Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Compagnie Jean-Claude Gallotta, création « Le Jour se rêve »

Avec le Jour se rêve, Jean-Claude Gallotta revient rôder du côté de Bethune Street, à Manhattan, où, dans les baies vitrées du studio de Merce Cunningham se reflétaient au début des années 80 ses espérances d’apprenti chorégraphe.


© Guy Delahaye
© Guy Delahaye

Distribution

chorégraphie
Jean-Claude Gallotta
musique
Rodolphe Burger
assistante à la chorégraphie
Mathilde Altaraz
dramaturgie
Claude-Henri Buffard
textiles & couleurs
Dominique Gonzalez Foerster assistée d’Anne Jonathan et de Chiraz Sedouga
scénographie
Dominique Gonzalez-Foerster et Manuel Bernard
lumière
Manuel Bernard
avec
Axelle André, Naïs Arlaud, Ximena Figueroa, Ibrahim Guétissi, Georgia Ives, Fuxi Li, Bernardita Moya Alcalde, Jérémy Silvetti, Gaetano Vaccaro, Thierry Verger, et Jean-Claude Gallotta

Note d’intention

Souvent, la danse de Jean-Claude Gallotta, afin de souscrire à l’ici et maintenant que le corps des interprètes lui impose, s’est cherchée des thèmes qui la protègent du présent : les mythologies, le répertoire, les hommages.

Plus récemment, avec le triptyque rock (My Rock, My Ladies Rock, L’Homme à tête de chou), le diptyque danse-littérature (L’Étranger, Bonjour Tristesse), Jean-Claude Gallotta a fait dialoguer sa danse avec de grandes figures du siècle. Aujourd’hui, il renoue avec la forme chorégraphique de ses débuts, une danse sans livret, sans « propos », sans habillages narratifs, sans références thématiques.

Avec le Jour se rêve, Jean-Claude Gallotta revient rôder du côté de Bethune Street, à Manhattan, où, dans les baies vitrées du studio de Merce Cunningham se reflétaient au début des années 80 ses espérances d’apprenti chorégraphe. Le voilà qui vient réinterroger ses sources, sa source : l’abstraction. Mais une abstraction qui ne rejette pas la chair de la danse.
« Deux épaules ou deux cuisses, ça se prend, ça se mord », disait Béjart. Il y a, il y aura toujours chez Jean-Claude Gallotta, un peu de sens, un rien de narration, un soupçon de figuration, une touche de jeu ou d’ironie pour venir troubler l’ordonnance rythmique de la scène.
Ces échappées - qu’il laisse advenir, ou qu’il ne retient pas, ou qu’il provoque - traverseront le Jour se rêve. C’est là que se niche une des singularités du travail de Jean-Claude Gallotta, à l’origine d’un mouvement dont il est sans doute le seul représentant : l’« abstraction ludique ».

Pour le Jour se rêve, fidèle à la pratique du « carrefour d’échanges » de Cunningham, Cage et Rauschenberg, Jean-Claude Gallotta a donné rendez-vous à un musicien, Rodolphe Burger, l’explorateur de nouveaux espaces sonores, qui mêle le rock à la philosophie, qui « fréquente » Beckett et Johnny Cash, Büchner et Lou Reed, qui réussit la belle alchimie de l’élitaire et du populaire. Il a également donné rendez-vous à Dominique Gonzalez-Foerster, plasticienne aux personnalités multiples, exploratrice des liens entre les arts, brouilleuse de pistes, qui viendra mettre les danseurs en costumes et en lumières pour les aider « à rendre claire la conscience du moment présent ».

Composé de trois « events » de vingt minutes chacun, entrecoupés de deux solos du chorégraphe, le Jour se rêve veut être une chorégraphie du « présent sans impatience » qui puisera son intensité dans la pleine expérience du mouvement, du son et de l’image. Y jouera-t-on encore, ou à nouveau, « le jeu de l’abstraction » ? Le regard contemporain l’acceptera-t-il ? Ni l’interprète, ni le musicien, ni la plasticienne, ni le chorégraphe ne le savent, seulement préoccupés, tous, à construire dans un même lieu et dans un même temps - ceux de la représentation - leur propre espace ; chacun le leur, espace qui, comme le premier jour du monde, n’existait pas avant eux.
C.-H.B.

