Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Jusqu'au 1/2/09 <> Regards sur le Japon à Lyon, Bourgoin-Jallieu, St-Etienne et Romans

Pour la 2ème édition de la Biennale Lyon et les villes d’art et de soie, la galerie Regard Sud présente Regards sur le Japon une manifestation sur le thème de la soie et des textiles qui se tient depuis le 20 septembre 2008 au 1er février 2009.
Cette seconde édition, labellisée par l’Ambassade du Japon à Paris, se déroule conjointement à Lyon, Saint-Étienne, Bourgoin-Jallieu, Romans, Oyonnax, Chazelles-sur-Lyon, et célèbre ainsi 150 ans de relations commerciales entre le Japon et la France.


Jusqu'au 1/2/09 <> Regards sur le Japon à Lyon, Bourgoin-Jallieu, St-Etienne et Romans
Le thème de la soie et des textiles est donc au cœur de cette manifestation qui, par sa transversalité, la diversité et la richesse des événements proposés témoigne du foisonnement des échanges économiques et culturels qui relient Lyon à l’Orient.
En partenariat avec les institutions, les musées, les universités, les galeries, les industriels, les boutiques, les artistes et les créateurs de Lyon et de Rhône-Alpes.
Des expositions de photographies, vidéos, installations, peintures, sculptures, et des créations sur supports textiles réalisées par des artistes contemporains, stylistes, créateurs originaires du Japon, de Suède, d’Afrique et de France, sont présentées par les autres lieux partenaires, en lien avec des performances : danse, musique, cinéma, auxquelles s’ajoute un cycle de conférences.

Frank Le Petit, Photographe à la Mapra (Lyon)

Jusqu'au 1/2/09 <> Regards sur le Japon à Lyon, Bourgoin-Jallieu, St-Etienne et Romans
Frank Le Petit, Photographe
Photo // Exposition « Kyudo-graphie »
Du 3 décembre au 20 décembre 2008 et du 6 janvier au 10 janvier 2009
Vernissage de l’exposition « Kyudo-graphie » le mercredi 10 décembre à 18h30


L’exposition « Kyudo-graphie », proposée à la MAPRA dans le cadre de « Lyon, et les villes d’art et de soie » - Regards sur le Japon, présente 06 œuvres et 01 vidéo spécialement réunies pour l’occasion. Sur les 09 pièces originales, deux font désormais partie de la collection Klein-Moquay et l’une d’entre
elle est exposée en permanence dans le hall d’entrée de la maison de Rotraut, veuve de Yves Klein.
La série d’œuvres intitulée Kyudo-graphy a été créée sur la base de photographies d’archers japonais prises dans les jardins du temple de Meiji Jingu à Tokyo.

L’art de Frank Le Petit comme sa vie sont en constante mouvance : il joue sur les supports, mélange technologies récentes et techniques traditionnelles, et s’ouvre à de nombreuses influences de domaines créatifs variés pour créer son propre langage visuel.
Aujourd'hui répertorié comme artiste multimédia, son approche et sa démarche sont le résultat d’un parcours créatif hors du commun entre plusieurs continents et au contact de nombreuses cultures.
Souvent considéré comme électron libre de la scène artistique contemporaine, Frank Le Petit revendique un statut d'artiste indépendant. Son travail est soutenu par de nombreuses personnalités du monde de l'art à travers le monde et plus particulièrement Daniel Moquay, collectionneur et gestionnaire du patrimoine d'Yves Klein.

La Mapra - Maison des Arts Plastiques Rhône-Alpes
9 Rue Paul Chenavard
69001 Lyon
Métro Ligne A Station Hôtel de Ville
Tel : 04 78 29 71 39
Heures d’ouverture mardi et samedi de 14h30 à 18h30 ; mercredi-jeudi-vendredi de 10h00 à 12h30 et de 14h30 à 18h30

Shigeru Asano, Photographe à l'École Normale Supérieure Lettres et sciences humaines

Shigeru Asano, Photographe
Photo // Exposition “Reflets d’eau”
Jusqu’au 9 janvier 2009

Shigeru Asano est né en 1951 à Osaka au Japon. Après des études de stylisme à Tokyo, il s'adonne à la peinture, et c'est en tant que peintre qu'il arrive à Paris en 1979. Depuis 1989, il se consacre à la photographie -argentique- et particulièrement aux reflets de Paris dans les flaques d'eau.
En projet Londres, New York, Moscou en "reflets d'eau"
Il photographie les quartiers de Paris en utilisant les reflets des flaques d’eau. Cela donne aux bâtiments photographiés, aux sculptures, une illusion mélancolique de la réalité. Les formes hasardeuses des flaques nous transportent dans le monde irréel du rêve par des contours flous…

ENS - École Normale Supérieure Lettres et sciences humaines
15 Parvis René Descartes
69007 Lyon
Métro Ligne B Station Debourg
Tel : 04 37 37 60 00
Heures d’ouverture du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00

Regards sur le Japon au Musée de Bourgoin–Jallieu

Musée de Bourgoin–Jallieu
Jusqu’au 18 janvier 2009
Regards sur le Japon. Impressions textiles


Créé en 1929 à l’initiative de la ville et du peintre Victor Charreton, le Musée de Bourgoin-Jallieu, aménagé au cœur de la cité dans l’ancienne chapelle des Antonins construite en 1503 et dans l’Hôtel-Dieu édifié au XVIII ème siècle, a ouvert au public en 1933. Équipement muséographique phare du Nord-Isère, il présente l'identité industrielle textile du Nord-Isère et plus encore ses savoir-faire dans le domaine de l’impression sur étoffe.
Le Japon connaît une longue tradition dans le domaine de l'impression textile. L'impression avec pochoir en papier, katagami, se répand dans l'archipel dès le XIIIème siècle.
Toutefois, cette technique n'est parfaitement maîtrisée que quelques siècles plus tard, à l'époque d'Edo. Simples outils de l'industrie textile japonaise, ces feuilles brunes frappent par la beauté des motifs et l'incroyable habileté qu'a nécessitée leur confection.
Les pochoirs japonais n'affluent sur le marché européen qu'à partir de la fin du XIXe siècle, lorsque l'industrie textile japonaise, en pleine mutation, s'en désintéresse.

