Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Hommes racines. Photographies de Pierre de Vallombreuse. Centre du Patrimoine Arménien, Valence. Du 11 octobre 2013 au 23 février 2014

Pierre de Vallombreuse sillonne le monde à la rencontre des peuples autochtones et nous emmène sur les pas de cinq d’entre eux, auprès desquels il a vécu, entre Groenland, Tanzanie, Inde, Asie du sud‐est et Bolivie.


Enfants badjao qui jouent dans les eaux de la baie © Pierre de Vallombreuse
Enfants badjao qui jouent dans les eaux de la baie © Pierre de Vallombreuse
Badjao, Inuit, Rabari, Aymara ou encore Hadzabe, sont dépositaires de savoirs et de pratiques spécifiques et entretiennent une relation intime et fragile avec leur environnement. Tout en poésie et en sensibilité, les photographies de Pierre de Vallombreuse montrent comment ce lien étroit est affecté par l’intrusion du monde contemporain. Elles témoignent du combat que mènent ces peuples pour défendre leur identité et leurs traditions, à travers des portraits de tous les jours, des paysages habités et des villages en mutation, entre adaptabilité et vulnérabilité.

L’exposition invite à découvrir cette diversité de cultures à travers le quotidien et les modes de vie de ces hommes et de ces femmes, qu’ils soient chasseurs‐cueilleurs, gardiens de l’Arctique, gitans de la mer, peuples de la transhumance ou des savanes. Elle participe ainsi à nourrir la réflexion sur le « vivre ensemble » et la pensée humaniste face au progrès.

En savoir plus :
Sont présentées : 56 photographies de Pierre de Vallombreuse et cinq cartes réalisées par Philippe Rekacewicz
Le projet Hommes racines a été produit par les Champs Libres de Rennes, associés depuis 2007 au projet, et la fondation Yves Rocher.

Pierre de Vallombreuse. Extraits de l’ouvrage Hommes racines
Aux origines du projet
Hommes racines est né à la faveur d’un long cheminement entrepris il y a maintenant sept ans. Je commençais alors un travail sur le Pays basque, avec lequel j’ai un lien très personnel. J’y suis né. Mon père y a longtemps vécu. Je voulais comprendre ce􀆩e terre où je revenais une ou deux fois chaque année, jusqu’à l’âge de vingt ans. Une terre singulière dont l’identité, la culture et la langue se sont maintenues, même modifiées, envers et contre tout. Naître dans un endroit attaché à ce point à sa différence m’a sans doute sensibilisé aux problématiques de l’ethnicité à travers le monde. Comment une terre se forge‐t‐elle son identité ? Comment l’homme réagit‐il aux bouleversements et à l’évolution de son environnement ? C’est avec en tête ces interrogations, nourries par de passionnantes conversations avec Edgar Morin, que j’ai commencé ce travail sur les peuples
racines.

La notion de racines
[Ces] peuples dépositaires de savoirs et de pratiques spécifiques, à l’histoire souvent méconnue, (…) sont confrontés à des situations difficiles au premier rang desquelles les désastres écologiques. C’est dans ce contexte que le projet aborde la notion de racines. En rencontrant des peuples solidement ancrés dans leur territoire et d’autres ayant été soumis à l’épreuve du déracinement, Hommes racines dessine les profondes mutations qui affectent notre modernité. Avec l’espoir de susciter une réflexion sur l’humanité durable dont le corollaire est la protection de la nature.

Une histoire des peuples qui s’écrit aujourd’hui…
Le monde ne s’est jamais départ d’une certaine violence, violence économique, culturelle,
militaire, climatique, et l’homme, pour ne pas disparaître, doit savoir s’adapter mais parfois aussi entrer en résistance. C’est un moment de l’histoire contemporaine des peuples autochtones qu’évoquent ici ces photographies, avec ses échecs, ses souffrances, avec également ses espoirs (…). La magie et les rêves, les medecine man, les rituels, les gestes ancestraux participent au chant du monde et veillent à sa diversité.

Centre du Patrimoine Arménien
14 rue Louis Gallet
26000 VALENCE
Tél. : 04 75 80 13 00
info@patrimoinearmenien.org
www.patrimoinearmenien.org
Horaires d’ouverture
Du mardi au dimanche de 14h à 17h30
Fermé les jours fériés et du 24 décembre au 6 janvier inclus


Afficher Centre du Patrimoine Arménien sur une carte plus grande


Pierre Aimar
Vendredi 13 Septembre 2013
Lu 115 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...