arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Fanny Azzuro, une saison sur tous les fronts

Fanny Azzuro a le piano vagabond, empruntant tous les chemins du clavier que lui ouvre son appétence de répertoires, de rencontres et d’expériences.


Fanny Azzuro © DR
Fanny Azzuro © DR
En solo, de plus en plus, mais aussi avec divers partenaires d’une musique de chambre étendue au jazz et au tango – elle est la pianiste du SpiriTango Quartet –, ou avec orchestre. Après un été passé sur la route des festivals, elle s’immerge dans Rachmaninov, en prévision d’un enregistrement à paraître en 2020, et Schumann, mais développe aussi le programme de son disque 1905 – Impressions au gré de concerts dans la France entière.

Une soliste au vaste répertoire
Un gala à Carnegie Hall fin juin, des récitals aux festivals Pianos Folies du Touquet et Musiques en Écrins en août, un concert à La Roque d’Anthéron avec le SpiriTango Quartet, mais aussi à Chaligny, Grans, Noyers, Luchon… : l’été 2019 a non seulement propulsé Fanny Azzuro sur les plus belles scènes du piano – nouvelle invitée ou hôte fidèle – mais a confirmé le jeu « ample et accueillant » (Le Monde) d’une pianiste au large répertoire.

Sous ses doigts, les Miroirs de Ravel, les Images de Debussy et le troisième livre d’Iberia d’Albéniz (le programme de 1905 – Impressions, son deuxième disque solo paru chez Paraty en 2017) côtoient avec bonheur les Études symphoniques de Schumann – qu’elle reprendra en juin 2020, avec les Scènes d’enfants, lors d’une croisière musicale sur le Rhin, invitée par Alain Duault –, les Préludes de Rachmaninov et Nikolaï Kapustin, un jeune compositeur russe dont elle aime défendre les harmonies jazz sur scène.

« Une grande dame du piano », écrit Musiques en Écrins après son passage, qui loue son ardeur et sa précision, son audace et sa créativité en même temps que la poésie qu’elle dégage de chacune de ses interprétations.

Des récitals en France, aux Etats-Unis et en Chine
Ce clavier étendu, qui fait la part belle à une sensibilité qui partout fait mouche, est celui d’une pianiste à l’appétit débordant. En témoigneront encore ses récitals au Festival d’automne de Saint-Tropez le 26 septembre où elle défendra des pièces de 1905 – Impressions et des Préludes de Rachmaninov, présentées par l'écrivain et journaliste Olivier Bellamy, au Théâtre de Béziers le 15 décembre, au château de La Fresnaye le 6 juin 2020. À plus long terme se profile déjà une tournée de récitals aux États-Unis et en Chine…

Une pianiste aux multiples facettes
Mais Fanny Azzuro ne se prive pas non plus d’élargir les contours de son clavier grâce à des collaborations diverses. « J’aime beaucoup tous ces projets de musique de chambre, j’ai besoin du contact et du partage avec d’autres musiciens », explique-t-elle. Ces prochains mois seront particulièrement riches puisqu’elle retrouvera ses fidèles partenaires à la fois sur scène et en studio. Elle se produira avec la percussionniste Adélaïde Ferrière le 5 novembre à l’École de l'Art de Paris, le 22 mars 2020 à Alençon et le 24 mai 2020 à Genève, dans le cadre de La Tribune des jeunes musiciens de la Radio suisse. Elles préparent ensemble l’enregistrement d’arrangements pour marimba et piano de Milhaud, Saint-Saëns, Gershwin et Piazzolla.

Fanny Azzuro forme également un duo avec la violoniste Solenne Païdassi, avec qui elle joue Schumann, Fauré et Durosoir le 7 novembre à la mairie du IIIe arrondissement de Paris. Elle retrouvera ses compagnons du SpiriTango Quartet le 21 septembre au Bal Blomet à Paris « dans un programme tout Piazzolla pour préparer le centenaire du compositeur en 2021 », le 6 octobre au château de Lancosme, le 14 mars 2020 à Montbazon, le 4 avril 2020 à Enghien-les-Bains, le 21 mai à Oppède… Elle s’associe également à Jean Dubé pour les commémorations beethovéniennes de 2020, à François Castang pour un récital autour des Années folles (tout récemment donné au Festival Itinéraires de Givry-en-Argonne), à la danseuse Andréa Moufounda et à la metteure en scène Parelle Gervasoni pour le spectacle Mouvement (créé en juin dernier au Piano Lille Festival pour penser le récital différemment).

Le 15 mars 2020, au Théâtre de Thionville, elle sera soliste de la Rhapsody in Blue de Gershwin avec l’orchestre symphonique de la ville et le chef Jean Remy. « Je suis très heureuse de cette collaboration, s’enthousiasme la pianiste. Jouer cette œuvre magistrale de Gershwin est une grande première pour moi. »

Ses dates

21/09 Bal Blomet, Paris avec le SpiriTango Quartet

26/09 Saint-Tropez, récital des pièces de 1905 – Impressions et des Préludes de Rachmaninov

5/11 Ecole de l'Art, 28 rue Robert Lindet, Paris XVe
arrangements pour marimba et piano de Milhaud, Saint-Saëns, Gershwin et Piazzolla avec la percussionniste Adélaïde Ferrière

7/11 Mairie du IIIe arrondissement, Paris, avec la violoniste Solenne Païdassi

15/12 Théâtre de Béziers, récital des pièces de 1905 – Impressions et des Préludes de Rachmaninov

15/03/2020 Théâtre de Thionville, Rhapsody in Blue avec l’orchestre symphonique de la ville et le chef Jean Remy

24/05/2020 RTS Radio Télévision Suisse, Genève Studio Ansermet avec Adélaïde Ferrière

26 juin - 4 juillet 2020 sur invitation d’Alain Duault, Croisière musicale, récitals Schumann

Septembre 2020, tournée aux USA


Pierre Aimar
Mardi 17 Septembre 2019
Lu 99 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 93