Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Nicolas Bourdoncle en récital au Toursky : du courage et du talent. Par Charles Romano

Seulement deux semaines après les attentats de Paris, le très prometteur pianiste de 17 ans, Nicolas Bourdoncle, s'est montré à la hauteur d'un programme aussi exigeant techniquement qu'artistiquement.


Nicolas-Bourdoncle-© DR
Nicolas-Bourdoncle-© DR
Du courage, d'abord parce qu'à seulement 17 ans, Nicolas Bourdoncle a maintenu son récital malgré les récents attentats, mais aussi courageux par son programme extrêmement exigeant. Il est en effet si rare d'entendre dans un même concert Islamey et les Trois mouvements de Petrushka ! Quant aux autres oeuvres, elles n'ont rien d'un jeu d'enfant : la Sonate Waldstein de Beethoven et la Sonate en si mineur de Chopin !
Du talent, car, dans l'ensemble, on peut dire qu'il a été à la hauteur de ce programme de haute volée. Le principal bémol reste un nombre de fausses notes encore trop important, notamment dans l'optique des grands concours internationaux, son objectif actuel. Cependant, cela ne remet pas en cause la qualité artistique de ses interprétations. Malgré son âge, il a développé une puissance suffisante dans Balakirev et Stravinsky et a montré une grande maturité dans Beethoven. Maturité aussi dans sa gestuelle : M.Bourdoncle n'en fait jamais trop, ne cherche pas à faire le spectacle ou à mimer ses émotions ; il joue avec beaucoup d'élégance et de prestance.
Les moments forts du récital furent clairement les oeuvres russes. Le jeune pianiste s'est montré particulièrement à l'aise dans ces oeuvres à la virtuosité ébouriffante. Point noir de la soirée : son Chopin qu'il joue comme du Schumann. Si on peut le féliciter de ne pas être tombé dans le piège du pathos, on peut regretter un excès de brutalité et d'empressement dans son jeu.
Que manque-t-il alors à ce jeune pianiste pour devenir un des grands interprètes de demain ? Tout simplement un mentor. Si l'on peut saluer la grande qualité de son entourage, notamment son père, excellent pianiste lui-même, Nicolas Bourdoncle ne peut plus se passer de l'aide d'un éminent professeur pour continuer à progresser. Cela est d'autant plus indispensable que son répertoire reste à définir. Si le programme éclectique de son dernier récital a permis de juger de ses possibilités, mais aussi de ses limites, il doit désormais se concentrer sur des pièces plus adaptées à son jeu. Outre évidemment les russes, Rubinstein, Rachmaninov ou Prokofiev, et Schumann (sonates), on peut lui recommander Poulenc (Improvisations), Dohnanyi (Etudes de concert), Antheil (Jazz Sonata) Macdowell (Fantaisie-Ballet) et Gottschalk (Tournament Galop).

Quoiqu'il en soit, Nicolas Bourdoncle a tout pour réaliser une brillante carrière et nous ne pouvons que vivement conseiller à tous les mélomanes d'aller l'écouter s'ils en ont l'occasion.
Charles Romano


Pierre Aimar
Lundi 14 Décembre 2015
Lu 381 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Durance Luberon

Durance Luberon


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Tricastin

Tricastin