Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)






« Chines », exposition de Marc Riboud du 20 mars au 30 mai 2020 à la Polka Galerie, Paris

De 1957 à 2010, Marc Riboud n’a cessé de visiter la Chine, revenant dans des lieux qui le fascinaient. Villes monde et montagnes sacrées.


La galerie Polka est heureuse de présenter l’exposition « Chines » qui raconte, avec une sélection de près de 40 images provenant de ses archives personnelles, l’amour du grand photographe, disparu en 2016, pour le peuple chinois. Un voyage au long cours vers l’Orient, de la campagne des Cent Fleurs de Mao jusqu’au capitalisme de Hu Jintao. « Du Grand Bond en avant au grand boom économique, de la pauvreté égalitaire aux nouveaux riches, de la Révolution culturelle au culte de l’argent, j’ai vu une Chine très « chinoise » d’abord embrigadée par Mao se précipiter ensuite avec frénésie dans l’économie de marché », écrit Marc Riboud.

Un voyage à travers un demi-siècle d’histoire d’un pays immense sur lequel il a posé, avec distance, humilité et pudeur son regard d’artiste, laissant les images parler d’elles-mêmes. « Je suis photographe, je ne suis pas sinologue » écrit Marc Riboud. « En Chine j’ai beaucoup marché, beaucoup regardé. J’ai lu les livres, entendu les récits des voyageurs, partagé les enthousiasmes, les déceptions, les interrogations. Partout, j’ai vu, j’ai aimé, la beauté des visages, la patine des outils, l’immensité et l’étrangeté des paysages et partout une certaine dignité qui, pour presque tout un peuple, a remplacé l’humiliation. Faut-il ajouter des mots à tous ceux qui ont été écrits par plus compétents que moi ? »

L’exposition, organisée à la galerie en marge d’une importante rétrospective de son travail au Musée National des Arts Asiatiques Guimet après le leg d’une partie des archives Marc Riboud à l’institution (négatifs, diapos, tirages, correspondance) réunit une exceptionnelle sélection d’épreuves rares : grands formats, tirages vintage de référence, mais aussi des « Dye-Transfer » couleur, une technique de tirage, permettant une densité des teintes et une qualité de restitution que le tirage numérique ne dépassera jamais. Dans « Chines » on retrouve les icones de Riboud :
- un couple d’amoureux anonyme dans l’intimité d’un train entre Hong Kong et Canton,
- une séance de patin à glace sur le canal gelé le long des murs de la cité interdite,
- les artistes populaires – lutteurs, acrobates, bateleurs, marionnettistes – du quartier du Pont du Ciel au sud du vieux Pékin,
- les hauts fourneaux d’une aciérie et les fusils de bois des futurs gardes rouges en Manchourie,
- le labeur des paysans et des intellectuels de la Révolution culturelle dans les rivières du Guangxi,
- le sourire d’une jeune danseuse devant l’école de Ballet de Shanghai,
- la candeur d’un jeune soldat de l’armée populaire de libération devant les colonnes de marbre du Palais du peuple de Pékin.

Mais c’est aussi les tours de Shenzhen, les promenades petite-bourgeoises sur le Bund de Shanghai à l’aube des années 2000 qui voient les grands magasins triompher. L’homme moderne dévisagé par la publicité a remplacé par l’homme nouveau dévisagé par Mao. L’austérité vertueuse a laissé sa place aux tours géantes de Pudong et au sourire envoûtant de Gong Li. « Tout l’Orient que nous aimions pour la permanence des choses et de l’esprit se mue brusquement en un Occident extrême, dans une course qui est sans doute le film accéléré de la nôtre. »

Cette exposition rend aussi hommage aux montagnes sacrées du Huang Shan, éloge d’un artiste au grand rêve cosmique des vieux peintres chinois à la saison des brumes, sorte de voyage initiatique. i[« Zao Wou-ki m’avait convaincu. Le Huang Shan, ça ne se raconte pas, il faut le voir ! Si la grande muraille que l’on voit de la lune n’a jamais arrêté les Barbares, les escaliers du Huang Shan permettent aux Barbares que nous sommes d’atteindre sans escalade les cimes les plus vertigineuses [...]. L’odeur des pins, des feuilles flétries, des fleurs fanées, de la mousse et des lichens moisis et surtout des feux de forêt dont la fumée touche les nuages. La caresse des roches lisses et patinées comme des sculptures de bronze. La souplesse de la sandale sur la pierre, la fraîcheur de la bruine sur le visage. Le goût du thé à l’étape, les saveurs des trois cents plantes médicinales dont se glorifie la montagne des peintres.»]i

