arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Bilbao et la ria du Nervión. Entre le fer et l’art.

La ria du Nervión, la région la plus peuplée du Pays Basque, s’articule autour de la ville de Bilbao et de son port de commerce. Les villes de la rive gauche dépendaient historiquement des activités portuaires, minières et industrielles ; leur rénovation au cours des dernières années a suivi les tendances architecturales les plus modernes.



Cette route peut être réalisée en une seule journée. Pour visiter les villes de la rive gauche de la ria de Bilbao ou du Nervión, le moyen le plus pratique reste les transports en commun (bus ou trains de banlieue RENFE ligne C-1). Il est aussi conseillé de compléter la visite par une promenade en bateau sur la ria.

Le parcours débute dans la vieille ville de Bilbao, transformée en espace piétonnier, commerçant et de loisirs. Il conserve les recoins et les édifices les plus anciens de la ville, comme l’église gothique San Antón (XIVe siècle), la cathédrale Santiago (XIVe-XVIe) ou la place Nueva. Ce quartier abrite aussi la basilique Virgen de Begoña (XVIe siècle) et le théâtre Arriaga (1886-1890), un ouvrage de Joaquín Ruicoba.

Les quartiers modernes de la ville, articulés autour de la Gran Vía, comptent des constructions telles que le palais de la Diputación de Biscaye, au style éclectique (XIXe-XXe), et le théâtre Campos Elíseos, un exemple d’art nouveau.

En poursuivant la promenade sur les rives de la ria, vous pourrez contempler des bâtiments et ouvrages architecturaux modernes tels que le pont de Deusto (1936, Ignacio de Rotaeche), ou d’avant-garde comme les passerelles de Santiago Calatrava (1996) et d’Arata Isozaki (2007), les tours du complexe Isozaki Atea (2004), le musée Guggenheim de Frank Gehry (1991-1997) et l’ensemble formé par le pont Euskalduna (1997, Ricardo Manterola), le palais Euskalduna (1991-1998, Federico Soriano) et le musée maritime Ria de Bilbao (inauguré en 2003).

Là, la ria abandonne Bilbao pour pénétrer dans une zone illustrant parfaitement « l’architecture industrielle ». Alors que certains des bâtiments et installations portuaires et industrielles montrent encore une pleine activité, d’autres témoignent désormais de la tradition industrielle du Grand Bilbao.

Les villes la rive gauche dessinent un secteur urbain qui s’étend sur 15 kilomètres environ. La première, Barakaldo, accueille depuis 2004 le parc des expositions de Bilbao dans son Bilbao Exhibition Center ou BEC. Il abrite la construction la plus haute du Pays Basque : la tour BEC de Cesar Azcarate et Esteban Rodríguez. La seconde, Sestao, propose la visite de l’un des fours de l’entreprise historique Altos Hornos de Biscaye, aménagé pour les visiteurs, et des promenades dans les parcs de Markonzaga, Ondejeda et Benedicta.

Portugalete est la ville de la ria la plus intéressante en termes architecturaux. Sa vieille ville est dominée par la basilique Santa María (gothique et Renaissance), la tour de Salazar (XIVe siècle) et le couvent Santa Clara (Renaissance et plateresque). De plus la commune accueille, pour relier les deux rives de la ria, le pont suspendu ou pont de Biscaye, construit en fer par l’architecte Alberto de Palacio y Elissague en 1893 et classé au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO en 2006.

Pour terminer, vous arriverez à la ville de Santurtzi jouxtant l’Abra ou le grand port de Bilbao, où la ria s’ouvre à la recherche de la mer Cantabrique. Vous pourrez vous balader sur son port de pêche et sur la promenade maritime Reina Victoria, ou visiter le musée des sculptures en plein air. À ne pas manquer non plus, les palais d’Oriol et du marquis de Casa Torre, et les églises Virgen del Mar et San Jorge.

« ABC ». L’alphabet du musée de Bilbao. Exposition jusqu'au 6 janv. 2020

Paul Gauguin. « Laveuses à Arles », 1888. Huile sur toile. 74 x 92 cm. (Salle Arte). © Museo Bellas Arte
Paul Gauguin. « Laveuses à Arles », 1888. Huile sur toile. 74 x 92 cm. (Salle Arte). © Museo Bellas Arte
À l’occasion de son 110e anniversaire, le musée des beaux-arts de Bilbao propose une exposition associant art et littérature. On peut y admirer sa collection en suivant un itinéraire alphabétique par époque et par auteur.

Cette exposition propose une nouvelle vision de la collection du musée, dans un bâtiment rénové. En effet, le musée des beaux-arts de Bilbao célèbre son 110e anniversaire et rouvre ses portes après une rénovation qui s’est déroulée au cours de ces derniers mois.

Son commissaire, l’écrivain Kirmen Uribe, est à l’origine de cette démarche qui bouleverse l’habituel ordre chronologique, ou la répartition par école ou auteur, et propose un alphabet de 31 lettres. Chacune d’entre elles est associée à un mot en basque, espagnol, anglais et français qui sert de référence à la sélection d’œuvres de la collection exposées dans chaque salle.


Pierre Aimar
Vendredi 18 Octobre 2019
Lu 100 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 14