Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



15 octobre au 19 décembre, Francis Guerrier – Stéphane Guiran exposent « Lignes à hautes tensions » à la galerie F.J. à Paris

Un plieur et un cintreur. Deux cintrés du métal et de ses lignes. Caresseurs de feuilles d’acier brutes. Silencieuses lames mises sous contraintes et apprivoisées pour en sortir un jeu de lignes. Rythmées et légères. Courbes épurées chargées de l’énergie de lignes à hautes tensions.


15 octobre au 19 décembre, Francis Guerrier – Stéphane Guiran exposent « Lignes à hautes tensions » à la galerie F.J. à Paris
Deux plasticiens réunis par la complicité d’une histoire commune. Celle de racines nourries de la même terre lumineuse d’Eygalières, où l’un a grandi et l’autre vit aujourd’hui. Celle de deux créatifs qui ont délaissé il y a près de dix ans le graphisme ou la création de décors événementiels pour se consacrer à leur recherche artistique. Celle d’hommes qui ont appris à mettre la matière sous contrainte pour s’émanciper de leurs propres contraintes. Catharsis de l’art. Exorciser les tensions du quotidien en les sublimant en lignes. Tendre pour détendre. Tous deux sont adeptes du « less is more ». Ils se rejoignent dans leur propension à faire du léger avec lourd, comme Oteiza et Chillida le faisaient avec des écritures si proches et si différentes sur l’acier. Exposition atypique rassemblant deux sculpteurs et amis où finesse rime avec force. Où les créations les plus simples s’imposent par l’évidence de leurs lignes.
Les Nœuds de Guiran, souvent réalisés en taille monumentale, sont comme des miroirs qui nous renvoient l’image des cycles et émotions qui se font et se défont en nous. Ses interprétations en volume d’idéogrammes sont des témoins vivants de langues mortes, voire de langues imaginaires. Mise en forme de pensées que des civilisations ont confiées à quelques lignes en les érigeant en signes. Il présentera dans le cadre de l’exposition des sculptures réalisées au cours des deux dernières années (séries Nœuds et Formes-Pensées), ainsi que de nouvelles créations sur des langages imaginaires, accompagnées de textes et illustrations réalisées pour l’exposition.
Les pliages de Guerrier sont porteurs d’une poésie éclairée. Par la créativité des matériaux qu’il marie avec précision et délicatesse. Par les jeux de lumière qu’il met en scène. Par la pureté de ses lignes. Ses recherches l’ont amené à travailler sur les thématiques du ciel, de la mémoire et du rêve. Il présentera lors de l’exposition une partie de son travail sur la lumière avec ses mobiles lumineux porteurs d’étoiles, et un ensemble de nouvelles sculptures créées pour cette occasion en tôle d’acier noir, où par les courbures de ses lignes, la matière piégée par ses pliages, transmet toute sa tension contenue.

Francis Guerrier – Stéphane Guiran
« Lignes à hautes tensions »
VERNISSAGE LE 14 OCTOBRE À PARTIR DE 18H.
15 octobre - 19 décembre 2009
11rue de Miromesnil
75008 Paris


pierre aimar
Samedi 12 Septembre 2009
Lu 594 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...