Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Femmes du monde, Sebastião Salgado i Marc Riboud, exposition anniversaire des 10 ans de Polka Galerie, Paris, du 10/11/17 au 20/1/18

Ils ont accompagné l’aventure de Polka depuis sa création, en 2007. C’était il y a dix ans. A l’occasion de cet anniversaire, la galerie souhaite saluer deux grands photographes qui lui ont, dès les débuts, accordé leur confiance : Sebastião Salgado et Marc Riboud, disparu en août 2016.


Leurs travaux vont dialoguer, le temps d’un accrochage entre novembre et janvier, autour d’une série de photographies qui dévoilent et racontent des personnages féminins rencontrés au gré de leurs reportages. Cette proposition existe grâce à la complicité de Lelia Wanick Salgado et de Catherine Riboud, leurs épouses, qui ont imaginé avec la galerie cette sélection.

L’exposition « Femmes du monde » est conçue comme un hommage à l’audace, à l’indépendance et au réalisme lyrique de l’Origine selon Courbet. Le maitre d’Ornans a étudié les mystères du regard, de la beauté et du désir. Il s’est interrogé sur la place et la vision du spectateur face au tableau. En 1855, il écrit: « Savoir pour pouvoir, telle fut ma pensée. Traduire les mœurs, les idées, l’aspect de mon époque, être non seulement un peintre, mais encore un homme, en un mot faire de l’art vivant. » C’est l’une des vocations de la photographie.

Telle une plongée introspective dans l’œuvre de Sebastião, les 34 tirages choisis par Lélia, qui est aussi la directrice de son studio de création, Amazonas Images, revisitent ses series les plus célèbres et dévoilent le nœud d’une vision forgée en près de 45 ans de travail. Qui sont ces femmes, ces vivantes, dessinées par le noir et le blanc ? Lélia raconte: « Il traverse d’abord les guerres, les crises, les conditions de travail terribles, les malheurs du monde. Mais c’est elles qu’il aperçoit au milieu du chaos. Il les voit dans des situations souvent douloureuses, et témoigne ainsi d’un fait : ce sont elles qui portent le poids du monde. Ce sont elles qui font traverser les épreuves. »

En face, un autre humaniste se révèle : « Je ne me lasse pas de guetter la surprise, la note juste, cocasse ou émouvante. La beauté est partout », disait Marc Riboud, l’artiste aux 65 ans de carrière. Ses images deviseront avec celles de Salgado, autour d’une sélection de tirages grand format, pour la plupart des pièces uniques réalisées en 2012 ainsi que des épreuves vintage issus de la collection de sa fille Clémence. Certaines sont inédites. D’autres ont marqué l’histoire, à l’instar du célèbre portrait de Jan Rose Kasmir, qui brandit, à Washington en 1967, une fleur face aux baïonnettes des soldats américains, en pleine guerre du Vietnam.

Catherine Chaine, la femme de Marc Riboud, se souvient: «C’est peut-être la signature de Marc que de toujours s’attacher, d’abord, à montrer la grâce des femmes. Il y a cette inconnue photographiée lors du bal de l’Indépendance au Nigéria dans les années 60. C’est encore cette femme à Pékin qui déambule dans la rue, dans un vêtement d’aristocrate... Elle méprise la foule des gens qui, en costumes mao, marchent autour d’elle.»

Sebastião Salgado et Marc Riboud ont ponctué leurs travaux de références multiples et subtiles à ces femmes qu’ils photographient en se moquant de la grammaire iconographique. Et en dehors de tout académisme ennuyeux. Les femmes chez Salgado et Riboud sont des témoins, des messagers, une porte d’entrée vers un monde qu’elles résument et qui doit pouvoir se raconter. Elles sont dans le réel, dans la vie qui est racontée par la photographie. Parfois même, elles deviennent des icones, et donc la vie même de la photographie.

Sebastião Salgado

Sebastião Salgado est né en 1944 à Aimorés au Brésil. Après des études d’économie à l’Université de São Paulo et à la Vanderbilt University aux Etats-Unis, il intègre l’Organisation Internationale du Café. Dans le cadre de ses missions, il voyage et commence à photographier. En 1973, il quitte son travail. Depuis, il n’a cessé de parcourir le monde pour dénicher et capturer en images les plus beaux endroits de la planète.

Jusqu’en 1994, il collabore avec les agences Sygma, Gamma et Magnum Photos avant de fonder avec son épouse Lélia Wanick Salgado l’agence de presse Amazonas Images. Ses projets, pensés sur le long terme, font le plus souvent l’objet d’expositions et de publications.

