Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Fondation Louis Vuitton : « Un rêve devenu réalité » par Bernard Arnault

Pour Paris, la Fondation Louis Vuitton est une nouvelle aventure culturelle. Elle se présente comme un autre lieu consacré à l’art, à l’art contemporain en particulier, un lieu d’échanges, aussi, avec les artistes, avec le public parisien, français et du monde entier. Elle veut susciter l’émotion et la réflexion de tout visiteur par un dialogue spontané.


La Fondation est un projet différent parce que privé, permis par le mécénat de LVMH, de ses Maisons et de Louis Vuitton en cohérence avec les valeurs portées par l’ensemble des collaborateurs du groupe et par ses actionnaires. La Fondation dépasse l’éphémère ; elle reflète un véritable élan optimiste. Elle montre aussi une passion pour la liberté. Elle est un rêve devenu réalité.
C’est bien parce que les Maisons de LVMH, Louis Vuitton en particulier, sont portées par l’excellence de leurs créations, qu’elles participent depuis bien longtemps à un art de vivre indissociable d’une culture humaniste.

Leur réussite doit beaucoup à notre patrimoine artistique et culturel. Aussi, depuis de nombreuses années, ai-je souhaité qu’une part de ce succès soit partagée avec les artistes, les créateurs, les penseurs, le grand public et les jeunes en particulier. Dès 1991, avec l’arrivée de Jean-Paul Claverie à mes côtés, LVMH est devenu l’une des toutes premières entreprises mécènes en France par notre action en faveur du patrimoine artistique, de la jeunesse et des projets humanitaires. Nous avons très tôt évoqué l’idée d’une Fondation, une institution mettant en œuvre notre engagement pour l’art et la culture. Nous avons tenu le cap pour parvenir à bon port en cet automne 2014.

Parallèlement, après de fructueuses collaborations au cours des années 1980 avec des artistes tels Sol LeWitt, César ou Olivier Debré, Louis Vuitton engageait un dialogue fructueux entre les arts plastiques et sa propre créativité : ce furent tant les relations avec Bob Wilson, Olafur Eliasson, Ugo Rondinone pour les vitrines de Noël que l’intervention directe, en parfaite complicité avec Marc Jacobs, de Stephen Sprouse, Takashi Murakami, Richard Prince ou encore Yayoi Kusama sur les créations de la Maison. Le regard sur Louis Vuitton s’en est trouvé modifié et sublimé.

Ces années de mécénat de LVMH, cette proximité de Louis Vuitton avec les artistes, sont allées de pair avec ma passion pour la création. Une passion qui m’a conduit à bâtir la Fondation Louis Vuitton, un lieu à Paris qui puisse rendre hommage aux artistes, qui puisse se réaliser avec les artistes et les mobiliser.
Parce qu’il est l’un des plus grands architectes de notre époque, je savais que Frank Gehry relèverait ce défi et créerait un monument de l’architecture du XXIe siècle.
Il s’est montré visionnaire et a fait siennes les valeurs d’excellence et d’exigence caractéristiques de Louis Vuitton. Il a fait de son projet un véritable chef-d’œuvre, que l’exposition conçue et réalisée pour l’ouverture par Frédéric Migayrou, au rez-de-chaussée de la Fondation, présentera et expliquera ; ceci en un passionnant dialogue avec la rétrospective de toute l’œuvre de Frank Gehry dont nous avons suggéré la réalisation au Centre Pompidou au même moment.

Si le bâtiment constitue le premier geste artistique mis en œuvre, la démarche artistique à venir de la Fondation, qui débute avec son ouverture au public, s’affirmera avec la même détermination. La Fondation se consacrera avant tout à l’art en mouvement, à la création d’aujourd’hui mais elle les mettra aussi en perspective avec des références historiques, en particulier celles de l’art moderne du XXe siècle ; familiarisant et accompagnant le regard du public sur les créations les plus nouvelles. Le regard sur le passé n’est-il pas le meilleur moyen de mieux s’ouvrir aux propositions les plus inattendues ? La Fondation Louis Vuitton nous invite à voir des œuvres, des créations rassemblées ou commandées pour leurs accents pertinents avec des préférences, des partis pris, clairement affichés.

