Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Le Beaujolais Nouveau 60 ans déjà… et c'est le 17 novembre 2011 à 00h00

Jour J, en 2011 : jeudi 17 novembre, à 00 h 00 précises, en France et dans le monde.


Millésime 2011 : le Beaujolais enchaîne avec un troisième millésime de très grande qualité !

Le Beaujolais Nouveau 60 ans déjà… et c'est le 17 novembre 2011 à 00h00
Cette année, le Beaujolais a bénéficié de conditions climatiques quasi idéales marquées par un très bon ensoleillement, et ce dès le printemps, mais surtout par de faibles précipitations durant l’été (fait rare à travers le pays !).

Cette fenêtre météo a permis aux raisins d’arriver à une maturité optimale avec trois semaines d’avance par rapport à l’an dernier, plaçant ainsi 2011 parmi les vendanges les plus précoces depuis plusieurs dizaines d’années.

Dans le Beaujolais, les vendanges ont débuté le 24 août et se sont terminées aux alentours du 16 septembre. L’état sanitaire du vignoble était excellent offrant des raisins de très grande qualité, aves des rafles et des pépins mûrs, des peaux épaisses et un bel équilibre sucre acidité. Le cycle fermentaire naturel a été très régulier libérant progressivement couleurs et tanins, tout en conservant les arômes. La maturité est superbe, équivalente à 2009 mais l’acidité est plutôt basse (inférieure à 2009 et 2010) ce qui donne des vins souples bien que concentrés.

Dans les cuvages, les vinifications sont terminées et les dégustations de ce millésime très prometteur révèlent des vins à la fois riches et fruités, d’une grande finesse et d’une belle couleur intense. Ni fruits rouges, ni fruits noirs, les 2 à la fois. « Le millésime 2011 propose une large palette aromatique», constate Bertrand Chatelet, directeur technique de la Sicarex (Institut de recherche implanté à Villefranche-sur-Saône et dédié à l’étude des vignes du Beaujolais). « Les vins sont riches, puissants mais n’en perdent pas pour autant leur fraîcheur. Ils restent très agréables à boire grâce à leur belle rondeur», précise-t-il.

Les cuvées 2011 s’annoncent d’ores et déjà prometteuses, dans la lignée des millésimes 2009 et 2010 qui étaient déjà de très grande qualité. Après le mythique millésime 2009, caractérisé par une très grande concentration et un bel équilibre entre maturité et acidité, le beau classique 2010 doté d’une superbe expression aromatique et d’une grande finesse, le Beaujolais enchaîne une nouvelle fois avec un très beau millésime offrant des vins riches, opulents et soyeux.

Par cette trilogie, le Beaujolais renoue ainsi avec des vins structurés et intenses qui associent savamment la richesse des parfums à la finesse des tanins. Une performance qui, à notre connaissance, ne peut être revendiquée par aucun autre vignoble cette année.

Rendez-vous le 17 novembre (0h00) pour découvrir plus en détails le fruit de la récolte 2011.

Comment faire la fête, pour l’arrivée du beaujolais nouveau ?

Le beaujolais nouveau est un rituel, une grande fête païenne et populaire. Universelle, elle s’adapte à tous les pays et se coule dans toutes les cultures. Simple et sans prétention, le beaujolais nouveau sait se marier avec la plupart des plats et des cuisines. Il se partage entre amis. Comme tous les vins, il doit être consommé avec modération.

Pas de « code » pour fêter l’arrivée du beaujolais nouveau, et, pourtant, quelques règles sont cependant incompressibles :

- respecter la loi et savoir attendre minuit, quel que soit le fuseau horaire. Pas de beaujolais nouveau avant le jour J et l’heure dite. Pour débuter la soirée, une idée : déguster les autres appellations du vignoble beaujolais : beaujolais-villages et quelques uns des 10 crus…Car le Beaujolais ne se résume pas au beaujolais nouveau.

- Le beaujolais nouveau est un vin authentique. Il est à partager, comme la bonne humeur. Le servir frais, à 10-11°. Et, surtout, ne pas « se prendre la tête » : à l’apéritif, sur des entrées, des charcuteries, un fromage de chèvre, des fruits de mer, un tartare de poisson, des huîtres ou des sushis, il est idéal. Mais chacun peut, sans trahir une quelconque religion, donner libre cours à son inspiration culinaire.

- Choisir le lieu que vous aimez : une cave de vigneron du Beaujolais si vous avez envie de partager la passion d’un métier unique et la chaleur de gens qui ont véritablement le sens de l’hospitalité, le bistrot le plus proche de chez vous, tenu par un patron fort en gueule, un lieu plus chic, si vous êtes amateur de soirées mondaines, ou tout simplement « à la maison, entre copains… ».


Pierre Aimar
Mercredi 26 Octobre 2011
Lu 612 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...