Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Le Béjart Ballet Lausanne & le Tokyo Ballet dansent la IXe Symphonie de Beethoven, le 3, 4 et 5 juillet 2015 à Monte-Carlo

Cette transposition chorégraphique de l’œuvre de Beethoven n’a d’autre idée, d’autre but, d’autre argument que la musique qui la supporte, la nourrit, et en est la seule raison d’être.


Le Béjart Ballet Lausanne & le Tokyo Ballet dansent la IXe Symphonie de Beethoven, le 3, 4 et 5 juillet 2015 à Monte-Carlo
La Danse ici ne fait que suivre le lent cheminement du compositeur qui va de l’angoisse à la Joie, des ténèbres vers la clarté. Il ne s’agit pas d’un ballet, au sens généralement adopté du terme, plaqué sur une partition qui est un des sommets de la musique, mais d’une participation humaine profonde à une œuvre qui appartient à l’humanité entière et qui est ici non seulement jouée et chantée, mais dansée, tout comme l’était la tragédie grecque ou toutes les manifestations religieuses primitives et collectives.

«Ce n’est pas seulement l’alliance de l’homme avec l’homme qui est scellée de nouveau sous le charme de l’enchantement dionysien: la nature, aliénée, ennemie ou asservie, célèbre elle aussi sa réconciliation avec son enfant prodigue, l’homme. ...
Que l’on métamorphose en tableau l’Hymne à la joie, de Beethoven, et donnant carrière à son imagination, que l’on contemple les millions d’êtres prosternés frémissant dans la poussière: à ce moment l’ivresse dionysienne sera proche. Alors l’esclave est libre, alors se brisent toutes les barrières rigides et hostiles que la misère, l’arbitraire, la «mode insolente» ont établi entre les hommes. Maintenant par l’évangile de l’harmonie universelle, chacun se sent avec son prochain, non seulement réuni, réconcilié, fondu, mais encore identique en soi, comme si s’était déchiré le voile de Maya, et comme s’il n’en flottait plus que des lambeaux devant le mystérieux UN primordial.»
Friedrich Nietzsche, la Naissance de la tragédie.

Chorégraphie: Maurice Béjart
Textes: Friedrich Nietzche
Musique : Ludwig Van Beethoven
Adaptation costumes : Henri Davila
Lumières : Dominique Roman
Durée sans entracte: 1h30
Première : Cirque Royal, Bruxelles, 27 octobre 1964, Ballet du XXe Siècle
Avec la participation de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo et le chœur de l’opéra de Monte-Carlo, direction: Antonino Fogliani

Réservations

Par téléphone Grimaldi Forum :
00377 99 99 30 00
(du mardi au samedi de 12h à 19h)

Sur place au Grimaldi Forum
10 avenue Princesse Grace, Monaco
(du mardi au samedi de 12h à 19h)

Par internet
www.balletsdemontecarlo.com

Renseignements : +377 97 70 65 20


Pierre Aimar
Jeudi 7 Mai 2015
Lu 293 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 24





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...