Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



13 février au 23 mai. Wim Delvoye, Dessins & Maquettes au Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice

« Le dessin est « cosa mentale », le produit le plus pur, le plus immédiat. Il est au plus proche de la pensée, de l’idée de l’artiste, dessein antérieur à tout acte, à toute manipulation.
Le projet, le désir et ensuite le dessin qui s’active sur le néant de la page blanche.


Le principal propos de l’exposition Wim Delvoye est de donner à voir ce processus étrange, ce mystère des origines, cette origine d’un monde.

Wim Delvoye, Love, 2005 - Cochon tatoué et empaillé, 120 x 48 x 64 cm - Coll. privée, © ADAGP, Paris, 2009
Wim Delvoye, Love, 2005 - Cochon tatoué et empaillé, 120 x 48 x 64 cm - Coll. privée, © ADAGP, Paris, 2009
Derrière l’œuvre d’art, plus ou moins en retrait, il y aurait ce brouillard insondable qui en fonde la profondeur et l’authenticité. On cherche à le dissiper pour tenter de dévoiler les intentions, pour expliquer le pourquoi et le comment de cet objet que l’on a sous les yeux. On voudrait tant percer le secret de l’acte artistique, ces « causes » qui auraient provoqué le geste, soutenu la main et engendré la trace.

L’exposition articule donc un dialogue entre dessins et œuvres, ancrée dans cette idée que tout dessin est un projet de l’esprit, une évocation projective d’un objet futur. Elle prend comme principe directeur l’idée que savoir dessiner ne serait que le symptôme de savoir concevoir. […]

L’exposition choisit donc de présenter une collection de dessins, un « bizarre » agencement qui articule l’unique et le multiple, le même et le diffèrent, tout ensemble, une collection intarissable née de la manipulation, du détournement, d’un classement impossible, d’une mise en espace possible.
Il a fallu choisir par des détails qui attirent, qui interrogent. Faire des arrêts sur image. Pourquoi certains éléments sont précis, d’autres peu identifiables ou intrigants ? Le parcours dans l’œuvre de Wim Delvoye s’inscrit dans un jeu de succession mais aussi dans un jeu d’absorption. Il faut pénétrer dans l’image par la description mais aussi dépasser ce qui est seulement visible. Le Musée veut donner à voir une « tentative d’épuisement ».

Les desseins de l’artiste n’en finissent pas. Fabriquer l’objet qui manque, l’objet en plus. A l’opposé du collectionneur qui continue à chercher l’objet introuvable, espérant les posséder tous, Wim Delvoye construit l’objet qu’il n’a pas, semblant ne jamais vouloir en finir.



Il est difficile (voire impossible) pour Wim Delvoye de clore une série, comme si déterminer l’arrêt était clamer la perte, la renonciation ou la mort. On glisse ainsi de l’objet manquant à la personne absente. Une collection terminée serait une mise au tombeau, la collecte d’images portées par d’autres. Wim Delvoye reste du côté de la vie parce que çà court, çà galope une collection. Çà s’installe, se désinstalle, se cherche ou se trouve, se fabrique sans cesse.

DE L’EXCENTRICITE
Dans son œuvre, Wim Delvoye adopte une distance critique vis-à-vis des folies du monde et développe un art de la ressemblance parodique, de la reproduction décalée et déclassée. En présentant l’objet et son trompe l’œil, il met l’accent sur l’artifice et le mensonge. Réalité et fiction se mêlent, reflétant une relation fondée sur la dissimulation et l’équivoque. Entre imagerie et simulacre, il pointe du doigt la tragique légèreté érigée en système social. En donnant une fonction de signe à de purs produits de série, il nous montre que nous vivons dans la dépendance de la machinerie productrice et que nous vendons notre âme.

Il est ce que, d’aucun appelle, un excentrique.
Emprunté au vocabulaire astronomique, le mot provient du latin médiéval « excentris » : hors du centre. Sous une influence anglaise tardive, le terme devient : « qui pense et agit en opposition avec les habitudes reçues ». On désigne donc par excentricité un ensemble d’activités qui peuvent se définir par un double critère : une position idéologique critique et une pratique formelle du détournement des codes.
La pratique de la centralité est opposée à celle de l’excentricité, mais elles ne se conçoivent pas l’une sans l’autre. Elles participent précisément d’un système de placement et de déplacement. Il n’y a pas de contre-modèle sans modèle. C’est ce que propose l’œuvre de Wim Delvoye, une suite de déplacements subtils et ambigus qui laissent toujours une porte ouverte à l’interprétation. Il réécrit à l’intérieur d’un genre, approfondit l’imitation plutôt qu’il ne s’en détache. Il propose un écran sur lequel s’esquisse une vision du monde alternative qui ne saurait s’exprimer de front. Son excentricité provient d’un équilibre précaire entre adoption et rejet. C’est un art d’équilibriste, une parabole de la démesure de la maîtrise technique et de sa nécessaire chute. »

Extrait du texte de Hélène Depotte, «JESU[I]S INSIDE », paru dans le catalogue de l’exposition, édité chez Skira - Flammarion.

Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain - 1er étage
Promenade des Arts - Nice - Tél 04.97.13.42.01 - www.mamac-nice.org
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h - Entrée libre


pierre aimar
Lundi 21 Décembre 2009
Lu 2048 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...