arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Monday Night in Marseille : Juan Carmona, le maitre incontesté de la guitare Flamenca

Le Théâtre La Criée à Marseille accueillait le 13 mai 2019, dans une salle comble, Juan Carmona, en maître de cérémonie-directeur artistique d’un concert des plus belles guitares internationales : Stochelo Rosenberg, Thibault Cauvin, Michel Haumont, Nelson Veras et Jean-Claude Rapin.


Juan Carmona
Juan Carmona
Un pari qui aurait pu sembler fou si ce n’était l’engouement du public pour un spectacle à l’exceptionnelle qualité. Un pari osé que celui de Juan Carmona : rassembler sur scène, pour la première fois, en un seul soir, qui plus est un lundi, cinq guitaristes aux palmarès impressionnants mais un pari réussi haut la main.

Dès l’ouverture du rideau, la magie s’installe. Juan Carmona nous mène ‘De Casablanca à Granada’. De l’antique Anfa, Casablanca la blanche, la résistante, Juan et sa guitare ensorceleuse nous conduisent à Granada plantée de fleurs et d’arbres fruitiers. Les notes claires qu’il égrène, les cordes la mélodie, le son, la couleur, l’image, jusqu’à l’air chargé de parfums de cette Granada qui se dresse au pied de la Sierra Nevada, l’Alhambra, l’Alcazar, l’Alcazaba… Ce ne sont plus les doigts et les cordes du guitariste qui résonnent, mais une danse, un chant enivrant, envoutant, poétique, onirique.
Le second morceau ‘Los Migueletes’ est joué en duo. Le rythme vif de cette buleria festive et enjouée claque, rapide, virtuose.
Astor Piazzola ne pouvait manquer au tableau de Thibault Cauvin. Sa transcription à la guitare, lente et expressive, du merveilleux ‘Milonga del Angel’ est un hymne à la poésie populaire. Avec le ‘Felicidade’ de Tom Jobin, c’est Orfeo Negro, tristesse et nostalgie d’un Brésil des lumières, du carnaval et de la misère. Puis le « Rocktypicovin » du prodigieux Philippe Cauvin, enchanteur et deux duos avec Juan Carmona. Avec « Agades, conte du désert » ce sont les dunes arrondies, c’est la fierté et la beauté des Touaregs, ces hommes bleus des sables, peuple berbère du Sahara. Tout simplement sublime.
Michel Haumont et Jean-Claude Rapin jouent « Borrégo 38 ». Ils étaient camarades de classe, ils sont de merveilleux partenaires sur ce morceau très blues au nom de rue parisienne. Exceptionnel guitariste et facétieux Jean-Claude Rapin, de surcroit excellent pédagogue et journaliste français de la guitare, dont le son ahurissant de sa guitare électrise les spectateurs-auditeurs suspendus à ses accords.

C’est au tour de Nelson Veras au style unique qui mêle techniques guitaristiques classiques, lignes mélodiques jazz ultramodernes et harmonie classique pour « Improvisations » : jazzy, lyrique, superbe.
Le rêve, l’éblouissement perdurent avec Juan Carmona et Thibault Cauvin qui interprètent en duo « Desert », envoûtant. Ici, le temps s’étire, immuable.

C’est au tour de Stochelo Rosenberg d’empoigner l’âme du public avec « Listen » : une technique rare, aux traits virtuoses jamais forcés, et un vibrato très personnel au service d’un sens mélodique raffiné pour ce guitariste somptueux. Ici le swing et le jazz manouche retrouvent leurs lettres de noblesse.
Dansante, virevoltante, entrainante « Gigue » de Michel Haumont inspirée du répertoire folk anglo-saxon. Les doigts du musicien volent sur les cordes de la guitare; difficile de rester immobile. On sent le public prêt à s’éjecter des fauteuils. Puis la tendre berceuse qu’il dédie à sa petite fille « Berceuse pour Maya » est un pur ravissement.
Jean-Claude Rapin nous revient avec son fabuleux « Morgane » : ébouriffant.

L’enchantement se prolonge quand Stochelo Rosenberb, Nelson Veras et Juan Carmona : « Double jeu ». Entente parfaite des interprètes et jeu éclatant, lumineux, un ‘triple jeu’, pour un voyage musical au sein de l’excellence.

Le concert se termine sur les merveilleuses improvisations des guitaristes réunis. Un final en feu d’artifice, un moment suspendu dans le temps où la salle et les musiciens ne font qu’un, le bonheur, partagé, démultiplié, absolu. “L’échange qui se produit sur scène avec le public est pour moi une sensation unique et un véritable moteur de création’’ aime à dire Juan Carmona. Ce soir, c’est une réussite totale et le public ovationne le talent, la musique, et les artistes. Merci au maitre de cérémonie d’avoir offert au public Marseillais ces moments de plaisir intense que l’on emporte délicieusement avec soi, longtemps. Merci au Théâtre de la Criée pour cette programmation exceptionnelle. Quand, au sortir du concert, les visages sont radieux, les gens se sourient, se parlent, échangent leurs impressions, leurs joies, tout est dit.
« Juan Carmona est l’un des meilleurs guitaristes et compositeurs de sa génération. Sa guitare assure une continuité entre « modernité » musicale et l’une des traditions flamenca de Jerez les plus anciennes et les plus vivantes d’Andalousie. Juan Carmona triomphe dans le monde entier.
Considéré comme l’un des meilleurs représentant du jazz « manouche » Stochelo Rosenberg est une figure essentielle du renouveau de cette branche jazz qui a forgé son identité en prenant pour référence le style de Django Reinhardt.
Thibault Cauvin est l’une des grandes références de la guitare française contemporaine. Il est le seul musicien au monde à avoir remporté 36 prix internationaux, dont 13 premiers prix, avant l’âge de 20 ans.
Grand guitariste d’origine brésilienne, Nelson Veras n’utilise pas de médiator mais joue avec les ongles de tous les doigts de la main droite. Il développe ainsi les possibilités harmoniques de la guitare. Il nous conte des histoires aux chaudes couleurs brésiliennes teintées de swing.
Connu comme l’un des plus grands pédagogues et journalistes français de la guitare, Jean-Claude Rapin reste avant tout un grand musicien de blues. Jean-Claude Rapin accompagne l’histoire de la ‘six cordes’ française par ses activités aux multiples facettes.
Figure incontournable dans le monde du « fingerpicking » Michel Haumont publie son premier album à l’âge de 17 ans. Picker aujourd’hui parmi les plus ‘stylés’ de la scène française, Michel a mené de front une carrière de soliste et de compositeur tout en s’illustrant comme accompagnateur et/ou arrangeur auprès d’artistes de renom. »
Danielle Dufour-Verna


Danielle Dufour-Verna
Lundi 20 Mai 2019
Lu 356 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 33



Inscription à la newsletter

Festival ici et ailleurs 2019

Cliquez sur l'image pour télécharger

e-magazine interactif !
Textes et espaces publicitaires
sont des liens pour les sites des festivals


35e édition du Festival Radio France Occitanie Montpellier


Cliquez sur l'image pour télécharger le programme