Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)






Crest (26). Galerie espace liberté Installation et Résidence jusqu'au 23 août 2020

Œuvres achevées et en devenir sur base de déchets industriels issus d'une fabrication de masques à « usage non sanitaire ». Cette résidence d'artistes invite à se confronter avec des créations sur fond de confinement, textile, sensibilité et liberté artistique.


Crest (26).  Galerie espace liberté Installation et Résidence jusqu'au 23 août 2020
Voici une interprétation libre de la loi de Murphy :
« Chaque fois que quelque chose va mal, des bonnes choses en découlent. »
Illustration en 5 actes.

Acte 1 - La merde n'arrive pas qu'aux autres

:Dans la tourmente mondiale provoquée par le sournois SARS-CoV-2, le Comité International Olympique décide de reporter les Jeux de Tokyo 2020. Cela fait un sacré contretemps pour l'industrie des vêtements de sport, parmi laquelle la filière des maillots de bain de compétition : « que faire des stocks de tissus hautement techniques, permettant aux athlètes de grappiller ces millisecondes pour emporter le Graal Olympique, et aux adeptes de natation de s'identifier avec les champions ? »

Acte 2 - Cacophonie

En France, le débat sur l'utilité / non-utilité de masques-pour-tous gagne les ondes.
Un tisseur Ardéchois -créatif et inspiré- décide de soumettre un des ses produits (la Rolls des nageurs) à la Direction Générale des Armées pour savoir si un usage pour fabrication de masques FFP2, chirurgicales, ou bien 'à usage non sanitaire' (UNS) est envisageable. La DGA dit : « en double couche, ça marche pour l'UNS Classe1 ».

Acte 3 - Renaissance 1

Après une semaine de confinement, un entrepreneur Isérois se demande comment faire pour renvoyer ses enfants à l'école. Pour protéger les siens et les autres, des masques-barrière semblent incontournables. Quelques mails, coups de fil et SMS plus tard, le lien avec le tisseur est fait des masques avec un tissu de maillots de bain olympique : voila ce qu'il faut !
On se lance ! Le juste-au-corps devient un juste-au-visage.

Acte 4 - Renaissance 2

La production de ces masques génère des chutes (on appelle ça des Déchets Industriels Banalisés). Un amateur d'art trouve que ces bobines de grillages et ces coupons sont dignes d'intérêt artistique, et peuvent assouvir la soif créatrice de son entourage confiné.
Quelques mails, coups de fil et SMS plus tard, le lien est fait : des créations sur base des déchets de masques-barrière avec un tissu de maillots de bains olympiques : voila ce qu'il faut ! On se lance ! Le juste-au-visage devient un juste-à-l'esprit.

Acte 5 - Renaissance 3

Les lieux culturels se demandent comment faire pour accueillir un public en respectant les consignes indémêlables et contradictoires.L'un d'eux considère que le visiteur sera plus que jamais acteur des œuvres : pas de vernissage, pas de discours des 'créateurs' :
juste la confrontation, la découverte. Le juste-à-l'esprit est le vôtre.

Pratique

La Galerie Espace Liberté est un lieu de promotion d'Artistes et des Arts Contemporains, animé par La Fabrique - Crest, association de bénévoles passionnés.
Participez - soutenez - adhérez : galerieespaceliberte@gmail.com

Jusqu'au 23 août : vendredi, samedi, dimanche : 16h-19h / sa : 10h-13h

La Fabrique-Crest
5 Rue des Alpes
Crest 26400
France



Pierre Aimar
Samedi 11 Juillet 2020
Lu 75 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 229



Inscription à la newsletter



Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs

Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs
Espagne, Carnet de voyages rassemble les escapades découvertes dans 14 villes d’Espagne, effectuées ces deux dernières décades et enfin rassemblées.
Coups d’œil et notes de voyage de deux amoureux de l’autre Espagne, éloignée des bords de mer parfumés aux odeurs des crèmes solaires.
Des voyages au cœur de l’été quand l’Andalousie ou l’Extremadure sont écrasées de lumière, de chaleur et d’ombres mystérieuses.
Des périples à la mode des voyageurs du 19e siècle. Avec du temps devant soi pour déguster sur quelque place royale le ballet de la vie ordinaire.

Renseignements :
Pierre Aimar - sortir@wanadoo.fr

Pierre Aimar
20/06/2020