Biographie de Jean-Claude Gallotta

Après un séjour à New York à la fin des années 70 où il rencontre Merce Cunningham et découvre l'univers de la post-modern Dance (Yvonne Rainer, Lucinda Childs, Trisha Brown,...), Jean-Claude Gallotta fonde en 1979 à Grenoble – avec Mathilde Altaraz – le Groupe Émile Dubois qui devient en 1984 l’un des premiers Centres chorégraphiques nationaux, inséré dans la Maison de la culture de Grenoble, dont il sera également le directeur de 1986 à 1988.

Ulysse, 1981, lui ouvre les portes de la reconnaissance internationale, jusqu’à Shizuoka où il dirige une compagnie japonaise de 1997 à 1999. Suivront notamment Daphnis é Chloé (1982), Hommage à Yves P. (1983), Mammame (1985), Docteur Labus (1988), Presque Don Quichotte (1999), Nosferatu (à l’Opéra de Paris, 2001).
Attaché à ouvrir grand les portes de la danse contemporaine, il propose une série de pièces sur et avec « les Gens », dont Trois Générations (2004), et Racheter la mort des gestes (Théâtre de la Ville, 2012), où il mêle danseurs professionnels et personnes de tous âges, de toutes corpulences, de toutes histoires.

Puis son répertoire de plus de quatre-vingts chorégraphies s’enrichit au fil des années par le croisement de la danse avec les autres arts : le cinéma (il a lui-même réalisé deux longs-métrages), la video, la littérature, la musique classique.
Son Sacre et ses révolutions, en 2015, est présenté à la Philharmonie de Paris ; en 2016, il crée Volver avec la chanteuse Olivia Ruiz, à la Biennale de la danse de Lyon ; il travaille également autour des figures du rock avec le triptyque My Rock, My Ladies Rock et la recréation de l’Homme à tête de chou en 2019 au Printemps de Bourges.
Son Groupe Émile Dubois, redevenu compagnie indépendante en 2016 reste hébergé à la MC2 : Grenoble.
Jean-Claude Gallotta est également artiste associé du Théâtre du Rond-Point à Paris et de Scènes Vosges à Épinal.
Il prépare pour la rentrée 2021, à la demande du Volcan, Scène nationale du Havre, une recréation d’Ulysse, 40 ans après sa première représentation.

© Guy Delahaye
© Guy Delahaye

Création le 6 octobre 2020 / Le Manège - Scène nationale de Maubeuge

Le 20 novembre 2020 / Thonon-les-Bains / Maison des arts du Léman
Du 24 au 26 novembre 2020 / Grenoble / MC2 :
Le 11 décembre 2020 / Saint-Étienne-du-Rouvray / Théâtre Le Rive Gauche
Le 19 janvier 2021 / La Roche-sur-Yon / Le Grand R, scène nationale
Le 23 janvier 2021 / Avignon / L’Autre scène
Le 28 et 29 janvier 2021 / Épinal / La Rotonde
Du 3 au 14 février 2021 / Paris / Théâtre du Rond-Point
Les 25 et 26 février 2021 / Andrézieux-Bouthéon / Théâtre du Parc
Les 30 et 31 mars 2021 / Chambéry / Malraux, scène nationale
Le 1er juin 2021 / Istres / Théâtre de l’Olivier
Les 3 et 4 juin 2021 / Perpignan / Théâtre de l’Archipel, scène nationale
Le 8 juin 2021 / Orléans / Scéne nationale


Pierre Aimar
Jeudi 1 Octobre 2020
Lu 55 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 26



Inscription à la newsletter




Coup d'œil sur une page

Coup d'œil sur une page