Dès l’automne 2014 et pour les mois qui suivront, la Fondation développera de multiples activités :
— La collection permanente composée d’œuvres appartenant à la Fondation ou à ma collection personnelle sera présentée aux travers de ses lignes identitaires, de l’art moderne à la création contemporaine. La collection donnera à chacun des visiteurs une impression particulière, originale, avec un critère majeur : la capacité d’affirmer, dans l’instant ou durablement, au travers de chaque œuvre en particulier, des points de vue.
— Des expositions temporaires permettront, au travers de collaborations avec d’autres institutions privées ou publiques, d’autres collectionneurs, de mobiliser les artistes eux-mêmes.
— L’ouverture aussi à la musique : Lang Lang au piano dès l’ouverture, puis le groupe Kraftwerk, mythique initiateur de la musique électronique au sein de l’Auditorium, « écrin » de l’ensemble de toiles commandées à Ellsworth Kelly, ou encore Tarek Atoui et Dominique Gonzalez-Foerster pour des interventions personnelles au sein même des espaces du bâtiment. Les qualités modulables de l’Auditorium permettront expériences et rencontres. Le jeune public aura, aussi, les faveurs de la Fondation comme nous l’avons fait au travers des programmes pédagogiques de LVMH.


Pour son ouverture, la Fondation Louis Vuitton vous invite à un « voyage en création » vous permettant de découvrir son architecture et quelques œuvres emblématiques de la collection permanente : de Frank Gehry à Gerhard Richter, de Thomas Schütte à Pierre Huyghe, de Christian Boltanski à Ellsworth Kelly, d’Olafur Eliassson à Sarah Morris et Adrián Villar Rojas, de Bertrand Lavier à Taryn Simon, et à nombre d’autres : chacun, chacune a pris sa part de la dynamique de notre démarche. Jamais nous ne leur dirons assez notre gratitude qu’ils aient bien voulu nous accompagner dès la mise en œuvre du projet artistique conduit par Suzanne Pagé, avec l’expérience et l’inventivité que nous lui connaissons et l’engagement de toute son équipe.
Je remercie chaque visiteur pour l’esprit de découverte qui l’a poussé à venir à notre rencontre. Je souhaite partager avec tous l’enthousiasme qui anime tous ceux qui ont eu leur part à la mise en œuvre de ce projet hors norme.

Me viennent à l’esprit ces paroles de Picasso qui auraient pu nous inspirer tout au long de notre projet : « L’art sert à laver l’âme de la poussière de tous les jours. Il faut susciter l’enthousiasme, car l’enthousiasme est ce dont nous avons le plus besoin pour nous et pour les générations futures ».
Bernard Arnault
Président de la Fondation Louis Vuitton

Un bâtiment entre bois et jardin - Un nouveau monument pour Paris

Iwan Baan for Fondation Louis Vuitton © Iwan Baan 2014
Iwan Baan for Fondation Louis Vuitton © Iwan Baan 2014
La Fondation Louis Vuitton est implantée à la frontière du Bois de Boulogne et du Jardin d’Acclimatation, lieu familier de la capitale fréquenté depuis plus d’un siècle par des générations de parisiens. Ce parc paysager de la fin du XIXe siècle dessiné par Alphand et Barillet-Deschamps a, dès le départ, inspiré l’architecte. Le projet paysager qui va de pair avec la construction de la Fondation renoue avec l’esprit originel des lieux. Etayé par une étude historique du site, le projet permet de retrouver l’effet d’ensemble du Jardin : des promenades sont redessinées, des éléments d’architecture sont remis en valeur, des essences végétales diverses se multiplient concourant à renouveler le patrimoine végétal et historique du parc. Ainsi, au fil de son parcours, le promeneur découvre de nombreuses surprises visuelles, à commencer par les voiles de la Fondation émergeant de la cime des hêtres et des chênes centenaires. Le projet de la Fondation est donc avant tout un projet de site. Dès le départ, dès les premières promenades de Frank Gehry dans le Jardin d’Acclimatation, il était question de créer un bâtiment qui dialogue avec la nature et l’histoire du Jardin, avec les espèces du lieu comme avec l’architecture de verre et de Jardin de la fin du XIXe siècle.

