Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Paris, Louvre. Giorgio Vasari, Le Livre des dessins. Destinées d’une collection mythique. 31 mars – 18 juillet 2022

Giorgio Vasari a réuni ce qui fut probablement la première collection de dessins fondée sur une logique historisante : le légendaire Libro de’ disegni, qui fait son apparition dans la seconde édition des Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes, parue à Florence, en 1568, chez les Giunti.


Le 29 juin 1574, deux jours après la mort de Vasari,

le Libro fut remis par ses héritiers au grand-duc de Toscane, Francesco I, qui l’avait envoyé chercher. Ensuite, il disparaît. Les grands collectionneurs et connaisseurs des 17e et 18e siècles ont tous rêvé d’acquérir et cru qu’ils possédaient des dessins du Libro. Le plus  célèbre de tous, Pierre-Jean Mariette, fut à la source d’une tradition historiographique qui voyait dans un certain type de montage, ornemental et architecturé, le signe de l’appartenance passée d’une feuille au mythique recueil vasarien. Mais on sait, depuis qu’en 1950 deux grands savants, Arthur Popham et Philip Pouncey, ont remarqué sur un « montage Vasari » la présence d’un mystérieux emblème, que les choses ne sont pas aussi simples.
C’est aux conséquences inattendues de cette découverte, vieille de plus d’un demi-siècle, qu’est consacrée cette exposition.

Commissaires
Louis Frank, musée du Louvre, et Carina Fryklund, Nationalmuseum, Stockholm.
Remerciements
Cette exposition bénéficie du soutien de Canson.
 
Catalogue de l'exposition
Giorgio Vasari, le Livre des dessins
Sous la direction de L. Frank et de C. Fryklund.
Coédition musée du Louvre éditions / Lienart, 240 p., 130 illustrations, 29 €

Girolamo Siciolante da Sermoneta, Pépin le Bref menant captif Astolphe, roi des Lombards et remettant à l'Eglise l'exarchat de Ravenne © Musée du Louvre
Girolamo Siciolante da Sermoneta, Pépin le Bref menant captif Astolphe, roi des Lombards et remettant à l'Eglise l'exarchat de Ravenne © Musée du Louvre
Identifié par Ph. Pouncey (note ms au verso du montage) comme une étude pour une fresque exécutée en 1565 par G. Siciolante da Semoneta dans la Sala Regia au Vatican, commandée par Pio IV (repr. in A. Venturi, Storia dell'Arte Italiana, IX/5, fig. 326), illustrant 'La soumission d'Astolphe, roi des Lombards, et la donation de Pépin le Bref'. On y voit Pepin, roi de Francs, qui donne Ravenne à l'Eglise romaine et amène prisonnier le roi Astolphe.
Les armes papales des Médicis apparaissent sur un étendard à gauche de la composition. Pépin le bref, vêtu à l'antique, est entouré de prélats probablement issus de la curie de Pie IV. (D. Cordellier in cat. d'exp. "De Raphaël à Carracci, l'art de la Rome pontificale", Ottawa, 2009, n° 81)
Voir : F. Viatte, in cat. exp. Le XVIè siècle européen : Dessin du Louvre, Paris, Musée du Louvre, 1965, n° 127 ; J. A. Gere et Ph. Pouncey, 'Italian Drawings in the Department of Prints and Drawings in the British Museum, Artists working in Rome c.1550 to c.1640, avec la collaboration de R. Wood, Londres, 1983, p. 161 ; J. Hunter, 'The Drawings and Draghtsmanship of Girolamo Siciolante da Sermoneta'' in Master Drawings, XXVI (printemps 1988), 1, 25, repr.
Xavier Salmon, "Et le dessin entra dans les collections de Louis XIV..." in Grande Galerie, juin-août 2017, n°40, pp. 45-53.


Pierre Aimar
Mardi 5 Avril 2022
Lu 151 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 253

Expositions | Opéra | Musique classique | théâtre | Danse | Humour | Jazz | Livres | Cinéma | Vu pour vous, critiques | Musiques du monde, chanson | Tourisme & restaurants | Evénements | Téléchargements