Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



26 mars au 31 octobre 2010, exposition de poteries de Geneviève Von Fritschen à Saint-Quentin la Poterie, Gard

Geneviève Von Fritschen, une potière à l’imagination malicieuse et à la technique parfaitement maîtrisée qui a su renouveler l’art populaire en céramique et redonner vie à la terre vernissée et dont l'installation au Cailar a coïncidé avec la relance de la terre à St Quentin-la-Poterie.


La poterie pour vivre

26 mars au 31 octobre 2010, exposition de poteries de Geneviève Von Fritschen à Saint-Quentin la Poterie, Gard
C’est dans les années 60 qu’elle commence son activité en peignant les Châteaux de la Loire sur des carreaux de faïence : « Il fallait bien gagner sa croûte ». Elle part ensuite à Salernes où sa rencontre avec Elie Joseph ancien potier traditionnel va être déterminante. Il lui prête un livre sur la poterie roumaine et elle dit alors « C’est ça ! » Et cela n’a plus été que ça : la terre vernissée qui, à partir de là, va envahir sa vie comme elle l’exprime joliment: « Je crois que si j’avais tenté de faire du grès ou du raku, cela aurait toujours ressemblé à de la terre vernissée. » Après un bref passage à Cotignac, elle s’installe à Bilange, près de Sauve dans le Gard où elle va demeurer de 1968 à 1979. Sa réputation attire de plus en plus de visiteurs, elle fait son premier salon à Nïmes, participe à des expositions, à des marchés de potiers.
Elle déménage ensuite au Cailar, ne tarde pas à se relancer dans la création d’un nouvel atelier, et en 1983, retrouve le chemin de sa «chère terre vernissée».

Une marque de fabrique
Son atelier est une ruche, de jeunes stagiaires viennent profiter de ses connaissances, c’est une artiste à la technique précise, elle aime partager son savoir faire. Elle travaille à la poire d’engobe, cuit au gaz et découvre, avec joie, au défournement les résultats de son « alchimie » d’oxydes, fer, cuivre et cobalt : ses décors blanc, vert, brun apparaissent sur un fond jaune lumineux.
C’est sa « marque de fabrique. »
Son oeuvre se conjugue avec la vie quotidienne, elle nous offre des personnages naïfs, des animaux inattendus, des scènes empruntées à l’imagerie populaire, le tout accompagné de plumetis, points de bourdons et autres passementeries qu’elle trace avec délicatesse.
Au Musée de la Poterie Méditerranéenne, ses poteries prennent toute leur place, au voisinage de ces pots au jaune tendre et aux décors naïfs qui ont fait la renommée de Saint-Quentin-la-Poterie au XIX°siècle.

Pratique

Musée de la Poterie Méditerranéenne- Maison de la Terre
Horaires d’ouverture
Fermé le lundi et le mardi
Février / Mars / Avril / Mai : de 14h à 18h
Juin : de 10h à 13h et de 15h à 19h
Juillet / Août : tous les jours de 10h à 13h et de 15h à 19h
Septembre : de 10h à 12h et de 14h à 18h
Octobre : de 14h à 18h
Novembre / Décembre / Janvier : sur rendez-vous téléphonique.
Prix de la visite
Plein Tarif : 3 € Tarif Réduit : 2,3 €
Gratuit pour les moins de 12 ans
Pour les groupes et les visites guidées : nous consulter
Musée de la Poterie Méditerranéenne
Maison de la Terre
14 rue de la fontaine
30700 Saint-Quentin la Poterie
Tel : 04 66 03 65 86
terres.de.mediterranee@wanadoo.fr
www.musee-poterie-mediterranee.com

L'association Terres de Méditerranée

L’association « Terres de Méditerranée » oeuvre depuis 1995, pour la connaissance de la céramique méditerranéenne, traditionnelle et contemporaine.
Les recherches que mène l’Association «Terres de Méditerranée» ont pour but d’approfondir la connaissance des céramiques rurales de la Méditerranée pendant l’époque moderne et de dresser un inventaire le plus complet possible de ces productions. Ce sont autant de renseignements issus des archives des musées nationaux, les confrontations d’informations de collectionneurs et de marchands, le
recueil de témoignages in situ qui permettent de garder la mémoire d’un patrimoine aujourd’hui presque disparu, de déceler les rapports commerciaux ou d’influence qui existaient entre chaque atelier, de dégager de l’immense production de céramique en Méditerranée de 1850 à 1950 les pièces les plus
remarquables, les plus représentatives d’un atelier ou d’une utilisation. Ces recherches sont présentées au public sous forme d'expositions temporaires.


pierre aimar
Vendredi 19 Février 2010
Lu 1463 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...