C’est cette Chine, entre passé et futur, que raconte Riboud. « S’il est vrai que la photographie peut montrer le monde surtout quand il change, il est difficile de faire le portrait d’une Chine qui bouge si vite. L’image risque d’être floue et même contradictoire. Dans les rues et les villages où j’ai beaucoup marché, un coup d’œil est souvent démenti par le suivant, celui d’hier par celui d’aujourd’hui. » C’est bien tout le sujet de cette exposition qui livre les clichés d’une Chine toujours à la veille d’un grand changement.
Huang Shan, Chine, 1983 © Marc Riboud, courtesy Polka Galerie
Huang Shan, Chine, 1983 © Marc Riboud, courtesy Polka Galerie

Marc Riboud

Marc Riboud est né en 1923 à Lyon. À l’Exposition Universelle de Paris en 1937, il prend ses premières photographies avec le petit Vest-Pocket offert par son père. En 1944, il participe aux combats du Vercors. De 1945 à 1948, il fait des études d’ingénieur à l’Ecole Centrale de Lyon et travaille à l’usine, puis décide de se consacrer à la photographie.

En 1953, il obtient une publication dans le magazine Life pour sa photo d’un peintre de la tour Eiffel. Sur l’invitation d’Henri Cartier-Bresson et de Robert Capa, il rentre à l’agence Magnum.

En 1955, via le Moyen-Orient et l’Afghanistan, il se rend par la route en Inde, où il reste un an et d’où il gagne la Chine en 1957. Après un séjour de trois mois en URSS en 1960, il couvre les indépendances en Afrique noire et en Algérie. Entre 1968 et 1969, il effectue des reportages au Sud ainsi qu’au Nord Vietnam, où il est l’un des rares photographes à pouvoir entrer.

Marc Riboud a publié de nombreux livres sur ses voyages. En 2012, sont publiés trois livres: Choses vues, aux éditions Imprimerie nationale, où Marc Riboud s’est affranchi de tout sujet, construisant sa maquette uniquement sur des rapprochements visuels; Paroles d’un taciturne, aux éditions Delpire, est une longue conversation avec Bertrand Eveno sur sa vie et ses convictions; enfin Vers l’Orient, aux éditions Xavier Barral, retrace son premier long voyage en Extrême- Orient 1955 à 1958.

Deux importantes rétrospectives ont eu lieu: en 2004 à la Maison européenne de la Photographie et en 2009 au Musée de la Vie romantique, à Paris. Il a reçu plusieurs récompenses dont l’ICP Infinity Award et deux prix de l’Overseas Press Club. Une donation de près de 192 tirages originaux a été confiée au Centre Pompidou en 2011, dont une quarantaine ont été exposés au Musée national d’art Moderne.

Marc Riboud s’est éteint à 93 ans à Paris, en 2016. Le cœur des ses archives a rejoint les collections du Musée national d’arts asiatiques – Guimet. À l’occasion du legs de toute son œuvre au musée, la première rétrospective Marc Riboud aura lieu au MNAAG en 2020.

Pratique

Polka Galerie
Cour de Venise
12, rue Saint-Gilles
75003 Paris
T +33 1 76 21 41 30
www.polkagalerie.com


Pierre Aimar
Vendredi 21 Février 2020
Lu 113 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 229



Inscription à la newsletter



Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs

Espagne. Carnet de voyages. Jacqueline et Pierre Aimar. Editions Sortir ici et ailleurs
Espagne, Carnet de voyages rassemble les escapades découvertes dans 14 villes d’Espagne, effectuées ces deux dernières décades et enfin rassemblées.
Coups d’œil et notes de voyage de deux amoureux de l’autre Espagne, éloignée des bords de mer parfumés aux odeurs des crèmes solaires.
Des voyages au cœur de l’été quand l’Andalousie ou l’Extremadure sont écrasées de lumière, de chaleur et d’ombres mystérieuses.
Des périples à la mode des voyageurs du 19e siècle. Avec du temps devant soi pour déguster sur quelque place royale le ballet de la vie ordinaire.

Renseignements :
Pierre Aimar - sortir@wanadoo.fr

Pierre Aimar
20/06/2020