Frank Gehry a conçu un bâtiment qui, par sa force et sa singularité, s’inscrit dans la lignée des monuments de la capitale française.
Ce grand vaisseau recouvert de douze voiles de verre, situé dans le bois de Boulogne, à la lisière de l’avenue du Mahatma Gandhi, est mitoyen du Jardin d’Acclimatation. Posé sur un bassin créé pour l’occasion, l’édifice s’insère dans l’environnement naturel, entre bois et jardin, jouant de la lumière et des effets de miroir.

D’une surface globale développée de 11 000 m2, dont 7 000 m2 accessibles au public, le bâtiment de Frank Gehry offre 11 galeries dédiées à la présentation des collections, aux interventions d’artistes et aux expositions temporaires, un auditorium aux configurations modulables d’une capacité de 360 à 1000 personnes, et des terrasses qui jouissent de
vues exceptionnelles sur Paris, La Défense et ses environs, et proposent pour certaines des installations et/ ou commandes d’artistes contemporains. De la Tour Eiffel à la canopée du Bois de Boulogne, du pigeonnier du Jardin aux gratte-ciel de la Défense, les visiteurs découvrent, des hauteurs de la Fondation, des visions du Grand Paris qui n’existaient pas jusqu’alors.

La situation privilégiée du musée dans ce jardin paysager, son architecture créative et innovante et le nouveau pôle culturel qu’il entend constituer auprès du plus grand nombre ont vocation à attirer des familles du quartier comme des touristes du bout du monde, ainsi que des amateurs d’art contemporain et d’architecture.

Inséparable de l’image de son bâtiment, dotée d’un projet artistique de grande envergure, la Fondation Louis Vuitton souhaite s’inscrire pleinement dans le paysage parisien et devenir une référence internationale dans les années qui suivront son inauguration.

Une nouvelle référence de l’architecture du XXIe siècle

Iwan Baan for Fondation Louis Vuitton ©Iwan Baan 2014
Iwan Baan for Fondation Louis Vuitton ©Iwan Baan 2014
Dès l’esquisse originelle, le travail de Frank Gehry pour la Fondation en constitue le geste artistique inaugural. Le bâtiment qu’il a imaginé réunit l’ensemble des méthodes, des codes et des modes d’expression de l’architecte et marque une nouvelle étape de son travail.

Guidé par le souvenir de Proust, il s’est inspiré de la légèreté des architectures de verre et de jardin de la fin du XIXe pour effectuer sa première esquisse. En réalisant de nombreuses maquettes, l’architecte a su donner un élan à l’édifice conçu comme un voilier ou un vaisseau posé sur son bassin, indissociable de l’eau mouvante qui court dans la cascade.

Le choix des matériaux exprime la notion de transparence : une enveloppe de verre vient recouvrir le corps du bâtiment, assemblage de blocs nommé « iceberg », en lui conférant son volume et son mouvement. La maquette définitive est ensuite scannée pour fournir le modèle numérique du projet. C’est en particulier le travail du verre que l’architecte révolutionne pour donner vie à sa vision : « À l’image du monde qui change en permanence, nous voulions concevoir un bâtiment qui évolue en fonction de l’heure et de la lumière, afin de créer une impression d’éphémère et de changement continuel ». Ce défi architectural s’inscrit d’ores et déjà parmi les réalisations emblématiques de l’architecture du XXIe siècle.

Frank Gehry, Architecte

Exposition Frank Gehry 1 © Gehry Partners LLP
Exposition Frank Gehry 1 © Gehry Partners LLP
Architecte de renommée internationale, Frank Gehry vit à Los Angeles et a signé, durant les quarante dernières années, des bâtiments majeurs, principalement aux Etats-Unis et en Europe. Parmi eux, sa résidence de Santa Monica qui lui servit de manifeste, le musée Guggenheim de Bilbao, le DZ Bank Building à Berlin, le Walt Disney Concert Hall à Los Angeles, l’IAC Bulding et la New York Tower. Il enseigne depuis plusieurs années à l’université de Yale. Animé par une quête permanente d’innovation et de sens, il repousse, projet après projet, les frontières de l’architecture traditionnelle pour créer des bâtiments puissants et poétiques.

