Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



4.11.10 au 31.01.11 - Nus académiques, Dessins de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture à la Galerie des beaux-arts de Bordeaux

Depuis sa création en 1648, l’Académie royale de Peinture et de Sculpture a privilégié l’étude du dessin d’après l’antique et le modèle vivant pour étayer sa méthode pédagogique et sa doctrine artistique. La nature était étudiée directement pour en observer les phénomènes qu’elle présentait aux hommes. Les peintres et les sculpteurs devaient acquérir cette vision en travaillant d’abord l’antique puis le modèle vivant, la première source permettant de corriger les défauts de la seconde.


Jean-Baptiste Isabey, Homme assis appuyé sur le bras gauche, les jambes croisées, février 1789, pierre noire estompée sur papier brun, 46,8 x 60,7 cm, EBA 2964.
Jean-Baptiste Isabey, Homme assis appuyé sur le bras gauche, les jambes croisées, février 1789, pierre noire estompée sur papier brun, 46,8 x 60,7 cm, EBA 2964.
Seuls, les élèves ayant obtenu la maîtrise de l’antique, pouvaient travailler le modèle nu, suivant une attitude déterminée par le professeur. Malgré la continuité de l’enseignement académique, la perception et l’interprétation diffèrent sur les deux siècles : insistance sur le volume et la profondeur au XVIIe siècle, travail sur la précision anatomique et la ligne au siècle suivant.
L’exposition présentera cent dessins, soit un sixième de la collection de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, unique collection au monde provenant des professeurs, pour la période 1660-1720, et de certains élèves pour les années 1750-1790. Suivant un parcours d’abord chronologique puis thématique, les académies évoqueront l’équipe de Le Brun et de Versailles (Champaigne, Coypel, Jouvenet, Lafosse, Mignard) puis les artistes de la fin du règne de Louis XIV avec Largillierre et Rigaud pour aboutir au Siècle des Lumières avec la génération rocaille (Boucher, Natoire, Nattier, Van Loo) et celle de l’Antiquité retrouvée (Vincent, Brenet, Gros, Drouais).

Nicolas de Largillierre, Titan foudroyé, 1706, pierre et rehauts de craie blanche sur papier brun, 38,9 x 55,3 cm., EBA 2992.
Nicolas de Largillierre, Titan foudroyé, 1706, pierre et rehauts de craie blanche sur papier brun, 38,9 x 55,3 cm., EBA 2992.
Présentation de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture
Au début du XVIIe siècle, la peinture et la sculpture sont encore considérées comme des « arts mécaniques » et les artistes comme des artisans. Ceux-ci sont contrôlés par la Maîtrise de Saint-Luc. Créée dans le but de se libérer de sa mainmise, l’Académie royale de Peinture et de Sculpture est fondée en 1648 sous l’impulsion d’une douzaine d’artistes, dont Charles Le Brun ( Premier peintre du Roi), qui se placent immédiatement sous la protection de Louis XIV. En 1655, Mazarin devient le protecteur de l’Académie qui prend alors le nom d’Académie royale de Peinture et de Sculpture. Elle acquiert une réelle importance lorsque que Colbert en est désigné vice-protecteur en 1663. La même année, Charles Le Brun en devient le directeur et est nommé chancelier à vie.
Ouverte aussi aux femmes, contrairement à l’Académie française, quatorze y siègeront de Catherine Duchemin reçue en 1663 à la célèbre portraitiste Elisabeth Vigée Le Brun reçue en 1783.
L’enseignement à l’Académie était principalement basé sur la pratique du dessin, complété par des cours de géométrie, d’anatomie et de perspective. Cette instruction avait pour volonté d’apporter une culture commune à tous les élèves.
L’Académie était aussi un lieu de réflexion artistique et elle eu un rayonnement et une influence considérable sur l’art en France et en Europe. Parmi les principes de l’Académie, il y avait celui de la hiérarchisation des genres établie par André Félibien. Venaient alors par ordre d’importance, la peinture d’histoire, aussi appelée « le grand genre », le portrait, les scènes de genre, le paysage et la nature morte.
En 1666, Louis XIV, créé l’Académie de France à Rome. Cette institution reçoit les jeunes artistes ayant remporté le « grand prix Royal ou grand prix » (futur prix de Rome), prix le plus prestigieux, sanctionnant la fin des études.
Les jeunes artistes séjournent alors quatre années à l’Académie aux frais du roi pour parfaire leur formation reçue à Paris. A la suite de ce séjour et, au bout de trois ans, ils peuvent, dans un premier temps, demander à être agréé par l’Académie. Ils en deviennent ensuite membre une fois leur morceau de réception présenté et leur réception accordée.
L’Académie royale de Peinture et de Sculpture est fermée en 1793 et est remplacée en 1794 par l’Institut qui deviendra par la suite l’Académie des Beaux-Arts puis, l’Institut de France tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Pratique

Nus académiques
4 novembre 2010 – 31 janvier 2011
Galerie des beaux-arts
Dessins de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture.
De Mignard et Largillierre à Boucher et Gros (1664-1790)
Collection de l’E.N.S.B.A de Paris

Horaires
Exposition ouverte tous les jours de 11h à 18h,
sauf le mardi et les jours fériés.
Renseignements et réservations
Tél. : 05 56 10 25 25
Fax : 05 56 10 25 29
Charles de La Fosse, Oreste poursuivi par les furies, 1678
Charles de La Fosse, Oreste poursuivi par les furies, 1678


pierre aimar
Vendredi 27 Août 2010
Lu 7932 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...