Vers 1850, les occidentaux s'enthousiasment pour l'archipel du «soleil levant» et ses pratiques. Ce japonisme se traduit aussi bien par l'importation d'objets de tous ordres, la passion des collectionneurs et par des productions textiles européennes. Cet engouement est illustré ici par le katana donné au musée par François Armanet en 1949, les panneaux décoratifs créés en 1900 par les établissements Steiner de Belfort ou le carré imprimé par les établissements berjalliens Brunet-Lecomte.
De plus, soucieux d'élargir sa connaissance des techniques d'impression textile, le Musée de Bourgoin-Jallieu a acquis en 2004 et 2006 un album de dessins de textiles japonais et neuf katagami, présentés aujourd'hui pour la première fois.
Quatre kimonos de femmes sont également exposés. Kimono signifie littéralement en japonais « chose que l'on vêt ». Il désigne aujourd'hui la robe traditionnelle japonaise en forme de T. Il est formé de rectangles de tissu pliés et cousus mais jamais recoupés. Rectiligne, il tombe jusqu'aux pieds ou chevilles et se porte toujours côté gauche sur côté droit. Il se ferme grâce à l'obi, ceinture de soie pouvant atteindre quatre mètres pour les femmes et dont le nœud noué dans le dos varie selon l'âge, les saisons et les occasions. Le choix d'un kimono procède de codes sociaux et symboliques.

Cette exposition temporaire n'aurait pu se monter sans les interventions et prêts de : Shiro Daïmon, l'un des plus grands danseurs japonais actuel de kabuki et acteur de théâtre Nô, qui a eu l'amabilité de prêter au musée trois kimonos. La maison Léonard Fashion, Paris, Julie Barral et Carole Cellier, costumières.

Musée de Bourgoin-Jallieu
17 Rue Victor Hugo
38300 Bourgoin-Jallieu
Tel : 04 74 28 19 74
Heures d’ouverture du mardi au dimanche de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00
Fermé le lundi et les jours fériés

Regards sur le Japon au Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne

Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne
Jusqu’au 19 janvier 2009
Regards sur le Japon. Invitation aux créateurs de mode


« Regards sur le Japon » est une invitation par le Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne aux jeunes créateurs japonais dont plusieurs formés à la grande institution de mode Bunka à Tokyo.
Cette exposition nous présente l’évolution dans le domaine de la mode à partir d’une présentation de pièces traditionnelles comme le kimono, jusqu’aux vêtements actuels, une sélection de modèles des créateurs Yohji Yamamoto, Issey Miyake et Kenzo. Sont proposés également plusieurs regards sur les modes contemporaines insufflées par Atsuko Kojima, Yoshiko Kono, Reiko Kosaki Mery, Kyoko Murayama, Rika Ohwada, Seiirichiro Shimamura de 0044 Paris, Mari Takahashi, Keito Watanabe,
Oka Masako, tous créateurs d’origine japonaise et la société Japon Fashion.

Installation de modèles réalisés par les étudiants de l’Institut International de Création et de Mode couture de Marseille (IICCM) pour le défilé de juin 2008 « Japonmania », accompagnés de pièces de créateurs contemporains : Junko Shimada, Kenzo, Yohji Yamamoto, Issey Miyake prêtées pour l’occasion par le Musée de la Mode de Marseille et le Centre National des Arts Plastiques de Puteaux.
Présentation de pièces traditionnelles : kimonos, furoshikis, obis, prêtés par le Musée du Quai Branly.

Ateliers de Furoshiki (technique japonaise traditionnelle d'emballage en tissu utilisée pour le transport des vêtements, des cadeaux) par Nami Takahashi – Plantier Ateliers d’Art du Mizuhiki (rubans en ficelles de papier torsadé) par Harumi Sugiura

Musée d’Art et d’Industrie de saint-Étienne
2 Place Louis Comte
42026 Saint-Étienne
Tel : 04 77 49 73 00
Heures d’ouverture tous les jours de 10h00 à 18h00 sauf le mardi et les jours fériés

Regards sur le Japon au Musée International de la Chaussure de Romans

Musée International de la Chaussure
Jusqu’au 1er février 2009
Regards sur le Japon. Chaussure et création


Le Musée de la Chaussure de Romans propose un regard sur le Japon, entre collections anciennes et créations contemporaines. Comment les stylistes et bottiers d’aujourd’hui s’inspirent des créations anciennes pour créer leurs propres modèles ?
Une trentaine de chaussures japonaises, essentiellement des XIXème et XXème siècles, issues des collections du musée sont exposées.
La sélection met en exergue la diversité des modèles (zori, geta, tabi, ...), la diversité des matières (paille, bois, cuir, ...) ainsi que la diversité des fonctions.
En regard, quatre stylistes exposent leurs créations japonisantes, fruit d’un travail de ré-interprétation très personnel : Chikako Inoue, Midori Masuda, Sou-Sou, Nike.

Musée International de la Chaussure
Entrée Portail Roger
Rue Bistour
26100 Romans
Tel : 04 75 05 51 81
Heures d’ouverture du mardi au samedi de 10h00 à 17h00, toute l’année dimanche et jours fériés de 14h30 à 18h00


pierre aimar
Mercredi 3 Décembre 2008
Lu 604 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...