Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



The Rolling S70nes in the 70s à la Galerie Blumann, Paris, du 28 mars 2014 au 5 mai 2014

Plus de 50 ans après leur premier concert, en juillet 1962, les Rolling Stones sont aujourd’hui le groupe de rock emblématique.


© Dominic Lamblin
© Dominic Lamblin
C’est à l’été 1962 que le groupe britannique composé de Brian Jones, Mick Jagger, Keith Richards, Ian Stewart, Mick Avory et Dick Taylor apparaît pour la première fois sur scène sous le nom de The Rollin’ Stones, inspiré du titre « Rollin’ Stone » de Muddy Waters. En 1963, Bill Wyman prend la place de Dick Taylor, Mick Avory part rejoindre les Kinks et est remplacé par Charlie Watts quant à Ian Stewart il accepte de devenir le Road Manager du groupe, et tant qu’ils y sont ils décident d’ajouter un « G » à « Rollin».

Pour se différencier des autres groupes en vogue, ils jouent les « bad boys » : provocateurs, sex-symbols, idoles et aujourd’hui icônes. L’histoire de la musique a été marquée par les créations et performances de The Rolling Stones. A eux seuls, ils ont défini le look, l’attitude et le son du rock’n’roll mieux que n’importe quel autre groupe de ce courant musical.

La Galerie Blumann a décidé d’organiser en leur honneur une exposition sur leur carrière durant les années 1970 avec des œuvres photographiques inédites de Dominic Lamblin.

Dominic Lamblin est né en 1945 à Paris et a toujours travaillé dans la musique.

Il a incontestablement joué un rôle important dans le monde phonographique français et a traversé les meilleures décennies du rock et de la pop auprès d’artistes aussi prestigieux que Neil Young, Led Zeppelin, Donna Summer, Giorgio Moroder, Sparks, Stephen Stills, Michel Berger, Véronique Sanson, Michel Polnareff, Jean-Jacques Goldman, The Eagles, Fleetwood Mac, Ten Years After, Yes, Rod Stewart, etc. et surtout The Rolling Stones.

C’est en 1963, toujours étudiant, qu’il a commencé à squatter les bureaux de Decca France travaillant comme producteur (Ronnie Bird) et s’occupant des artistes étrangers (Tom Jones, Marianne Faithfull, The Moody Blues, etc.) et surtout The Rolling Stones dont il s’est personnellement occupé lors de chacune de leurs visites en France qu’elles soient professionnelles ou privées.

L’une de ses premières productions fut une version française de « The Last Time » qui, quand il l’a faite écouter à Brian Jones a reçu ce laconique commentaire « It’s as bad as I expected it to be ! ». Lors de leur seconde visite à Paris, il se souvient avoir été obligé de fuir l’Olympia avec les cinq Stones entassés dans sa Simca 1000 Abarth pour échapper à une meute de fans déchaînés.

Quand les Stones ont signé avec Atlantic, c’est eux qui ont demandé que Dominic soit engagé par Kinney pour s’occuper de leur label en France. Il a travaillé avec eux jusqu’à la sortie de l’album « Dirty Work » en 1985 ayant eu dans le cadre de ses activités la chance et le privilège de passer beaucoup de temps en studio avec eux, en particulier pour les cinq albums qu’ils ont enregistrés en France entre 1977 et 1985. Mais les Stones et lui, c’est une grande histoire qui va durer encore très longtemps par la suite.

Maintenant quand Dominic va à un concert des Stones il ne prend plus sa voiture, il se contente de monter dans l’un des minibus réservé à l’entourage…
C’est de par son activité, mais aussi par passion et grâce à une grande complicité qu’il a réussi à saisir quelques instants de séances de travail mémorables, mais aussi de tournage des vidéos d’ « Angie » ou de « Tumbling Dice »…
Il nous présente donc ici des photos en exclusivité, prises à des instants délicats, en lumière naturelle ou au Polaroid, conditions de tournage ou époque obligent.

Pratique

Galerie Blumann
4, Place des Vosges
75004 Paris
contact@galerieblumann.com


Pierre Aimar
Vendredi 14 Février 2014
Lu 328 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...