Ses reportages ont reçu de nombreuses récompenses dont le prix W. Eugene Smith pour la photographie humaniste en 1982, le World Press Photo en 1985 et le Visa d’or à Visa pour l’Image en 1990. L’implication de Salgado va au-delà de ses photographies. En 1998, il crée au Brésil avec son épouse l’institut Terra qui a pour objectif de replanter la forêt atlantique. Suite à de nombreuses collaborations avec Médecins sans frontières, l’Unicef et l’OMS, il est nommé ambassadeur de bonne volonté pour l’Unicef en 2001.

Entre 2004 et 2012, Salgado réalise une oeuvre monumentale intitulée « Genesis », composée de séries de photographies noir et blanc de paysages, de faune, de flore et de communautés humaines qui vivent encore selon leurs traditions et cultures ancestrales. En 2014, le film « Le Sel de la Terre » réalisé par Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado qui présente le travail et la démarche de l’artiste a été récompensé à Cannes et aux Césars.

Le photographe a rejoint en 2016 l’Académie des Beaux- Arts de Paris dans la section Photographie et reçu le grade de Chevalier de la Légion d’Honneur. Il a également publié le livre « Koweit » en septembre 2016, aux éditions Taschen.

Rajasthan, Inde, 1990. © Sebastião Salgado, courtesy Polka Galerie
Rajasthan, Inde, 1990. © Sebastião Salgado, courtesy Polka Galerie

Marc Riboud

Marc Riboud est né en 1923 à Lyon. À l’Exposition Universelle de Paris en 1937, il prend ses premières photographies avec le petit Vest-Pocket offert par son père. En 1944, il participe aux combats du Vercors. De 1945 à 1948, il fait des études d’ingénieur à l’Ecole Centrale de Lyon et travaille à l’usine, puis décide de se consacrer à la photographie.

En 1953, il obtient une publication dans le magazine Life pour sa photo d’un peintre de la tour Eiffel. Sur l’invitation d’Henri Cartier-Bresson et de Robert Capa, il rentre à l’agence Magnum.

En 1955, via le Moyen-Orient et l’Afghanistan, il se rend par la route en Inde, où il reste un an et d’où il gagne la Chine en 1957. Après un séjour de trois mois en URSS en 1960, il couvre les indépendances en Afrique noire et en Algérie. Entre 1968 et 1969, il effectue des reportages au Sud ainsi qu’au Nord Vietnam, où il est l’un des rares photographes à pouvoir entrer.

Marc Riboud a publié de nombreux livres sur ses voyages. En 2012, sont publiés trois livres: Choses vues, aux éditions Imprimerie nationale, où Marc Riboud s’est affranchi de tout sujet, construisant sa maquette uniquement sur des rapprochements visuels; Paroles d’un taciturne, aux éditions Delpire, est une longue conversation avec Bertrand Eveno sur sa vie et ses convictions; enfin Vers l’Orient, aux éditions Xavier Barral, retrace son premier long voyage en Extrême- Orient 1955 à 1958.

Deux importantes rétrospectives ont eu lieu: en 2004 à la Maison européenne de la Photographie et en 2009 au Musée de la Vie romantique, à Paris. Il a reçu plusieurs récompenses dont l’ICP Infinity Award et deux prix de l’Overseas Press Club. Une donation de près de 192 tirages originaux a été confiée au Centre Pompidou en 2011, dont une quarantaine ont été exposés au Musée national d’art Moderne.

Washington, 1967 © Marc Riboud, courtesy Polka Galerie
Washington, 1967 © Marc Riboud, courtesy Polka Galerie

Pratique

Polka Galerie
Cour de Venise
12 rue Saint-Gilles
75003 Paris
T +33 1 76 21 41 30
www.polkagalerie.com


Pierre Aimar
Samedi 21 Octobre 2017
Lu 291 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 203





Inscription à la newsletter






Festivals ici et ailleurs 2018 sortira le 20 juin

Le magazine des festivals de Provence, Alpes, Côte d'Azur, Rhône-Alpes, Auvergne, Languedoc, Roussillon, sera diffusé le 20 juin 2018.
Une tradition depuis 1992 !

Le plus complet des magazines des festivals publie gratuitement vos informations dans son agenda.

Des informations ?
Contactez la rédaction : sortir@wanadoo.fr


Téléchargez Festivals ici et ailleurs 2017



Téléchargez Festivals ici et ailleurs 2016



Téléchargez Festivals ici et ailleurs 2015



Téléchargez Festivals ici et ailleurs 2014