Le programme artistique de l'ouverture

Olafur Eliasson - Inside the horizon  © 2014 Olafur Eliasson © Iwan Baan
Olafur Eliasson - Inside the horizon © 2014 Olafur Eliasson © Iwan Baan
D’octobre 2014 à mars 2015, l’inauguration de la Fondation Louis Vuitton s’organise en trois temps, conçu chacun autour d’une exposition, d’un choix précis – plus ou moins développé – de la Collection et de divers événements pluridisciplinaires.

En octobre 2014, la première phase est consacrée pour l’essentiel à l’architecture. Les deux suivantes, en décembre 2014 puis en mars 2015, témoignent de l’ampleur du champ voulu par Bernard Arnault pour les activités du Musée, depuis l’art contemporain le plus actuel jusqu’à un retour fondateur sur une certaine modernité.

Pour l’Ouverture, conscients du caractère exceptionnel sur le plan patrimonial de l’œuvre de Frank Gehry, est mise en place une stratégie globale au service du bâtiment. Une exposition spécifique lui est d’emblée consacrée, mettant en évidence, à côté de solutions techniques totalement inédites, les principes d’élaboration de cette architecture. Celle-ci, après l’impulsion première et déterminante du geste créateur formalisé par un dessin, se précise au fil de nombreuses étapes, visualisées par autant de maquettes matérialisant le processus mental dans sa complexité évolutive.
Pour permettre aux visiteurs la meilleure appréhension de ce bâtiment dans sa formidable singularité et la sophistication de son inventivité formelle et technique, le parcours proposé à l’intérieur du bâtiment s’est voulu très dégagé et se concentre, d’une part, autour de commandes conçues à partir du bâtiment, d’autre part, autour d’une sélection ciblée d’œuvres emblématiques des engagements de la Collection (Accrochage 1). Des performances liées à la musique, la danse et la poésie, toutes en dialogue avec l’architecture, sont programmées simultanément.

Les commandes se réfèrent à des points ou des moments précis du développement du bâtiment, voire à sa résonance propre – Auditorium, Grotto, terrasses – ainsi qu’à l’archéologie même du lieu dans sa relation avec l’architecte et les acteurs de sa réalisation. Elles prennent diverses formes : promenade vidéo, enquête anthropologique, ensemble décoratif, film, création sonore.
Il s’agit là d’un parti volontariste dans le cadre de l’inauguration. Se succèdent ainsi, de bas en haut, les installations d’Ellsworth Kelly (Auditorium), d’Olafur Eliasson (Grotto), de Sarah Morris et de Taryn Simon (Galeries 1 et 2), de Cerith Wyn Evans (Galerie 10) et Adrián Villar Rojas (Terrasse Ouest), tandis que Janet Cardiff & George Bures Miller proposent un itinéraire particulier à contre-courant.

Pratique

Adresse :
8, avenue du Mahatma Gandhi
Bois de Boulogne,
75116 Paris

En Métro :
ligne 1, station Les Sablons, sortie Fondation Louis Vuitton.

Navette de la Fondation : départ place Charles de Gaulle-Etoile, en haut de l’avenue de Friedland, toutes les 15 minutes. Station Vélib, arrêt Fondation Louis Vuitton.
Bus 244, arrêt devant la Fondation le week-end.

Tarif plein 14 euros.
Tarifs réduits 10 et 5 euros
Tarif famille de 32 euros
(2 adultes + 1 à 4 enfants de moins de 18 ans). Personne en situation de handicap et 1 accompagnateur gratuit.
Les billets donnent accès à l’ensemble des espaces de la Fondation et au Jardin d’acclimatation.

Ouverture
Du 27 octobre au 3 novembre 2014 et du 20 décembre 2014 au 4 janvier 2015 (vacances scolaires) : ouvert tous les jours de 10h à 20h, nocturne le vendredi jusqu’à 23h.

A partir du 3 novembre (hors vacances scolaires) :
Le lundi, mercredi et jeudi de 12h à 19h, et nocturne le vendredi jusqu’à 23h.
Le samedi et le dimanche de 11h à 20h.
Fermeture le mardi. Fermeture les 25 décembre 2014 et 1er janvier 2015



Pierre Aimar
Vendredi 17 Octobre 2014
Lu 289 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...