Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


festival Durance Luberon. Une surprenante Tosca au Château Mirabeau dans le Lubéron

Sortir des sentiers battus hors des Festivals les plus courus de la Région réservent parfois de belles surprises. Disons le, le Festival Durance Luberon est un véritable coup de cœur.


Tosca © DR
Tosca © DR

La formule de cette soirée d’ouverture du 11 août permettait au public, pour 25 euros, de dîner dans les jardins d’un château privé appartenant à une famille de belges et prêté pour l’occasion et d’assister à une représentation de haute qualité artistique. Ce soir là on jouait à guichets fermés.
Le château de Mirabeau niché au cœur du Luberon est un véritable joyau du patrimoine de notre région. On est loin ici des tarifs pratiqués à Orange pour les chorégies ou à Aix-en-Provence.

Imaginé et dirigé de mains de maître par Vladik Polionov au piano, cette version de poche de Tosca de Puccini trouve en la cour du château un décor naturel qui sied à la perfection au mélodrame de Victorien Sardou repris par Puccini. Scènes de torture morale et physique, exécution capitale à l’aube, au sommet du château Saint-Ange : intrigue amoureuse et conflit politique s’imbriquent pour faire de Tosca un véritable thriller musical.

Sur scène, on découvre la Tosca de la jeune soprano française Christelle di Marco, ancienne élève d’Andrée Esposito à Toulon. Après ses incarnations au Festival de Vauvert et à l’Opéra de Massy, cette artiste est Tosca. Elle possède toutes les qualités vocales et physiques pour incarner la cantatrice Floria Tosca. Elle offre un vibrant et mémorable Vissi d’arte, vissi d’amore. Christelle di Marco est sans conteste une cantatrice à suivre que l’on espère retrouver dans l’avenir sur les plus grandes scènes lyriques françaises et européennes.
Elle sera prochainement Sancta Susanna dans l’opéra interdit de Paul Hindemith au Théâtre Toursky à Marseille le dimanche 21 octobre. Un rendez-vous à ne pas manquer !

À ses côtés, on retrouve le ténor français Luca Lombardo dans le rôle de Mario Cavaradossi. Il est l’un des meilleurs Mario de sa génération et l’avait incarné jadis au Festival de Macerata. Comédien affirmé, il offre au peintre amoureux sa voix parfaitement placée au timbre solaire. L’adieu du peintre à la vie au petit matin e lucevan le stelle est l’un des sommets musicaux de cette représentation. Quelle magnifique leçon de chant offert par Luca Lombardo.

Florent Leroux Roche est un Scarpia correct. Encore un peu vert vocalement, ce jeune baryton-basse compense par un jeu scénique sobre et efficace.
Patrick Agard incarne successivement Angelotti, Spoletta et Sciarrone et ses incarnations sont sans reproches.

Cette version de poche a permis au public de retrouver le drame de Puccini dans les meilleures conditions musicales et artistiques. Le public a su réserver une belle ovation à ce quintette de haute volée. Le festival Durance Luberon se poursuit jusqu’au 25 août.
Serge Alexandre

Pratique

www.festival-durance-luberon.com
On retrouvera le pianiste russe Vladik Polionov dans un récital dédié aux compositeurs russes dans le cadre du Festival russe du Théâtre Toursky à Marseille : www.toursky.fr


Serge Alexandre
Mardi 21 Août 2018
Lu 517 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 86



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs