Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



25 mars - 29 juin, Philippe de Champaigne, Jean-Baptiste de Champaigne, Nicolas de Plattemontagne, Trois maîtres du dessin, Musée national de Port-Royal des Champs

Artiste majeur du règne de Louis XIII, Philippe de Champaigne, né à Bruxelles en 1602, est resté dans les mémoires comme le peintre de Port-Royal. C’est à lui que la Mère Angélique commande les peintures des abbayes de Paris et des Champs vers 1648. Sa fille Catherine y prend le voile, et lorsque paralysée depuis des mois, elle y guérit miraculeusement en 1662, l’artiste peint son chef-d’oeuvre (l’Ex-Voto, aujourd’hui au musée du Louvre) pour la communauté des religieuses.


25 mars - 29 juin, Philippe de Champaigne, Jean-Baptiste de Champaigne, Nicolas de Plattemontagne, Trois maîtres du dessin, Musée national de Port-Royal des Champs
Le musée de Port-Royal a déjà présenté, en 1957 et en 1995, les oeuvres peintes pour Port-Royal. Dans l’exposition monographique qui s’est tenue à Lille et à Genève en 2007-2008, seules les peintures étaient montrées. Les dessins de Philippe de Champaigne n’ont encore jamais fait l’objet d’une exposition.
Il reste aujourd’hui assez peu de dessins de la main de l’artiste – un peu plus d’une cinquantaine clairement identifiée. Pour la plupart, il s’agit de dessins préparatoires pour ses peintures. Pour l’artiste, le dessin semble plutôt être un moyen, et non une fin en soi. Pourtant dans ces portraits, comme celui de sa femme, Charlotte Duchesne, (New York, Metropolitan Museum of Art), il parvient à suggérer la même présence forte que dans ses oeuvres peintes les plus accomplies.
L’exposition révèle aussi en Champaigne un étonnant paysagiste. Au cours d’un séjour qu’il fait en vallée de Chevreuse en 1654, il réalise une Vue de Port-Royal des Champs (Ecole nationale supérieure des beaux-arts), une des rares représentations du XVIIe siècle qui nous soit parvenue de l’abbaye détruite en 1711. Dans ces paysages, dont la précise exactitude laisse entrevoir son plaisir à les dessiner, il renoue avec la leçon de ses maîtres flamands.
Au sein d’un atelier réuni autour de lui, l’artiste a su s’appuyer sur des élèves qu’il a formés et dont on a, encore aujourd’hui, des difficultés à distinguer les oeuvres respectives.
Bernard Dorival, fondateur du musée de Port-Royal, et premier grand spécialiste de Philippe de Champaigne, avait déjà commencé à étudier ses dessins. Dans l’exposition qu’il a consacrée à Champaigne à l’Orangerie en 1952, il a présenté six dessins de Philippe de Champaigne et de ses deux plus proches collaborateurs, son neveu Jean-Baptiste de Champaigne (1631-1681) et Nicolas de Plattemontagne (1631-1706). L’exposition A l’école de Philippe de Champaigne, présentée au musée d’Evreux en 2007, a été l’occasion de redécouvrir l’art de ces deux artistes et permit d’individualiser leurs manières.
L’exposition du musée de Port-Royal, qui réunit soixante-dix dessins de Philippe de Champaigne et de ses deux élèves parmi les plus accomplis, Jean-Baptiste de Champaigne (1631-1681), son neveu et Nicolas de Plattemontagne (1631-1706) se propose d’approfondir la question du dessin jamais complètement traitée en présentant un certain nombre de feuilles inédites et en avançant de nouvelles attributions.
Parallèlement, la publication du catalogue raisonné qui étudie deux cent sept dessins de ces trois artistes permet aujourd’hui de mieux comprendre l’art de ces Trois maîtres du dessin et de rendre à chacun la place qu’il mérite.

Pratique

Trois maîtres du dessin
Philippe de Champaigne, Jean-Baptiste de Champaigne, Nicolas de Plattemontagne
25 mars - 29 juin 2009
Musée national de Port-Royal des Champs
Route des Granges Trouver sur la carte la route des Granges
78114 Magny-les-Hameaux
01 39 30 72 72
Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux et le groupement d’intérêt public culturel de Port-Royal des Champs

Accès : En transport en commun : RER C, Saint-Quentin-en-Yvelines ou RER B, St-Rémy-les-Chevreuse, puis cars SAVAC jusqu'aux Granges de Port-Royal ou bus 464, arrêt Buloyer. En voiture : depuis Paris : A 13 - A 12, sortie St-Quentin-en-Yvelines, direction Voisins-le-Bretonneux. A 86, sortie Saclay, direction Guyancourt.Depuis Versailles : RD91 direction Dampierre – Rambouillet.
Ouverture : tous les jours, sauf le mardi, de 10h30 à 12h30 et de 14h à 18h00 (en semaine), de 10h30 à 18h30 (le week-end), fermé le 1er mai
Tarif : 6,50 €, tarif réduit : 5 €, incluant les collections permanentes, gratuit le premier dimanche du mois et pour les moins de 18 ans (Gratuit pour les moins de 26 ans à compter du 4 avril 2009)


pierre aimar
Mercredi 18 Mars 2009
Lu 373 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...