Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



(2) Quelques jours pour découvrir au Québec, Montréal, la plus française des villes des Amériques : le vieux Montréal

Quelques jours passés à Montréal permettent de découvrir la plus française des villes des Amériques tout en entrouvrant une lucarne sur les métropoles américaines. Gratte-ciel, centre ancien, centre d'affaires, ville souterraine et commerciale dont les galeries totalisent 32 km de long, ville universitaire de plus de 100 000 étudiants, Quartier Latin (mais si), immensité à l'américaine de la ville (50 km de long), et surtout, un merveilleux accueil.


Sommaire


Le vieux Montréal, flânerie obligée ...

Place d'Youville et le Centre d'hisoire de Montréal. En fond, les flèches de la basilique Notre-Dame et le plus vieux gratte-ciel (1888) de Montréal
Place d'Youville et le Centre d'hisoire de Montréal. En fond, les flèches de la basilique Notre-Dame et le plus vieux gratte-ciel (1888) de Montréal
La ville de Montréal occupe une vraie île de 50 km de longueur sur 16 km de largeur. On parle ici de l’île de Montréal dont la superficie est de 366,4 km2. La ville occupe pratiquement toute la surface qu’elle partage avec les zones industrielles. L’agglomération totale est de 499,6 km2 pour une population de 3 241 206 habitants dont 1 620 000 pour la seule Montréal (2006).
Le vieux Montréal couvre à peine 1 km de long sur 500 m de large et c’est un témoignage architectural incontournable de l’histoire de la ville.

Une architecture très classique et sobre
Les architectes des XVII et XVIIIe siècles ont élevé des bâtiments dans le plus pur style classique français de l’époque. Nulle trace de baroque où que ce soit, simplement des lignes pures, solides, voire majestueuses afin de représenter dignement la monarchie sur les terres américaines. La pierre grise et dure renforce l’austérité des façades.
On parcourt les rues à partir de l’Hôtel de Ville en empruntant la vaste place Jacques Cartier qui descend vers le port. Une place créée en 1804 à la suite de l’incendie du château de Vaudreuil. Place célèbre grâce au non moins célèbre « Vive le Québec libre ! » lancé par De Gaulle lors de sa visite en 1967. On bénéficie d’un vaste espace qui, une fois les beaux jours venus, est envahi autant par les touristes que par les Montréalais qui trouvent ici un grand nombre de restaurants avec terrasse. Musiciens de rue, caricaturistes, vendeurs de souvenirs apportent une note montmartroise et très française à l’endroit.

Vieux-Port endormi et lieu de rendez-vous
Le port est assoupi depuis que les activités maritimes ont émigré vers l’est de l’île. Seule la gare maritime assure une certaine animation avec l’accostage d’énormes navires aux peintures fatiguées. Mais il y a là un parfum de voyage bien agréable. Une vaste promenade engazonnée et agrémentée de sculptures contemporaines est un but de promenade et d’activités sportives. On longera ainsi le bas de la vieille ville d’où s’élève la chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours, le marché Bonsecours, les écuries Youville ou le musée d’archéologie de Pointe-à-Callière d’une architecture postmoderne surprenante.
Un service de calèche permet de découvrir le vieux Montréal dans des conditions confortables, d’autant que de chaudes couvertures sont à disposition au cas où l’été serait pris de quelques faiblesses. Ce qui est toujours possible à cette latitude.
Pierre Aimar

... et repas à la française au Marché de la Villette au son de l'accordéon



pierre aimar
Samedi 8 Mai 2010
Lu 1552 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...