Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Lyon, Les Grands Concerts de septembre et octobre 2018 à la Chapelle de la Trinité


Lundi 17 septembre | 20h | Chapelle de la Trinité

Philippe Jaroussky © Simon Fowler
Philippe Jaroussky © Simon Fowler
Haendel et l'opéra | Georg Friedrich Haendel
Airs et duos extraits d’ Ariodante, Lotario, Almira, Rodelinda, Serse, Giulio Cesare, Scipione
Philippe Jaroussky, alto - Emöke Barath, soprano - Ensemble Artaserse
Tarifs : de 40€ à 95€

Haendel et l’Opéra
Sans doute le plus grand génie de l'opéra en son temps, Haendel nous livra dans ses opéras des pages parmi les plus somptueuses du répertoire baroque. Entretenant des relations musicalement éblouissantes (mais parfois humainement mouvementées) avec les chanteurs vedettes de son époque, il leur confiait des rôles en or, avec des airs taillés à leur mesure, avec des airs tantôt d'une virtuosité terrifiante, tantôt d'une beauté mélodique ineffable. Ces airs figurent, légitimement, dans le panthéon lyrique actuel. Ainsi, la soprano Francesca Cuzzoni prêta sa voix fabuleuse, assortie d’un panache
éclatant (Prima Donna oblige !) à la première Cléopâtre ou encore à la première Rodelinda. Et c’est au mythique Senesino, qu’il incomba de créer des rôles phares de castrat comme Giulio Cesare. De son côté, Giovanni
Carestini, l'un des grands rivaux de Ariodante ou Ruggiero dans Alcina.

Il faut donc aujourd’hui se montrer à la hauteur de ces stars de légende si l’on veut rendre justice aux chefs-d’œuvre haendéliens. Un défi que relèvent haut la main Philippe Jaroussky et Emöke Barath aux côtés des musiciens de l’Ensemble Artaserse. Timbres sublimes, phrasé musical à se mettre à genoux, virtuosité transcendante, prestance du jeu, ils mettront à leurs pieds la foule des spectateurs dans la lignée de leurs illustres prédécesseurs.

Ouverture d’Ariodante
Aria d’Ariodante " Qui d’amor" (Ariodante)
Duo Ariodante et Ginevra " Prendi da questa mano…" (Ariodante) Aria de Adelaïde " Scherza in mar la navicella" (Lotario) Concerto grosso op 6 n°4 larghetto affettuoso
Recitatif d’Orfeo " Dopo d’aver perduto" (Parnasso in Festa) Aria d’Orfeo " Ho perso il caro ben" (Parnasso in Festa) Concerto grosso op 6 n°4 allegro
Aria d’Almira " Geloso tormento" (Almira) Aria de Sesto " L’aure che spira" (Giulio Cesare)

*******
Concerto grosso op 6 n°5 largo
Duo de Rodelinda et Bertarido " Io t’abbraccio" (Rodelinda) Concerto grosso op 6 n°5 premier mouvement
Duo de Arsamene et Romilda " Troppo oltraggi la mia fede" (Serse) Aria de Serse " Se bramate d’amar" (Serse)
Concerto grosso op 6 n°8 adagio Récitatif de Cléopatra " Che sento ?"
Aria de Cléopatra " Se pietà di me non senti" (Giulio Cesare) Concerto grosso op 6 n°8 andante allegro
Récitatif d’Ariodante " E vivo ancora"
Aria d’Ariodante " Scherza infida" (Ariodante) Aria de Berenice " Scoglio d’immota fronte" (Scipione)
Concerto grosso op 6 n°11 5ème mouvement extratin de l’allegro Duo d’Ariodante et Ginevra " Bramo aver mille vite"

Mercredi 19 septembre | 20h | Chapelle de la Trinité

Airs et ouvertures d’opéras | hommage à Gioachino Rossini
Il barbiere di Siviglia | La Cenerentola | Il signor Bruschino | Il Turco in Italia | L’Italiana in Algeri | Le Comte Ory
Solistes du Studio de l’Opéra de Lyon - Caroline Jeastaed, soprano - Clémence Poussin, mezzo-soprano, André Gass, ténor - Orchestre de l’Opéra de Lyon - Daniele Rustioni, direction
Tarifs : de 12€ à 52€

Ouverture d’Opéras Il barbiere di Siviglia La Cenerentola
Il signor Bruschino Il Turco in Italia L’Italiana in Algeri
Airs d’Opéras
Le Comte Ory, air de la Comtesse Adèle, "En proie à la tristesse"
La Cenerentola "Non piu mesta"
Le Comte Ory: "A la faveur de cette nuit obscure..."

