Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Montclus, Gard, un site rêvé pour le Festival Les Troubadours chantent l’art roman en Languedoc-Roussillon. Par Jacqueline Aimar

Quel bel endroit pour rencontrer des Troubadours ! Les Troubadours chantent l’art Roman en Languedoc-Roussillon et les Arts de la voix cela donne deux festivals qui ont uni leur énergie autour de Gérard Zucchetto et ont invité pour la dernière soirée des Arts de la Voix, Marawan et Erranza.


Les ruines du château des Templiers est un formidable décor pour les Troubadours
Les ruines du château des Templiers est un formidable décor pour les Troubadours
Des chanteurs et des musiciens ont investi pour un soir le site extraordinaire de Montclus, un château des Templiers perché au bord d’un ravin, et dont la cour offre une « salle » de spectacle naturelle ; un portail d’entrée, une cour à l’herbe sèche et parfumée et des murailles tout autour ; pour le décor, des corps de logis, un haut donjon à fenêtres évidées sur le ciel et … le ciel, très haut plein d’étoiles. Et puis l’espace, beaucoup d’espace.


Marawan, une voix libanaise, vient de Syrie un pays qui n’existe plus qu’avec peine, dévoré par la guerre ; il a grandi en exil et sa musique est née dans les souterrains de la guerre. Marawan, à la fois compositeur et poète s’entoure d’instruments classiques d’Orient qui contribuent largement à créer autour de lui une atmosphère de méditation et de songe. Son chant se situe entre deux pôles, à mi-chemin entre méditation et flux d’énergie. Marawan en robe rouge a une belle vois grave et lente. Il chante et tout à coup le son meurt puis revit alors qu’autour de lui ses trois musiciens produisent des rythmes nus et purs parfois en saccades ou en grattements. Ils dépeignent un Orient réfléchi et profond.

Avec Erransa se célèbre l’errance des peuples chassés, au travers de chants séfarades, des monodies parvenues des communautés juives installées en Espagne depuis le fond des temps et chassées en 1492 à l’époque de Grenade et de la Reconquista. Sandra Hurtado-Ros, jeune trobaïritz ou troubadouresse, comme on veut, retrouvant là ses racines sévillannes, témoigne d’une véritable maîtrise des techniques de chant, graves veloutés et aigus tendres et enfantins qui enchantent l’oreille. Avec sa passion de la mélodie, elle s’exprime en un chant profond et suave accompagnée de ses trois musiciens.
Tout au long de la soirée, de remarquables effets de lumières projetées sur les murailles et les fenêtres vides, sur le ciel même, viennent embellir et la musique et parent le décor un brin fantastique de reliefs inattendus et évocateurs. Pour le meilleur du spectacle.
Grâce à ces deux interprètes pleins de flamme, le mistral coléreux s’est fait oublier un moment pour notre plus grand plaisir.
Jacqueline Aimar

Montclus sous le trait de Victor Hugo

A Montclus, on est tout près d’Orgnac, de ses vastes forêts de pins et de chênes verts, de l’entrée de l’Aven et de ses belles installations préludant à une descente sous terre un brin fantastique. Et à la merveille de découvertes colorées et étranges. Dans un creux de vallées mais sur une éminence, comme son nom l’indique, Montclus (perché mais enfermé) se présente comme un verrou dans le paysage avec son village qui domine la rivière et ses ruelles qui grimpent fort jusqu’à une place accueillante et très habitée, semble-t-il, pendant l’été. Les ruelles, le château dressé massif mais décharné auraient enchanté Victor Hugo qui croquait d’un trait rapide les sites historiques remarquables.

Histoire en bref (source office de tourisme de Montclus)
Des fouilles archéologiques, à proximité de Montclus, datant de 1957 ont permis de mettre en évidence la présence de l'homme à Montclus depuis des temps immémoriaux : découverte d'une stratification allant de 8000 à 2000 avant J-C. Présence de tribus de pêcheurs sédentaires.
Le village médiéval existait avant le XIIIe siècle.

Castrum Montecluso , telle est la forme latine contenue dans un document de 1275. Sa position sur une colline entourée de montagnes lui a valu son nom.

En 1263 fut fondée à Montclus une abbaye au nom de Mons Serratus.
Il reste les vestiges d'un ancien monastère bénédictin troglodytique (vaste salle creusée dans le roc) au lieu-dit « Les Beaumes » qui servit plus tard de chapelle aux Templiers (XII et XIIIe siècles).

En 1275 fut construit un château dont il reste le donjon carré d’une grande hauteur.
Plus tard a été construit le Pont du Moulin enjambant la Cèze qui dit-on roulait des paillettes d’or.
Site admirable , de belles maisons rurales et d’étroites ruelles donnent à ce village un cachet exceptionnel.



Pierre Aimar
Jeudi 13 Août 2015
Lu 275 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 81