télévision locale, Polynésie première (groupe France télévision) et TNTV, se déplacent pour filmer cet « événement » dont il sera rendu compte dans le journal du soir. A 11h, un certain épuisement se fait sentir !

Même scénario le lendemain avec en prime à 13H, la découverte de la classe de percussions polynésiennes dont le volume sonore est appréciable lorsque toutes les percussions sont sollicitées. Après une heure d’écoute, le silence est bienvenu ; il faut maintenant faire cohabiter Akpé Motion avec les violons, violoncelles, flûtes, trombones, guitares et cet ensemble de 26 percussions ; le métissage est un combat pour paraphraser un célèbre homme politique du siècle dernier ! Suite et fin de l’aventure samedi 22 novembre avec un concert public sur le kiosque de Papeete en présence de la nouvelle ministre de l’éducation de Polynésie et du vice recteur.

Vendredi départ en ferry pour Mooréa à l’heure du déjeuner ; Mooréa, pour ceux qui ne connaissent pas cette île, est la plus proche de Tahiti ; ses ananas et ses cocoteraies sont réputées ; l’île a gardé un aspect authentique : peu de voitures, une vraie douceur de vivre même si le WE il y a afflux de tahitiens dans les hôtels.

A propos d’hôtel, nous sommes au Pearl Resort and Spa, un des quatre hôtels luxueux de l’île ; bien évidemment nous sommes accueillis dans le cadre d’un échange de services : un concert contre deux nuits d’hôtel dans différents bungalows avec spa privatif ! Pas mal dois-je dire !

Le Général manager nous accueille fort sympathiquement tout en regrettant que Pascal Bouterin n’ait pas apporté de toiles ; concert sur le haut du bar devant quelques afficionados venus déjà l’an dernier disséminés parmi de jeunes touristes américains et australiens en lune de miel ; les amis présents regrettent que la com. ne soit pas bonne….éternel problème ! Le concert est apprécié ; il est suivi d’un excellent dîner !

Se réveiller pour aller plonger à 6h30 du matin dans une eau de piscine à 30° et de lagon à 27/28°est un privilège dont il convient d’abuser durant les quelques heures que nous passons à Mooréa ; deuxième concert le samedi au restaurant du golf de Mooréa ! Quel golf ! Nos afficionados de la veille emmenés par Maurice et Françoise Blanc, savoyards tombés amoureux de Mooréa, ont encore répondu présents et convaincu des amis de se joindre à eux ; heureusement car le public est un peu maigre ; arrivent une poignée d’amateurs de jazz alors que nous terminons….mais on savait pas, on vient juste de l’apprendre…éternel refrain !

Dimanche matin 16 novembre, branle bas de combat à 5h30 du matin: Air Tahiti exige d’embarquer le frêt (matériel son et batterie) sur un vol pour Huahiné en fin de matinée. Aie ! Céline Granier qui a reçu l’appel prend les choses en main et avec l’aide de nos deux stagiaires récupère le matériel laissé la veille au restaurant du golf ; en effet la porte arrière du kangoo ne se verrouille pas aussi sommes nous obligés d’inventer des solutions pour chaque lieu de concert ! Course contre la montre car il n’y a qu’un ferry le matin et il part de Mooréa à 7h !! Bien évidemment le restaurant du golf est fermé à 6h ; jeu de piste pour trouver le gestionnaire finalement identifié dans une maison avec chiens méchants ; Céline est terrorisée et repart bredouille. Fort heureusement un employé du golf qui, faisant son footing, passait par là, trouve la solution pour ouvrir une porte… le Kangoo est au port à 6h55 ! Ouf ! Mille mercis Céline !!

Retour en ferry en début d’après-midi avec la petite berline des musiciens. Ah l’air vivifiant de l’Océan sur le pont supérieur alors que le soleil est très chaud… Arrivée au port de Papeete à 15h ; nous filons à l’aéroport car le vol Air Tahiti pour Huahiné via Bora Bora décolle à 17h. Nous devons jouer à Huahiné lundi matin pour les scolaires et lundi soir à l’hôtel Lapita ….Une autre semaine va commencer qui donnera lieu au carnet n°7 !

* Le Grand Blanc, uniforme blanc spécifique aux membres du Corps préfectoral qui servent Outremer est porté lors des cérémonies les plus importantes


Pierre Aimar
Mercredi 19 Novembre 2014
Lu 373 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 27