Gioachino Rossini, compositeur de génie, esprit facétieux et fin gastronome, est célébré en 2018 dans le monde entier à l’occasion de la commémoration des 150 ans de sa disparition, à l’initiative du Ministère italien des Affaires Etrangères. Il nous a légué pas moins de 40 opéras qui, de l’Opera buffa à l’Opéra seria, enchaînent chefsd’oeuvre et succès, comme l’illustre si bien le programme de ce concert concocté par le Maestro Daniele Rustioni.

Samedi 13 octobre | 20h | Chapelle de la Trinité

Odes | Henry Purcell
Birthday Ode for Queen Mary “Come ye Sons of Art” - Music for the Funeral of Queen Mary Ode for Cecilia’s Day “Hail, bright Cecilia !”
Chœur et Orchestre Le Concert Spirituel - Hervé Niquet direction
Tarifs : de 25€ à 65€

Birthday Ode for Queen Mary, 1694
Come, ye Sons of Art (Z.323)
Music for the Funeral of Queen Mary, 1695
Ode à Sainte-Cécile, 1692 - Hail, bright Cecilia !

Si Le Concert Spirituel et Hervé Niquet figurent aujourd’hui parmi les meilleurs interprètes de Purcell, c’est qu’ils se consacrent depuis plus de 15 ans, à faire revivre, que ce soit en version concert ou dans des mises en scène parfois décalées - et une interprétation toujours fidèle, à la note près - les musiques de scènes et masks les plus rares du fameux compositeur de Didon et Enée.
De King Arthur à Fairy Queen, présentés au Barbican Center, Salle Pleyel, à la Philharmonie de Luxembourg mais aussi dans les plus prestigieuses maisons d’opéra en France et à l’étranger (Opéra national de Montpellier, Opéra Royal du Château de Versailles, Théâtre des Champs Elysées, le Théâtre musical de Besançon, Tokyo City Opera…), ce sont ces aventures musicales qui ont, au moins en partie, permis au Concert Spirituel d’acquérir la notoriété qui est la sienne aujourd’hui.
Ce n’est donc que justice qu’Hervé Niquet se penche aujourd’hui sur les versants sacrés et profane de la musique purcellienne, et propose d’appliquer son expertise de ce répertoire aux plus célèbres odes de Purcell !
Hervé Niquet a souhaité commencer ce concert festif avec l’une des plus célèbres Odes que Purcell composa à l’occasion de l’anniversaire de la Reine Mary (Come, ye Sons of Art), puis de le poursuivre avec une œuvre grave et solennelle, qu’il écrivit pour le cortège qui accompagna la Reine Mary vers sa dernière demeure.
D’une séduction virtuose, avec sa profusion de chanteurs et d’instrumentistes, et sa qualité d’invention, l’Ode for Cecilia’s Day est une célébration en musique parmi les plus achevées et intéressantes du compositeur. S’appuyant sur un texte de Nicolas Brady en sept strophes, écrit pour la fête de Sainte-Cécile, Purcell livre un hymne à la musique et à tous les instruments, atteignant des proportions considérables identiques à celles d’un acte d’opéra.
L’œuvre connut un immense succès à sa création et est aujourd’hui l’une des références lorsque l’on souhaite fêter la musique et les musiciens !

Le Petit Bulletin Festival | Chapelle de la Trinité

Vendredi 26 octobre | 20h30 L (Raphaële Lannadère)
Samedi 27 octobre | 20h30 Stuart A. Staples
Dimanche 28 octobre | 19h Yaël Naïm et les métaboles
Tarifs : de 30€ à 38€

