Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Asẽn : Mémoires de fer forgé. Art vodoun du Danhomè, par Suzanne Preston Blier, Éditions Ides et Calendes

Sortie : Hiver 2019


Asẽn : Mémoires de fer forgé. Art vodoun du Danhomè, par Suzanne Preston Blier, Éditions Ides et Calendes
En guise d’introduction, un conte de Florent Couao Zotti écrivain béninois réputé, auteur de romans, de nouvelles et de pièces de théâtre.
Suzanne Preston Blier livre ici une étude exhaustive de la collection d’asẽn du musée Barbier-Mueller qui compte parmi les exemples les plus raffinés et les plus divers de ces autels portatifs en métal du royaume du Danhomè dans l’actuelle République du Bénin. Dans son introduction, le Dr Blier reconstitue l’histoire des asẽn et montre combien cette tradition artistique a joué un rôle essentiel dans l’histoire même de la région, une histoire qui remonte au XVIIe siècle, voire probablement plus tôt.
Les asẽn de la collection Barbier-Mueller ont été façonnés par des mains habiles qui peuvent être classées en cinq groupes artistiques : quatre situés à Ouidah, dominés par le travail du fer, et le cinquième à Abomey, où coexiste également le travail du laiton et, plus rarement, de l’argent. Les œuvres de Ouidah remontent à la moitié/fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle ; les asẽn d’Abomey datent du XXe siècle.

La cinquantaine d’asẽn du corpus fait l’objet d’une notice explicative détaillée qui ouvre une fenêtre sur le langage iconographique symbolique très riche caractérisant ces pièces.
Les asẽn du Danhomè partagent des éléments communs importants, en termes d’usage et de forme, avec les simples calebasses utilisées depuis des siècles dans la région pour offrir à boire et à manger aux ancêtres. Les versions les plus précoces des asẽn modernes sont dotées d’un récipient évoquant la calebasse, tandis que les formes issues de traditions plus tardives connaissent une stylisation du récipient qui est remplacé par un support constitué de bras qui s’ouvrent en forme d’entonnoir. Ce qui était le couvercle de la calebasse s’est mué en un plateau animé de riches scènes figuratives à forte charge symbolique contribuant à rappeler le souvenir de ces importants ancêtres. Des pendentifs agrémentent parfois le plateau : ancres, rames, clochettes, entre autres, font chanter l’asẽn quand il est touché ou déplacé pendant les cérémonies ou lorsque le vent souffle. D’après la croyance, les vivants et les morts se rencontreraient devant l’asẽn pour parler, interroger et procéder aux offrandes nécessaires. Chaque don a sa valeur et correspond à une demande particulière car depuis le pays des morts, les ancêtres peuvent agir sur les vivants, en leur facilitant la tâche lors d’une épreuve, en neutralisant le pouvoir occulte d’un ennemi supposé, en les rassurant sur l’opportunité d’une décision prise. On trouve les asẽn dans les temples vodoun ou dans les maisons familiales.

Cet ouvrage, qui accompagne une exposition éponyme présentée au Musée Barbier-Mueller (Genève) jusqu’au 26 mai 2019 est une coédition de ce musée avec les Editions Ides & Calendes.

Suzanne Preston Blier est professeur (Allen Whitehill Clowes) de beaux-arts et d’études africaines et afro-américaines à l’Université de Harvard. Elle est spécialiste des arts et de la culture du Bénin.

Éditions Ides et Calendes
www.idesetcalendes.com
Format 27,5 x 21 cm
environ 120 pages, 140 illustrations dont 112 en couleur.
Broché sous couverture couleur
ISBN : 978-2-8258-0289-2
Prix : 29 euros - CHF 29


Pierre Aimar
Dimanche 2 Décembre 2018
Lu 237 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 29



Inscription à la newsletter

Festivals 2018, cliquez sur l'image pour télécharger le magazine



9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !

9 114 114 pages lues au 18/11/18 sur votre site !
.
Sortir ici et ailleurs / arts-spectacles.com a franchi récemment le cap des 9 000 000 de pages lues. Les chiffres ronds sont sympas mais le chiffre 9 114 114 a une résonance musicale chatoyante.

Photo P.A. : Bonaparte à Valence ne lisant pas Sortir ici et ailleurs