Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Georges Dorignac (1879-1925), Dessins rouges et noirs, à la Galerie Malaquais, Paris VIII, du 31 mars au 21 mai 2016 e

Selon Rodin, « Dorignac sculpte ses dessins (…) ». Georges Dorignac (Bordeaux, 1879 – Paris, 1925) modèle sur la surface plane du papier. Peintre mais avant tout dessinateur, il travaille en toute indépendance alors que les avant-gardes battent leur plein.


Haleuse  Pierre noire  Cachet d’atelier : georges dorignac - 490 x 640 mm
Haleuse Pierre noire Cachet d’atelier : georges dorignac - 490 x 640 mm
Il crée des formes puissantes et ramassées dans une matière dense, sur un papier épais ou texturé. Ses formes expressives remplissent l’espace limité de la feuille, et les contrastes s’avèrent forts dans ses œuvres le plus souvent monochromes.

La Galerie Malaquais, spécialisée en sculpture et dessin, présente un ensemble exceptionnel de 43 dessins et 4 peintures de Georges Dorignac, parmi lesquels 35 œuvres sur papier datant de 1912 à 1914. L’exposition se tiendra dans deux lieux : à la Galerie Malaquais et au cabinet d’expertise Alexandre Lacroix. L’occasion de découvrir, pour la première fois, un accrochage aussi important de cet artiste, avant que plusieurs institutions, les Musées de Sens, la Piscine - Roubaix - puis le musée des Beaux-Arts de Bordeaux, ne le mettent en lumière, dès 2016.

La Galerie Malaquais prévoit un catalogue. 90 ans après la disparition de Georges Dorignac à l’âge de 46 ans, les regards semblent se porter enfin sur son œuvre et confirmer la prédiction de Pierre Rosenberg, conservateur, historien de l’art et académicien français, qui avait « la certitude que justice sera un jour rendue à ce magnifique dessinateur… ».
Une monographie de Marie-Claire Mansencal paraîtra, par ailleurs, aux éditions Le Passage en 2016.

Des institutions, dont le Musée national d’Art Moderne – Centre Pompidou, le musée des Beaux-Arts de Bordeaux, le musée des Beaux-Arts de Reims et le Musée de Grenoble, conservent des œuvres de l’artiste qui ont aussi trouvé place dans de nombreuses collections privées.

Georges Dorignac (1879-1925), le maître aux figures noires. Musées de Sens du 15 mai au 5 septembre 2016

Georges Dorignac débute sa carrière en 1901 au sein des artistes espagnols. En 1910, il s’installe à La Ruche et se lie d’amitié avec les peintres de l’École de Paris dont Modigliani. C’est la période « noire » où il produit des nus et des visages expressionnistes. Depuis 1994, son œuvre a été redécouvert, et les Musées de Sens accompagnent la publication de la monographie qui lui est consacrée. Elle aura lieu dans la salle de la Salamandre des Musées de Sens du 15 mai au 5 septembre 2016. L'entrée est libre. Une conférence sera organisée, dans le cadre des Mercredis des Musées, le 11 mai 2016 à 18 h 30 : Entre naturalisme et expressionnisme, Georges Dorignac (1879-1925), le maître aux figures noires par Marie-Claire Mansencal, vice-présidente du Modigliani-Kisling Institut et présidente de la Société des Amis des Musées de Bordeaux.

Georges Dorignac (1879 - 1925). Le trait sculpté. La Piscine, musée d'art et d'industrie André Diligent, Roubaix, du 18 novembre 2016 au 6 mars 2017

Visant à mettre en avant l’art très personnel de Dorignac, l’exposition de La Piscine se concentrera sur les saisissantes feuilles monumentales « au noir » de la période de maturité qui firent sa réputation : monotypes ou dessins prouvent avec évidence le talent de l’artiste à jouer du fond et de la réserve, des ombres et des lumières, du contour et de la matière, afin de composer des images puissantes, servies par une science irréfutable du dessin comme du modelé, de l’anatomie comme de l’expression. La dimension proprement sculpturale des dessins noirs de Dorignac fut d’emblée perçue par les contemporains de l’artiste, constituant très tôt un leitmotiv chez les critiques qui soulignèrent la massivité des volumes, la force du trait, mais aussi les nuances des valeurs obtenues par la sanguine, le fusain, les lavis et la craie, ou enfin la dignité accordée aux figures anonymes de travailleurs. Gaston N. du Houssoy soulignait ainsi : « par l’eurythmie des sujets, la justesse des volumes et la base chantante des lumières et des ombres (…) les dessins de Dorignac ont l’aspect d’un bloc sculpté et dessiné ». Louis Hautecoeur appréciait ses « torses féminins musclés comme des Michel-Ange ou des antiques, (…) [ses] masques, qui semblent de bronze [et] ne sont pas sans rappeler Constantin Meunier ». L’exposition évoquera, par ailleurs, la contribution de Dorignac dans le domaine des arts appliqués, son exceptionnel « sentiment décoratif » et sa collaboration avec le céramiste André Metthey ou avec le laqueur, dinandier et sculpteur Jean Dunand.

Pratique

Galerie Malaquais
93 rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
Tél : + 33 (0)1 42 86 04 75
Site : www.galerie-malaquais.com
E-mail : jb.auffret@galerie-malaquais.com



Pierre Aimar
Jeudi 10 Mars 2016
Lu 271 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...