Après le succès à guichet fermé de la première édition à la Chapelle de la Trinité en octobre 2017 avec ses 3 créations (Keren Ann & Quatuor Debussy, Rover & Gaspar Claus, Cocoon & Quatuor Debussy) et 1400 spectateurs, Le Petit Bulletin festival revient pour trois nouveaux concerts uniques entre pop, chanson et classique les 26, 27 et 28 octobre 2018 à la Chapelle de la Trinité (Lyon). Pour les artistes et le public vivre un concert de musiques actuelles dans le trésor baroque qu’est la Chapelle de la Trinité est une expérience inoubliable. Nous avons cette fois encore réuni des artistes rares soucieux de proposer dans ce cadre des concerts exclusifs et intimes.
Si Stuart A. Staples offre au festival la primeur de son nouvel et très personnel opus solo, Yael Naim invite un ensemble de 8 voix à se mêler à la sienne alors que la chanteuse L aura comme partenaire violoncelles et percussions, en accord parfait avec l’acoustique de la Chapelle.
De 2013 à 2017, Rain dog productions a présenté à Lyon en partenariat avec Le Petit Bulletin des concerts uniques et inclassables sous le label de « Le Petit Bulletin live ». Depuis 2017, ces concerts ont pris la forme de festivals de trois jours nommés « Le Petit Bulletin festival » : #1 à la Chapelle de la Trinité (octobre 2017) et #2 aux Subsistances (avril 2018).

L (RAPHAËLE LANNADÈRE)
« La chanson française c'est L », titre Télérama. Cette année là, L remporte le prix Félix Leclerc aux Francofolies de Montréal et le prix Barbara pour Initiale, premier album qui installe la jeune femme dans le paysage de la chanson française aux côtés d'une Grande Sophie ou d'une Pauline Croze. Un disque porté par des titres comme Jalouse ou Petite et une écriture qui a la poésie évanescente d'un dent-de-lion.
Après un deuxième album davantage tourné vers les sonorités électro, L est revenu en 2018 avec le sobrement intitulé Chansons où ses textes, toujours aussi justes et troublants, se lovent dans le cocon formé par un quatuor à cordes et une harpe.
C'est d'ailleurs simplement accompagnée de deux violoncelles et de percussions que L se produira en la Chapelle de la Trinité, en ouverture du Petit Bulletin Festival, pour un concert tout en intimité.

STUART A. STAPLES
Depuis 25 ans, Stuart A. Staples trimballe le timbre trouble, abyssal et malheureux comme une pierre, des Tindersticks. Entre comptines malaisantes et averses de cordes, arrangements ivres et embardées soul, l'inclassable formation rock indé british a produit en une quinzaine d'albums (dont quatre BO pour des films de Claire Denis) une œuvre fascinante, aveuglante comme un soleil noir. Mais en marge de cette geste collective, le chanteur relocalisé dans la Creuse opère aussi en solo que ce soit pour lui même où, là encore, pour Claire Denis.
Au Petit Bulletin Festival, Stuart A. Staples vient présenter son troisième album – le premier en treize ans ! –, une exploration musicale intemporelle baptisée Arrythmia grattant, en quatre plages, aux portes de l'expérimentation. Un événement à ne rater sous aucun prétexte puisqu'il s'agira là de l'unique concert de l'énigmatique soulman de Nottingham.

YAËL NAÏM ET LES MÉTABOLES
Ses derniers passages à Lyon, notamment à la Chapelle de la Trinité, déjà, avaient vu Yael Naim célébrer les noces tout en délicatesse de ses chansons avec les cordes du Quatuor Debussy.
Cette fois, la chanteuse revient à l'élément central de son écriture : la voix, plus que jamais au cœur du concert qu'elle proposera en clôture de cette édition du Petit Bulletin Festival. Au fil du temps et des albums Yael Naim a en effet orchestré de nombreux chœur : en mode gospel, en compagnie de chœurs d'enfants ou avec le trio 3somesisters.
Cette fois, dans le prolongement de cette démarche, c'est avec l'Ensemble vocal a cappella Les Métaboles, dont les hauts fait vont de Puccini à Pink Floyd et de Bach à Debussy, qu'elle livrera un bel éventail de chansons inédites pimenté de quelques classiques. Profitez-en, il s'agira là encore d'un concert unique.

Réservations

www.lesgrandsconcerts.com
04 78 38 09 09


Pierre Aimar
Vendredi 31 Août 2018
Lu 140 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 84



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



Versailles

Versailles


Pouchain emiliani

Pouchain emiliani


Lizt en Provence

Lizt en Provence


Photaumnales

Photaumnales