Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Eric Corne, Ton coeur a la forme du gant de boxe avec lequel je peins tous tes contours, galerie municipale Julio Gonzalez, Arcueil, du 14 mars au 12 avril 2014

Du 14 mars au 12 avril, la galerie municipale d’art contemporain Julio Gonzalez à Arcueil accueille une exposition exceptionnelle du peintre Éric Corne, intitulée Ton cœur a la forme du gant de boxe avec lequel je peins tous tes contours, regroupant une dizaine de peintures et une dizaine de dessins, ainsi que des sculptures, réalisés entre 2009 et 2014.


Tableau à la croix, 2013-2014 Huile sur toile 285 x 250 cm © Rebecca Fanuele Courtesy Galerie Patricia Dorfmann, Paris
Tableau à la croix, 2013-2014 Huile sur toile 285 x 250 cm © Rebecca Fanuele Courtesy Galerie Patricia Dorfmann, Paris
C’est une puissance évocatrice qui s’apprécie dans les dessins et les peintures d’Éric Corne. Son œuvre équivoque fait dialoguer l’histoire de la peinture avec son imaginaire dense et ses interprétations autobiographiques. De cette diversité de trames narratives naît sa richesse. Il est en effet difficile d’appréhender son œuvre de façon succincte tant les accès permettant au regard de pénétrer ses toiles sont multiples. Si l’on y retrouve de manière récurrente une avant-scène, souvent d’intérieur et sur laquelle échangent des personnages, elle ne constitue pourtant pas le point de départ ou d’entrée dans l’image. Cet espace pictural entre souvent en confrontation avec un ou des paysages, étrangers et étranges. Édifices et maisons dont les proportions n’obéissent à aucune perspective, sapin solitaire ou sapins solidaires peuplent en effet l’espace des peintures au sein desquelles des cours d’eau parviennent également à s’introduire, quelquefois en vue de circonscrire et isoler des terres que l’on imagine habitées ou désertées, d’autres fois, et presque en opposition, afin de soutenir une sensation d’infini. Ces agencements transgressifs d’espaces nous font voyager dans un monde emprunt d’onirisme, nocturne ou diurne, qu’éclaire violemment non pas la lumière, mais la couleur. L’élément lumineux symbolisé par la bougie ou l’ampoule se retrouve par ailleurs régulièrement dans ses œuvres.

Éric Corne éprouve, avec ses fulgurances intuitives, les genres classiques de la peinture : la nature morte, le paysage, le portrait et le nu, abordant inévitablement la thématique du peintre et de son ou ses modèle(s) (Velázquez, Poussin, Munch, Dix, Picasso...). Tel un théâtre d'ombres, le secret de certaines toiles est rejoué et mis en regard avec l'expérience intime de l'artiste qui note la peinture et s’y infiltre afin de mieux s'interpréter… Chaque peintre, précédé de la main de tous les peintres depuis sa première empreinte sur une paroi rocheuse, est solitaire dans sa quête et rejoue une chose complète, une perfection qui nous rend l’espace tangible… dans le moment de l’infini. La peinture est un monde en soi. Van Gogh.

En même temps qu’il traduit son interprétation d’œuvres classiques, tout en y amenant ces profondeur, perspective et mise en espace qui lui sont si chères, l’artiste fixe sur la toile les représentations poétiques de sa vie intime, crie son amour pour la peinture, se met à nu. L’intensité des gammes colorées rend compte de toutes ces sensations. Sa peinture semble être le fruit d’une synthèse entre l’expressionnisme germanique et la raison colorée d’un Matisse, mêlant intuition et réflexion. Et si dans ses dernières œuvres Éric Corne effleure les signes des mythes et du religieux, c’est par leur fusion avec le sentiment amoureux.

Des figures symboliques récurrentes constituant son répertoire sont mises en scène de peinture en peinture, également parfois de peinture en dessin :
. Le clown (série 2011-2012), évocation de la dérision et de la mise à distance, comme la figure du minotaure dans ses peintures plus récentes, se situe au centre de l’éternelle dualité de la vie et de la mort, au sein des pulsions ambiguës et fondamentales d'Éros et de Thanatos.
Le minotaure, qui est ancré dans l’imagerie populaire et dans l’histoire de la peinture, sollicite le thème de l’autoportrait : Corne est le nom de l'artiste.
. De ses peintures plus anciennes on se souvient des scènes de boxeurs. Le symbole du gant de boxe en est une résurgence persévérante. Elle est une métaphore de la peinture comme combat : le peintre boxeur, la peinture comme ring de boxe, le ring, l'anneau, le cercle du pugilat (et celui de l’artiste avec l’image à faire advenir)...

Mais ce qui pourrait être une expression de violence, d'intrusion impromptue, s’avère finalement être une figure pudique de l'amour : un gant rouge d'émotion gorgé de sang, comme un cœur amoureux mis en parallèle avec la palette du peintre en forme de cœur. Amour céleste, charnel, et amour de la peinture se confondent d’un même souffle en une même nécessité, pour une même aspiration. Le titre de l’exposition : Ton cœur a la forme du gant de boxe avec lequel je peins tous tes contours est par ailleurs explicite : du ring au cercle, du verbe à l’image… Un autre symbole in-contournable inscrit dans le répertoire de formes de l’œuvre d’Éric Corne est effectivement celui de l’infini, du cercle. Les horloges occupant les espaces d’intérieurs côtoient la figure céleste de la lune surplombant les paysages. Ce parallèle réitère par le symbolique la notion du temps, celui de la chronologie de l’histoire de la peinture, celui qui met à l’épreuve l’artiste en proie à son angoisse.

Pratique

Galerie municipale Julio Gonzalez
21, avenue Paul Doumer
94110 Arcueil
Tél. : 01 46 15 09 75 / 89
galerie-gonzalez@mairie-arcueil.fr
www.arcueil.fr (rubrique : Culture / Loisirs)


Pierre Aimar
Vendredi 14 Mars 2014
Lu 114 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 202





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...